Sánchez devra convaincre Podemos, ERC et Bildu d’augmenter les dépenses militaires dans les budgets

Podemos, ERC ou Bildu refusent d’augmenter les dépenses militaires en 2023 comme le veut la Moncloa

Le président du gouvernement, Pedro S.
Le président du gouvernement, Pedro Sánchez, hier, lors d’une interview sur le plateau de RTVE le dernier jour du sommet de l’OTAN à Madrid.ALBERTO DI LOLLI
  • politique United We Can défie Sánchez en votant contre « les résultats du sommet de l’OTAN » et en augmentant les dépenses de défense
  • Sommet Sánchez prolonge de 2024 à 2029 le délai pour que l’Espagne atteigne l’investissement dans la Défense engagé auprès de l’OTAN

Pedro Sánchez sait que les mots sont une chose et les faits en sont une autre. Et que l’OTAN, dont le sommet a accueilli cette semaine Madrid, vous voulez des faits. Pour cette raison, le Président du Gouvernement a promis sa parole, reportant le calendrier prévu, oui, pour placer les investissements de Défense à 2% du PIB en 2029. Et il est déterminé à augmenter les dépenses de Défense dans les Budgets 2023. Une circonstance qui peut compromettre l’approbation déjà complexe des comptes publics, car les partenaires de gouvernance, dont United We Can, rejettent cette augmentation.

Dans Moncloa ils savaient que l’annonce d’une augmentation des dépenses de défense ferait s’agiter leurs partenaires. Mais aussi qu’il n’y a pas d’autre choix car la capacité d’influencer Espagne Dans le contexte international, il se mesurera à l’aune de son engagement européen et atlantique dans le budget de la défense, a reconnu hier Sánchez. La manière d’augmenter les dépenses militaires passe par deux voies : d’une part, le Premier ministre veut prendre la Congrès un pacte d’État qui protège l’atteinte des 2% du PIB promis à l’OTAN en 2029.

Ce pacte n’inquiète pas le gouvernement car il considère que bien qu’il n’aura pas le soutien de beaucoup de ses partenaires de gauche et nationalistes, il tient pour acquis que le PP le soutiendra. Cela a été révélé ces dernières heures par le populaire, bien qu’Alberto Nez Feijo ait demandé hier à l’exécutif la cohérence dans son intégralité pour approuver ce pacte d’État, soulignant la division des critères entre le PSOE et United We Can en la matière. Feijo, en tout cas, a prévu que Sánchez puisse compter sur le populaire pour les politiques de l’État.

Les nids de poule sont sur le point d’atteindre ces 2% du PIB en 2029, car Sánchez veut commencer à suivre cette voie dans les budgets 2023. Le directeur général n’a pas prévu de combien il veut l’augmenter, mais il se fixera l’objectif sept années à partir de maintenant vous permet d’ajuster la progressivité. En tout cas, le Programme de stabilité 2022-2025 préparé par le Trésor indique que cette augmentation sera de deux dixièmes du PIB en 2023. Actuellement, selon les données de l’OTAN, l’Espagne alloue 1,02 % du PIB ; 12 208 millions.

Irène Montero, ma
Irene Montero, mercredi, réunion à la Maison Blanche.ÉGALITÉ

Il arrive que Unis nous pouvons, MRC, Bildu, Plus de pays, engagements ou la BNG, tous partenaires de la gouvernance, ont d’ores et déjà exprimé leur refus de dépenser davantage pour la Défense dans les prochains comptes publics. L’argument est commun à tous : si on alloue plus à la Défense, on prélèvera de l’argent sur d’autres postes, comme les dépenses sociales, et tout cela dans un contexte de crise socio-économique. À La Moncloa, ils savent que le PP soutiendra un pacte d’État sur la défense, mais pas certains Budgets généraux. Les comptes sont donc à la merci du soutien de leurs partenaires.

Le ministre Ione Belarra a déjà averti le PSOE hier que les intentions de Sánchez doivent se traduire par un accord budgétaire et que les chiffres au Congrès sont têtus, faisant allusion au fait que les budgets ne sont possibles qu’avec le soutien du soi-disant bloc d’investiture. L’Espagne a besoin de plus de revenus garantis, que les gens soient traités en soins primaires en 24 ou 48 heures, que les gens aient un médecin spécialiste. Plus de chars et plus de canons, avertit Belarra.

Plus tard, la division du gouvernement a été certifiée lorsque United We Can a défié le PSOE en votant une motion au Congrès contre l’augmentation des dépenses de défense et les résultats du sommet de l’OTAN.

À Moncloa, ils montrent leur confiance que cette augmentation des dépenses de défense ne compliquera pas davantage la coexistence et appellera à la normalisation des opinions différentes. Ils considèrent que le violets ils ne feront pas chuter les budgets de leur propre gouvernement. Parce que, en plus, ils se souviennent que l’intention est de présenter des chiffres qui renforcent l’État-providence, garantissant l’excellence de la santé publique espagnole, promouvant un système fiscal juste et équitable, entre autres axes.

C’est ça l’atout : essayez de convaincre vos partenaires avec des dépenses socio-économiques qui rendent difficile l’explication de votre vote contre et dilue toute augmentation des dépenses militaires. Nous prenons toutes les initiatives que nous prenons au Congrès, rappelons-le au Gouvernement, qui considèrent que les Comptes doivent refléter la réalité du contexte actuel, où chacun a pris conscience de l’importance de la sécurité.

Malgré ce scénario défavorable a priori, Sánchez est déterminé à augmenter les dépenses militaires dès 2023 et à présenter les budgets en temps opportun. Ainsi, il mène déjà un discours pédagogique pour tenter de neutraliser les refus prévisibles de ses partenaires : Augmenter le budget de la Défense génère des emplois, des richesses et des opportunités.

★★★★★