Vox maintient la pression devant les tribunaux et fait appel du fonds catalan des amendes de la Cour des comptes

Déposer plainte devant le TSJ contre Pere Aragons, Jaume Gir et Laura Vilagr pour falsification et détournement de fonds publics

Le président de Vox, Santiago Abascal, devant le Congrès.
Le président de Vox, Santiago Abascal, devant le Congrès.
  • Politique Vox l’entreprend maintenant avec l’état d’alarme de six mois
  • Politique Les magistrats du TC estiment que le confinement du Gouvernement nécessitait plus de contrôle du Parlement

Vox a supposé que les tribunaux sont les seuls à pouvoir arrêter ce qu’il considère comme des abus du pouvoir de la gouvernement et ses partenaires et entend maintenir cette ligne chaque fois qu’il le jugera nécessaire. Si cette semaine la Cour constitutionnelle s’est prononcée contre l’état d’alerte à la suite du recours présenté par le parti, désormais son objectif est le dernier épisode de la procs: la création d’un fonds avec de l’argent public pour garantir les amendes de la Cour des comptes pour les dirigeants indépendantistes.

La formation dirigée par Santiago Abascal a déposé une plainte auprès de la Haute Cour de justice contre le président de la Generalitat, Pere Aragons ; le Ministre de l’Economie et des Finances, Jaume gir, et le Ministre de la Présidence, Laura Vilagr pour falsification et détournement de fonds publics.

Vox rappelle dans ses écrits – élaborés par Marta Castrou, responsable de l’équipe juridique de la partie – que le Constitution espagnole attribue à la Cour des comptes le contrôle du secteur public et le parquet comptable pour obtenir la restitution des fonds publics en cas de mauvaise utilisation.

Ce serait le cas, explique-t-il, de la liquidation provisoire présentée par l’agence le 29 juin contre 36 mises en cause par les dépenses liées à l’internationalisation de la procs et le référendum unilatéral 1-O, incluant Oriol Junqueras et Carles Puigdemont.

Selon Vox, afin d’éviter que les personnes impliquées dans des dépenses irrégulières dans la procédure ne soient confrontées aux obligations requises par la Cour des comptes et ne soient saisies, le gouvernement de la Generalitat de Catalogne a créé un nouveau fonds avec des deniers publics pour garantir les montants , qui dans le cas des deux dirigeants de 1-O s’élève à 1,9 million chacun.

La dotation de ce fonds a été initialement fixée à 10 millions d’euros. Ce décret dit Vox, destiné à mesurer les personnes impliquées dans les dépenses irrégulières du processus, suppose, outre une fraude à la loi, un éventuel détournement de fonds publics, puisqu’il vise indistinctement à garantir directement ou indirectement, à la charge des Budgets de la Generalitat, les responsabilités d’une série de postes connexes ou directement liés à la gouvernement de Catalogne.

Elle considère également que le décret a été émis en connaissance de son injustice, puisque ceux qui sont dénoncés ici sont parfaitement conscients et conscients que le détournement illégal de fonds publics pour financer les soi-disant procs sera couvert par les budgets de la Generalitat de Catalogne. .

Comme les ressources Vox précédentes, elle peut finir par être pertinente puisque, jusqu’à présent, le gouvernement a évité de dire ce qu’il ferait avec le fonds approuvé par la Generalitat, de sorte que la ressource Vox peut être la seule.

★★★★★