Sánchez termine sa tournée américaine confiant de prendre du poids en tant qu ‘«ambassadeur» de l’Europe dans la région

Le président du gouvernement tente de se présenter comme un interlocuteur entre les deux côtés de l’Atlantique

Pierre S
Pedro Sánchez marche avec le ministre hondurien des Affaires étrangères Eduardo Enrique Reina lors d’une cérémonie à Tegucigalpa.AFP
  • Diplomatie Pedro Sánchez se lance en synergie avec la nouvelle gauche en Amérique latine
  • Tour Pedro Sánchez se présente comme le fer de lance de l’Europe en Amérique latine face à l’influence de la Chine et de la Russie

Tout au long de son mandat, Pedro Snchez a développé un agenda étranger intense pour se tailler un profil international, qu’il a cherché à étayer avec la tournée latino-américaine qu’il a joué cette semaine pour Colombie, Equateur Oui Honduras. Le chef de l’exécutif, qui cherche à mener les débats dans L’Europe  comme l’énergique – il rencontre mardi le chancelier allemand Scholz -, il cherche aussi à prendre du poids en Europe en se présentant comme un « ambassadeur » de Amérique latine dans la Union européenneen tant qu’interlocuteur entre les deux côtés de l’Atlantique.

« L’Espagne veut promouvoir les relations avec l’Amérique latine et avec le Caraïbestant au niveau bilatéral qu’au niveau de l’Union européenne, en particulier lors de la prochaine présidence du Conseil européen que l’Espagne exercera », a déclaré Sánchez lors de cette tournée latino-américaine. Le président du gouvernement a promis que notre pays « promouvoir ces relations. »

Devant les présidents de la Colombie, de l’Équateur et du Honduras, le chef de l’exécutif a réitéré une idée : « Il est essentiel que l’Amérique latine et les Caraïbes jouent un rôle » et immédiatement après, il a exposé l’un des messages qu’il veut qu’ils restent assis après cette tournée : Espagneet sa présidence de l’UE, représentent « une occasion unique de relancer le rôle de l’Amérique latine dans le monde ».

Le nouveau contexte géopolitique dérivé de la guerre en Ukraine et l’influence que des acteurs tels que Chine Oui Russie ont dans différentes régions du monde a poussé l’Europe à chanter le mea culpa et à prendre conscience de la perte d’influence en Amérique latine et à essayer maintenant de réorienter cette situation. Le tout, en plus, dans une situation où cette région a un attrait important en matière d’énergies renouvelables.

Sánchez l’a dit clairement : « Aujourd’hui, alors que l’Amérique latine et les Caraïbes se consolident en tant que régions stratégiques et aussi influentes, l’Espagne est encore plus consciente, si vous me le permettez, des liens qui nous unissent et de l’importance que les villes ont pour notre projection internationale. relations entre l’Union européenne et l’Amérique latine et les Caraïbes ». Et pour étayer son profil de leader de référence dans l’entente euro-latine, il ajoute : « Même l’Espagne ne peut être comprise en Europe sans ce regard vers, pour et par l’Amérique latine. Et en plus d’être une priorité stratégique pour mon gouvernement , pour la société espagnole dans son ensemble, cette vision doit également être partagée par tous les États membres de l’Union européenne ».

Sánchez veut être le lien qui unit les intérêts des uns et des autres, profitant également de la proximité idéologique avec le nouveau lot de dirigeants de gauche qui prennent le pouvoir en Amérique latine. Établir le lien du progressisme et se positionner comme une référence en Europe pour cette nouvelle gauche latino-américaine dirigée par Gustavo Petro (Colombie), Gabriel Boric (Chili) ou Xiomara Castro elle-même (Honduras).

Dans cette stratégie d’accroissement de sa notoriété internationale et de prise de poids en Europe, Sánchez utilisera la présidence espagnole de l’UE comme levier. Un numéro qui travaille depuis des mois depuis La Moncloa. Précisément le ministre José Manuel Albares a tenu une nouvelle réunion ce vendredi pour préparer le rendez-vous avec le groupe de travail du ministère des Affaires étrangères. Dans le cadre de ce mandat, Sánchez promeut une réunion Europe-Celac (Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes) en Espagne, une réunion qui n’avait pas eu lieu depuis 2015.

« Si ce calendrier représente quelque chose, c’est une occasion unique de relancer le rôle de l’Ibéro-Amérique sur la scène internationale et de souligner l’engagement de l’Espagne dans cette dynamique, en particulier de la vocation profondément européiste du gouvernement espagnol », est l’un des messages qui a transféré Sánchez, qui a discuté ce vendredi avec le président du Honduras, Xiomara Castro, des questions d’investissement, de commerce, de coopération et de migration circulaire.

L’Espagne maintient un projet pilote de migration circulaire avec le Honduras car 250 Honduriens se rendent chaque année en Espagne pour travailler dans différentes campagnes agricoles et, une fois terminés, retournent dans leur pays. L’engagement est de doubler ce chiffre à 500, après un accord conclu lors du dernier Sommet des Amériques et parrainé par États Unis. Ce projet a suscité l’intérêt des États-Unis pour stopper la migration irrégulière et contrôler les flux en provenance de Amérique centrale.

Cette stratégie de se positionner comme un acteur clé en Amérique latine se combine avec l’intention de Sánchez de continuer à mener le débat énergétique en Europe. Dans ce cadre, et après avoir donné des ailes lors de sa tournée latino-américaine à l’interconnexion gazière entre Espagne et Italie Oui France continue de rejeter Midcat, et après que le chancelier allemand Scholz ait fait pression pour que cette interconnexion soit lancée, les deux dirigeants se rencontreront mardi au palais de meseberg et Sánchez participeront en tant qu’invités d’honneur à la réunion du cabinet allemand.