Sánchez élève Montero pour faire face à la bataille économique d’automne

Le ministre des Finances qui a donné au président ses nouveaux impôts et des budgets pour assurer la législature sera désormais le « numéro deux » du PSOE

oui
JAVIER BARBANCHO
  • politique Pedro Sánchez réinitialise le PSOE : María Jesús Montero comme « numéro deux » et Pilar Alegra et Patxi López comme porte-parole
  • PSOE Sánchez articule un noyau dur de neuf personnes qui concentrera le « vrai pouvoir » dans le parti

Lorsque Pedro Sánchez a remodelé son gouvernement l’été dernier et que María Jesús Montero a cessé d’être la porte-parole de l’exécutif, et que Nadia Calvio est devenue en plus la première vice-présidente, le message de sources proches du ministre des Finances était clair : c’est logique quand quelque chose arrive. un remaniement gouvernemental. La perte de protagonisme était évidente et la plus grande loquacité, si possible, de Montero elle-même dans les caucus montrait qu’elle avait raté son rôle de premier plan lors des conférences de presse après le Conseil des ministres. Mais la cheffe du Trésor est restée dans son rôle, concentrée sur la réforme fiscale, mise en échec par la guerre en Ukraine, l’inflation et la nouvelle crise économique, et, surtout, a continué à répondre aux souhaits de dépenses du président du gouvernement. et aussi à ses improvisations fiscales.

Car la taxe bancaire, sans aller plus loin, ne faisait pas partie des priorités du Ministère des finances. Une fois qu’ils ont vu que la forte augmentation des impôts qu’ils poursuivent depuis tant d’années devait être reportée dans le meilleur des cas, dans le département de Montero, ils se sont concentrés sur le nouveau chiffre des compagnies d’électricité. Et ils y travaillaient, déjà en vue de 2023, pour éviter autant que possible les plaintes qui, de toute façon, proviendront des entreprises concernées.

Mais compte tenu du débat sur l’état de la nation et de la nécessité de coups politiques de Sánchez, le Trésor a également été chargé de commencer à développer la taxe bancaire. Ils ont même pu s’accorder sur un chiffre de collecte : 1 500 millions par an, 3 000 au total, qui viendront s’ajouter aux 4 000 de la taxe sur les compagnies d’électricité pour faire un total de 7 000 millions. Il sera temps de voir si ce montant est vraiment atteint ou, comme cela s’est produit avec d’autres chiffres, ils sont loin. En tout cas, le travail pour Sanchez était fait.

Comme c’était aussi le cas dans les années de la crise du coronavirus ou en 2019, lors de la première année pleine de gouvernement socialiste et lorsque le déficit a rebondi pour la première fois en sept ans. Non seulement cela, mais l’exécutif a proposé un premier chiffre qui plus tard Eurostat a été contraint de corriger plus haut. ça rougissait mais celui chargé de préparer les budgets généraux de l’État (PGE), l’a fait. Et aussi précisément dans ce domaine, dans celui des comptes publics, il a offert des arguments à Sánchez pour qu’il la récompense désormais en l’intégrant à son noyau le plus proche : il a pu approuver le PGE 2021 en temps opportun pour la première fois depuis 2016, Y sécuriser davantage la législature.

Et en attendant, elle n’a pas oublié de maintenir un profil fort qui lui est propre au-delà du Trésor. vos voyages à Andalou ils se sont multipliés depuis qu’elle a été reléguée du porte-parole du gouvernement. Avant les élections et aussi après. Les jeudis soirs, quand le Secrétaire d’État à la Communication envoie l’ordre du jour du gouvernement pour le lendemain, la chose habituelle est que Montero a un acte dans son pays natal. Là où il détenait déjà le portefeuille du Trésor avant de venir au Gouvernement.

On pourrait penser qu’il le fait pour en profiter et passer le week-end à la maison. Et c’est probablement le cas. Mais il ne semble pas déraisonnable non plus qu’il sème pour ce qui peut arriver au PSOE andalou face aux prochaines élections régionales encore lointaines ou qu’il considère simplement que c’est la meilleure façon de travailler en faveur du parti qu’il va faut maintenant contrôler. La comparaison entre son nouveau travail et sa formation, un diplôme en médecine et chirurgie, serait simple, mais cela ne lui suffira pas pour agir comme le bras droit de Sánchez, ni pour mener la bataille politique face au risque imminent de récession et le nouveau retard sur la route sinueuse du retour aux niveaux économiques d’avant la pandémie. Là, ce sera également la clé pour Sánchez.

★★★★★