Un juge brésilien acquitte l’ami à qui le meurtrier de Pioz a envoyé WhatsApp avec les détails du crime

Le magistrat a considéré dans sa peine, pour laquelle il y a un appel, que l’accusé n’a commis aucun crime typifié dans le Code pénal brésilien

Patrick Nogueira, l'assassin de Pioz, lors du procès.
Patrick Nogueira, l’assassin de Pioz, lors du procès.
  • Événements Le WhatsApp du meurtrier de Pioz à son ami au Brésil : « Ouvrir quelqu’un au milieu, c’est trop de travail »

Un juge brésilien a acquitté le jeune homme Marvin Henriques Correia, complice présumé du meurtre des quatre membres d’une famille brésilienne dans la ville espagnole de Pioz, commis par son ami d’alors Patrick Nogueira en août 2016, des sources officielles rapportaient ce jeudi.

Le magistrat Aylzia Fabiana Borges Carrilho, de l’état de Paraba (nord-est), considéré dans sa sentence, pour laquelle il existe un appel, que l’accusé n’a commis aucun crime figurant dans le Code pénal brésilien, sur quoi il a prononcé son acquittement sommaire.

Henriques Correia a été arrêté par la police brésilienne pour le crime odieux qui a choqué l’Espagne et le Brésil, soupçonné de avoir collaboré avec l’auteur du quadruple meurtre, bien qu’il ait ensuite été libéré avec des mesures de précaution.

Selon la procédure, Nogueira a tué sa tante et ses jeunes cousins ​​​​et a immédiatement commencé à parler avec Henriques Correia via WhatsApp.

Dans la conversation, il a expliqué tous les détails des trois meurtres commis et a affirmé qu’il attendait l’arrivée de son oncle pour lui aussi se suicider.

Dans le processus, il existe également des preuves que Nogueira, face à la longue attente, a montré des signes d’épuisement et a laissé entendre qu’il ne tuerait pas son oncle, avant quoi Henriques Correia l’a poussé à persister dans son idée originale d’assassiner toute la famille, ce qui s’est finalement passé.

Dans ce contexte, le magistrat a rappelé que, malgré le comportement d’Henriques Correia, « abject, dégoûtant, sordide, froid et ignoble », il ne peut pas être considéré comme « criminel » parce qu’il n’a « tout simplement » pas été « décrit en droit pénal en tant que tel ».

« Considérant que pour caractériser l’existence d’une infraction pénale, il est nécessaire que la conduite soit criminalisée et illégale, il ne fait aucun doute que les faits relatés dans la plainte, à l’égard de l’accusé Marvin, ne constituent pas une infraction pénale « , justifié.

« Tout au plus pourraient-ils être considérés comme des actes préparatoires ; cependant, dans notre système juridique, les comportements subjectifs ne sont pas typés », a-t-il souligné.

A votre avis, dans ce cas il y a un « vide juridique » qui ne peut être rempli par le Pouvoir Judiciaire, dont la fonction est « de faire justice, mais pas à n’importe quel prix ».

« Le pouvoir discrétionnaire d’un magistrat pour juger est dans les limites de notre système juridique », a-t-il conclu.

Le crime a eu lieu en août 2016, mais il n’a été connu qu’un mois plus tard lorsque les autorités espagnoles trouvé les corps démembrés de la famille dans un châle où ils vivent, situé dans la ville de Pioz, dans la province de Guadalajara.

En octobre de la même année, Patrick Nogueira a été arrêté à Madrid, où il est arrivé du Brésil, après s’être volontairement rendu, et peu de temps après, un juge a décrété son admission en prison après avoir avoué le crime.

Deux ans plus tard, en 2018, c’était condamné par un jury espagnol populaire à une prison permanente révisable.

★★★★★