Un passager du train piégé par l’incendie de Bejs, au chauffeur : « S’il vous plaît, faites quelque chose, sortez-nous d’ici »

Virginia, 30 ans, raconte comment elle s’est échappée du train pour demander de l’aide. Il assure qu’ils n’auraient jamais dû quitter Valence

Le voyage en train éprouvant de certains passagers piégés dans l’incendie de BejsLE MONDE
  • Castellon Plus de 6 000 hectares brûlés à Bejs avec un feu « agressif et vorace » qui avance vers la province de Valence
  • Communauté valencienne L’incendie de Vall d’Ebo brûle 11 500 hectares et menace la Marina Baja

Virginie, 30 ans, voyageait dans le train qui a été piégé par l’incendie à Bejs (Castelln). C’est votre témoignage de ce qui s’est passé. « Le train est parti à 16h22 de la Gare du Nord [Valencia]. Après environ 40 minutes de voyage, nous avons commencé à voir par les fenêtres comment il y avait un incendie dans les montagnes ; un incendie majeur, il n’y avait pas quatre petites flammes. Je suis allé voir le chauffeur et lui ai demandé ce qui se passait et si elle allait traverser cette zone. Elle répond que oui, que nous continuons la marche et qu’il n’y a pas de problème. Après cela, je reste calme. Je suppose que le train ne circulera pas par la source du feu et que nous l’entourerons d’un autre endroit. Je vais à ma place et m’assieds tranquillement. Plus tard, après environ 20 minutes, tous les passagers du train ont commencé à remarquer comment la température de la voiture a commencé à augmenter, comment la fumée a commencé à entrer. Nous regardons par les fenêtres et voyons que nous avons littéralement les flammes à côté de nous. Je retourne voir le chauffeur et lui dis : « S’il te plaît, fais quelque chose, fais-nous sortir d’ici. »

Le train roulait toujours. A ce moment, elle arrête le train et tente d’actionner le levier pour repartir en sens inverse et reculer. Il se rend compte que c’est impossible et commence à courir d’un bout à l’autre du train, vers la locomotive derrière. À l’autre bout, essayez de faire marche arrière. Nous avançons d’environ cinq mètres, le train avance d’environ trois secondes, et il s’arrête à nouveau.

Le conducteur à ce moment-là perd complètement les papiers. Il sort de la cabine arrière et commence à dire qu’il ne sait pas quoi faire, qu’il attend les ordres des supérieurs, qu’il ne peut rien faire, que le train est bloqué… Je prends l’initiative car en raison de mon travail, je suis habitué à vivre des situations stressantes et je savais que les autres pourraient ne pas être préparés à cela. J’essaie de rassurer les gens qui entrent à l’intérieur, car ils ont eu très peur de l’entendre. Tous les passagers se sont levés, il y avait des enfants, des personnes âgées, tous criaient, pleuraient, la fumée inondait déjà les wagons, donc la difficulté respiratoire était importante : « Nous allons mourir étouffés. »

Le billet de train sur lequel Virginia voyageait.
Le billet de train sur lequel Virginia voyageait.MME

Après cela, la conductrice a l’air tellement débordée que nous lui demandons de bien vouloir ouvrir une des portes pour que nous puissions nous enfuir, du moins ceux d’entre nous qui avaient la possibilité de partir. A ce moment, elle tire le levier, nous ouvre la portière d’une des voitures et un groupe d’environ neuf personnes, toutes jeunes, en descend. Nous avons sauté sur les rails et avons commencé à fuir les flammes. Pendant que je cours, j’essaie d’appeler le 112 pour signaler ce qui s’est passé, mais il n’y a pas de couverture, les appels sont annulés. Je continue à courir jusqu’à ce que je trouve un point où il y a de la couverture et j’appelle mon père, qui est pompier de la Conseil provincial de Saragosse. Je lui dis de courir Castelln. Mobilisez les troupes, il y a un train avec des gens qui risquent d’être brûlés ! Mon père me dit qu’il les a déjà contactés, qu’ils vont m’appeler. Je reçois l’appel des services d’urgence de Castellón et j’indique le point exact où nous nous trouvons. La fille [la operadora del 112] Il me demande simplement si nous nous dirigeons vers un point sûr. Je précise que nous courons parce que les flammes nous piègent. J’aperçois deux toutes petites maisons au loin et je demande aux garçons de ne pas baisser les bras, que l’on continue vers les maisons car il y a probablement du monde là-bas. En arrivant au point où nous avons localisé les maisons, nous avons trouvé trois camionnettes appartenant aux habitants de la ville, rugueux, qui nous voient courir au loin et s’approchent de nous. Ils nous mettent dans les véhicules et nous mettent en sécurité. nous conduire à Direct, où l’hôpital de campagne avait été installé et où nous sommes soignés par Croix Rouge, Protection Civile et toilettes du centre de santé.

Lorsque nous étions à Ragudo, après avoir parcouru trois longs kilomètres, le conducteur a dû réussir à tirer le levier et à faire revenir le train. les blessés [cinco continan ingresados, tres de ellos en estado grave] Ce doivent être ceux qui sont restés dans le train. Nous sommes blessés, mais avec des ecchymoses, à force de courir et tout ça. Je viens de sortir de porter plainte. Il a été classé comme un crime de blessures. Le tribunal devra le qualifier d’insouciant, car nous étions 60 là-bas et nos vies étaient en danger à tout moment. Ce que nous ne comprenons pas, c’est pourquoi ce train est parti Valence lorsque le feu a pris naissance la nuit précédente. Ils étaient conscients de ce qui se passait à tout moment. »

Version Renfe

quelque chose qui nie Renfé, qui assure qu’avant le départ du train aucune autorité ne l’avait informé de l’existence d’un incendie à proximité de la voie ferrée.

Le gestionnaire de l’infrastructure ferroviaire (Adif) a autorisé le départ du train de la gare à 16h22. Valence car « je n’ai eu connaissance d’aucun incident sur la route dans la région ». « Personne n’a prévenu le gestionnaire de l’infrastructure d’un éventuel incident sur la route », a rapporté Renfe dans un communiqué, recueilli par l’Efe.

Vers 17h54, le chauffeur arrête le convoi en constatant « une intense pluie de cendres et de fumée » et contacte P.Unité de contrôle de la circulation demander s’il y a un incendie dans le voisinage. Le poste de commandement l’a informé qu’il ne connaissait pas cette information « tant à ce moment-là qu’au moment du départ du train de Valence ».

Le protocole établit, poursuit le communiqué, que l’autorité, l’exploitant ou le gestionnaire de l’infrastructure qui détecte en premier un incident sur la route doit notifier le reste afin que des mesures puissent être prises en fonction des circonstances, et selon Renfe ce sont les organes et les forces de sécurité qui devraient demander la suspension de la circulation car « ce sont elles qui sont au courant des incidents dans l’environnement qui affectent la route ».

Lors de la conversation avec son supérieur, la conductrice voit qu’il y a des flammes à proximité et annonce qu’elle va changer de cabine et repartir, décision autorisée par le poste de commandement qui lui dit de circuler jusqu’à Caudiel, où les forces de sécurité et les services de santé seront mobilisés.

★★★★★