Ximo Puig propose la création d’une taxe pour Madrid et l’accuse d’exécuter un « procs invisible »

Le président valencien s’est engagé dans la structuration pour « coudre l’Espagne » avec la décentralisation des organismes de l’Etat et la réforme du système de financement autonome

Puig inculpe les « procs invisibles » de Madrid

Le président de la Generalitat Valenciana, Ximo Puig, a dessiné comme l’un des axes de « coudre les invertébrés Espagne » la nécessité d’atténuer la « centralisme inefficace » Ça marche Madrid et qui a généré un « processus invisibles » fracture, tout en contribuant à générer des « énormes inégalités de revenus » entre territoires. Pour cela, il a mis sur la table la nécessité d’un « grand réforme fiscale« pour compenser l’effet capital et « l’économie d’agglomération », qui pourrait passer par un impôt sur le revenu plus élevé Madrid. « L’OCDE a dit qu’il y avait un problème fiscal à Madrid, mais cherchons la meilleure solution. Je ne vais pas improviser une taxe mais je sais que cette approche doit être présente. »

Selon Puig lors de sa conférence au « Desayunos de Europa Press », le « bonus de richesse » dont bénéficie la capitale « n’est pas généré par hasard, mais grâce à l’aide publique de l’État« . » Ce n’est pas le résultat d’une ‘main invisible’ le fait que Madrid soit aujourd’hui de 36 points au-dessus de la moyenne du PIB par habitant, mais est dû à plusieurs décennies d’investissements privilégiés dans les infrastructures, l’emplacement des centres de décision qui attirer les entreprises et générer des réseaux d’influence et la forte concentration d’organisations publiques avec beaucoup d’emplois qualifiés qui sont rares dans d’autres territoires », a-t-il souligné.

Pour compenser cet effet métropolitain, la proposition au Comité d’experts pour la réforme fiscale est que « pour partager avec tous cette plus grande productivité générée par le soutien public, il devrait y avoir une contribution des plus bénéficiaires » à travers un nouvel instrument. « La philosophie est simple : s’il y a privilège, il doit y avoir considération« , a-t-il condamné.

Ce privilège est étendu par les socialistes aux réductions d’impôts pour les hauts revenus grâce aux avantages du capital, de la dumping fiscal. « Une concurrence déloyale au centre de la M-50, car elle touche 7 % de la population madrilène, et à l’extérieur, comme aspirateur pour les grands patrimoines des autres communautés. Où va Madrid par rapport à l’Espagne ? À peine 20 ans depuis, Pasqual Maragall Il a fait une prédiction : ‘Madrid s’en va’. Aujourd’hui, cette dérive s’est cristallisée dans les « procs » invisibles de Madrid. Le ‘proc’ d’une capitale qui ne prend pas en compte les conséquences de ses décisions pour le reste du pays. Que Madrid prospère, c’est bon pour l’Espagne. Aussi pour la Communauté Valencienne. Mais il est important que nous fassions tous bien », a précisé Puig dans son discours.

Le président valencien a également demandé la décentralisation des structures de l’État, de la Sénat, qui peut avoir son siège dans une autre ville, à des organismes tels que les Ports d’État, le Tourisme ou l’Institut océanographique. En outre, il a proposé que la célébration de la Jour de la fête nationale le 12 octobre, il déménage chaque année dans une ville différente. « L’Espagne a besoin de plus de moteurs. »

L’autre grande revendication à laquelle doit faire face l’épine dorsale de l’Espagne est la réforme de la modèle de financement, pour laquelle Puig recrute des présidents de régions autonomes comme l’Andalousie ou les îles Baléares et qu’il souhaite ajouter à Catalogne, je l’ai vue siéger au Conseil de politique budgétaire et financière car elle ne conçoit pas un « pacte bilatéral » qui ne favorise que l’autonomie.

Soutien à Sanchez : des grâces « courageuses et sensées »

Parmi les cinq défis territoriaux que, selon Puig, le pays a, la Catalogne et le mouvement indépendantiste sont le premier après une « décennie perdue » au cours de laquelle il est passé « d’un élan de modernisation à une paralysie institutionnelle ». Cependant, son pari est sur « le dialogue, l’audace et un pacte », et il a une nouvelle fois soutenu Pedro Sanchez. « Être d’accord, ce n’est pas trahir. Je soutiens la voie du président par conviction et pragmatisme », a-t-il souligné.

Pour le chef du Consell, les grâces ont été « une décision courageuse et sensée » et il avertit que « la coexistence n’est pas suffisante, mais plutôt que la coexistence doit être recherchée ». « Il n’y a pas d’accords heureux, et on ne peut pas non plus chercher à avoir humilié, vaincu ou vaincu comme le demandent les droits. Nous devons passer de l’image du » Duel avec des clubs « de Goya au « Câlin » de Juan Genovs.

C’est pourquoi il a qualifié de « très mauvaise nouvelle » que le président catalan, Père Aragons, a déjà exprimé son refus d’assister à la Conférence des présidents -qui se tient la semaine prochaine à Salamanque et qu’il a demandé d’institutionnaliser tous les six mois- et l’a invité à « la repenser ».

★★★★★