Vox engage des poursuites judiciaires contre la Generalitat pour avoir alloué 10 millions « pour aider les putschistes »

Déposer un recours devant la Cour constitutionnelle, une plainte devant la Cour supérieure de Catalogne pour prévarication et détournement de fonds et exhorter le procureur de la Cour des comptes à agir, entre autres, contre Aragons

Le l
Le leader de Vox, Santiago Abascal, aux portes de la Cour suprêmeJAVIER BARBANCHOMONDE
  • Catalogne La Generalitat invente un fonds de 10 millions pour payer les amendes de la Cour des comptes
  • Procédures La Cour des comptes prévient que Pere Aragons commet une « fraude à la loi » s’il soutient les embargos des « procs »

Vox est clair sur son nouvel itinéraire judiciaire pour faire face au dernier mouvement de la Generalitat Concernant la création du fonds de 10 millions d’euros pour garantir le paiement des condamnés par le procs des obligations à Cour des comptes.

Concrètement, la formation dirigée par Santiago Abascal va déposer un recours devant la Cour constitutionnelle contre le Décret-loi 15/2021, du 6 juillet, de création de la Fonds de risque complémentaire de la Generalitat de Catalogne, comme ils l’expliquent de leurs services juridiques.

De plus, il finalise une plainte devant le Cour supérieure de justice de Catalogne contre le gouvernement catalan précisément pour la création du fonds de dix millions d’euros afin que les inculpés pour les dépenses internationales du processus séparatiste n’aient pas à payer les garanties de 5,4 millions que la Cour des comptes leur demande. Les délits pour lesquels la plainte est déposée sont la prévarication et le détournement de fonds.

L’équipe juridique de Vox dénoncera également la Poursuivre de la Cour des comptes ces faits « afin d’adopter les mesures appropriées contre le président du gouvernement catalan, Pere Aragons, le ministre de l’Économie et des Finances, Jaume gir, et le Ministre de la Présidence, Laura Vilagr« .

Le Secrétaire juridique adjoint à la formation, Marta Castro, avertit que le crime de tergiversation « ne punit pas la simple illégalité, mais l’arbitraire ». « Il y a une intention claire d’essayer de bénéficier aux membres condamnés par la Cour des comptes, lorsqu’ils ne peuvent pas avoir de couverture ou de soutien de la Generalitat puisque l’activité dont découle l’embargo et la cause de la demande de libération sous caution est l’exercice arbitraire et l’abus de leur pouvoir », explique-t-il.

Castro souligne que « si la procédure existe devant la Cour des comptes, c’est parce que les actes des fonctionnaires et agents publics étaient illégaux et qu’ils doivent rembourser au trésor ce qu’ils ont utilisé à des fins illicites et contraires à la loi ».

★★★★★