Vox l’entreprend maintenant avec l’état d’alarme de six mois

Macarena Olona dénonce que les magistrats de la Cour constitutionnelle ont subi des pressions politiques de la part du gouvernement

Le président de Vox, Santiago Abascal.
Le président de Vox, Santiago Abascal.EFE

« Il y a encore un long chemin à parcourir. » « Une page a été marquée dans le constitutionnalisme espagnol. Nous avons dénoncé qu’il y avait eu un état d’exception déguisé lancé par ce gouvernement et la Cour constitutionnelle est d’accord avec nous.

De Vox, par la bouche de leur porte-parole parlementaire, Macarena Olona, ​​ils montrent leur poitrine pour leur succès devant la Cour constitutionnelle. par l’arrêté d’inconstitutionnalité de l’état d’alerte décrété par le Gouvernement le 14 mars 2020.

L’exécutif a dû présenter sa démission « en bloc », souligne Olona après avoir critiqué l’apparition de la nouvelle ministre de la Justice, Pilar Llop. « Nous avons un gouvernement qui n’a aucune décence. La nouvelle ministre de la Justice sort en invoquant les morts pour justifier sa décision inconstitutionnelle, comme si un état d’exception n’avait pas permis de sauver des vies », explique la porte-parole de Vox dans des déclarations à EL MUNDO.

Les actions de ce parti contre l’état d’alerte ne se sont pas limitées à ce premier recours que la Cour constitutionnelle a estimé. Comme le rappelle Olona, ​​l’un des auteurs de l’appel. Il y a un autre en suspens – « Je suis convaincu que nous allons aussi gagner » – faisant référence au deuxième état d’alerte, qui a duré six mois.

« Nous gagnerons aussi »

Il est vrai que les différences entre un État (désormais déclaré inconstitutionnel) et un autre ne sont pas mineures, car dans le second il n’y a pas eu de confinement. Malgré cela, Olona était optimiste. « Je n’en doute pas, nous gagnerons aussi parce que c’est une aberration juridique du Gouvernement. D’abord, en prolongeant de six mois l’état d’alerte, ce que nous appelons un état d’alerte perpétuel. Le gouvernement a délégué ses responsabilités aux présidents des communautés, dans ce qu’il a appelé la co-gouvernance, ce qui nous a conduits à un état de confusion juridique absolu ».

Il a de nouveau exigé que le chef du PP, Pablo Casado, prenne l’initiative et présente une motion de censure contre le gouvernement de Pedro Sánchez, « qui aurait dû démissionner en bloc après la condamnation », a-t-il souligné. « Si Casado décide d’être l’otage de ses contradictions internes, Vox fera un pas en avant », a déclaré Macarena Olona.

« La condamnation est un coup sans précédent pour le gouvernement », ajoute Olona, ​​rappelant que son parti n’a soutenu que la première déclaration de l’état d’alerte : « Nous nous sommes opposés au reste car il était déjà clair que les droits des Espagnols avaient été suspendus. les seuls qui sont allés devant la Cour constitutionnelle ».

Selon Olona, ​​admettre l’état d’alarme revenait à reconnaître que Sanchez « sait ce qui est bon pour les citoyens espagnols et que c’est au-dessus de la Constitution espagnole et qu’il doit être autorisé à faire ce qu’il juge approprié, car il sait ce qui lui convient. aux Espagnols ». « C’est quelque chose qui nous rappelle la situation qu’ils vivent à Cuba ou au Venezuela », dit-il.

740 millions d’amendes

Le leader de Vox a dénoncé, citant des chiffres de Fernando Grande-Marlaska au Congrès, que la condamnation annule 1 200 000 amendes infligées par le ministère de l’Intérieur. Selon une estimation, cela représente plus de 740 millions d’euros que l’Etat ne percevra plus. Il a également dénoncé que les membres de la Cour constitutionnelle ont subi des « pressions politiques extraordinaires ». « La dernière que nous avons rencontrée est celle de Carmen Calvo. »

Olona a assuré que Sanchez n’était pas d’accord avec l’état d’exception « malgré les avertissements du procureur de la République, car les partenaires qui le retiennent en otage l’ont empêché ». Selon elle, « la sentence a été bloquée en juin parce que le bloc qui était censé être en faveur de la sentence était divisé ».

« Même lundi, le président du TC a menacé de suspendre la délibération et de la laisser à septembre afin que le nouveau gouvernement n’ait pas ce revers. […] Il n’est pas anodin d’adopter un état d’exception face à un état d’alarme. L’une des différences est que celui qui approuve l’état d’urgence est le Congrès, pas le gouvernement, et sa durée est de 30 jours. Ici, ils nous ont gardés kidnappés pendant 98 jours. »

★★★★★