Voici comment le détenu pour le crime d’Oviedo a harcelé une jeune femme : « Ma raison est troublée quand je te vois, j’aimerais te mettre un sac sur la tête »

Le meurtrier présumé de Rika a été reconnu coupable de harcèlement et la Garde civile l’a arrêté deux fois

Le bâtiment d'Oviedo où la fille a été assassinée
L’immeuble d’Oviedo où la jeune fille de 14 ans a été assassinée mardi dernier.JLCerejidoEPE
  • Asturies Trois adolescents ont dénoncé le détenu pour le crime d’Oviedo après les avoir harcelés dans un parc
  • l’opérateur Les policiers, détruits: la fille d’Oviedo est morte dans leurs bras

Igor Postolache Il avait une histoire de plaintes aussi étendues dans Oviedo qui a obligé la Garde civile, la Police et la Justice à plusieurs occasions. Les arrestations et les décisions de justice ont eu lieu en moins d’un an. La personnalité tourmentée et récurrente de la personne arrêtée pour le crime de Rika, la jeune fille de 14 ans qui aurait été ramenée chez elle pour la tuer mardi dernier, est dépeinte dans les deux phrases qui se sont cristallisées après les plaintes.

En 2019, le Cour d’Oviedo condamné à une amende de 240 euros pour un épisode de harcèlement, en Trubie, une petite ville proche de la capitale, à une jeune femme -pour laquelle la Garde civile l’a arrêté-. Et début 2020, un autre magistrat l’a acquitté des menaces que quatre filles avaient dénoncées séparément. LE MONDE a eu accès à cette dernière décision.

Ma raison est troublée quand je te vois, dit-il à l’un d’eux, comme indiqué dans la phrase. Je deviens nerveux en te regardant, je voudrais te mettre un sac plastique sur la tête, continua-t-il avant qu’elle ne s’échappe, l’écrit l’indique. Ce harcèlement s’est produit une nuit d’août dans une rue centrale d’Oviedo. C’est la dernière des quatre plaintes qui a déclenché le procès. Dix jours plus tôt, dans cette même rue, Igor avait réprimandé une autre jeune femme, lui caressant le visage en lui disant : Tu es fantastique (…) Les hommes t’ont-ils déçu tout au long de ta vie ? La phrase sauve aussi un autre épisode dans lequel Igor s’approche d’une femme en lui lançant : Tu es très jolie, je t’aime beaucoup, tu veux venir avec moi ? Igor a été acquitté.

L’expérience judiciarisée de ces femmes s’ajoute à la plainte d’autres filles devant la Police Nationale. A cette occasion, ils ont prétendu que je les avais accostés dans un parc de la ville. Il n’y a pas eu d’arrestation car cela a été considéré comme un délit.

Les policiers ignoraient que la Garde civile l’avait arrêté après la plainte à Trubia, qui s’est soldée par une condamnation. Il y a eu une arrestation ultérieure par l’Institut armé. Actuellement, Igor n’avait pas de dossier puisqu’ils sont annulés lorsque six mois de la peine se sont écoulés et que la peine de harcèlement date de fin 2019.

Ce journal a contacté trois jeunes qui ont dénoncé Igor. Les deux sont dévastés après avoir appris la fin tragique de Rika. Je l’ai connu toute ma vie, nous étions voisins jusqu’à ce qu’il déménage il y a trois semaines, commente une des filles, qui au départ ne l’avait pas dénoncé. Il l’a fait quelques mois plus tard, lorsqu’il est arrivé au même arrêt de bus et a vu qu’il acculait une petite fille. Elle et une autre femme ont libéré la jeune femme et Igor s’est enfui. J’en ai parlé avec un ami policier et il m’a dit que d’autres filles lui avaient déjà été signalées ; Ah j’ai décidé de le faire.

Igor avait vécu à Oviedo toute sa vie, bien qu’il soit d’origine moldave, et avait déménagé dans le bloc d’immeubles où il aurait assassiné Rika il y a à peine 20 jours. Au début, j’ai cru que c’était un étranger, raconte une autre des jeunes femmes que j’ai réprimandées dans l’une des principales artères commerciales de la ville. C’était l’été, pas plus tard que huit heures du soir. Il portait un sac à dos et avait un accent oriental, je pensais qu’il voulait me demander de la rue, mais il a commencé à faire des commentaires maladroits, se souvient-il.

Les hommes vous ont-ils déçu dans votre vie ?

Selon son témoignage, il lui a donné le temps qu’il a pu et à un certain moment il l’a attrapée par le poignet. Ah m’a fait peur, résoudre. D’un coup sec, elle réussit à se dégager et alla directement porter plainte : Cela n’aboutira à rien, dit-elle qu’on lui a dit au commissariat. Mais des mois plus tard, une convocation est venue du tribunal. Ils nous ont mis tous les quatre dans une chambre avec lui. C’était très gênant. C’est ainsi que les jeunes femmes ont témoigné pour un délit mineur de menaces. Au final, il ne lui est rien arrivé, puisqu’il ne nous avait pas touchés… J’ai pleuré quand j’ai découvert que le meurtre de la fille aurait pu être de son fait.

Aucun d’eux ne se connaissait, mais ils étaient tous unis pour avoir croisé le chemin d’Igor. La troisième des victimes s’indigne : Toutes ces plaintes étaient un prélude à ce qui pourrait arriver, dit-elle, bien qu’elle pense aussi que son cas était différent : Elle ne m’a rien dit, mais c’était très intimidant. Il me regarda et me suivit longtemps. Dans la lignée des autres filles, la jeune femme est très désolée pour la famille ; ils doivent être brisés.

Selon des sources d’enquête, l’auteur présumé du crime reste hospitalisé en garde à vue, bien qu’on ne craigne pas pour sa vie. entrer le Hôpital universitaire central des Asturies avec des coups de couteau. Les enquêteurs ont conclu qu’il s’était automutilé – vingt coups de couteau.

Pendant ce temps, la ville s’est tournée vers la famille de la victime. Dans l’institut que fréquente la jeune femme, il y a eu de nombreuses marques d’affection. Les professeurs essaient maintenant de soutenir le cercle plus restreint du mineur. Les filles ne comprennent rien, elles ne savent pas comment ça a pu se passer, raconte l’un des professeurs.

Les funérailles ont eu lieu hier à quatre heures de l’après-midi au Couvent Marie Immaculée Oviedo, le premier endroit où la famille de Rika a été accueillie à son arrivée de Equateur. Des dizaines de personnes se sont rassemblées dans la chapelle pour pouvoir dire leur dernier au revoir.

★★★★★