Sánchez articule un noyau dur de neuf personnes qui concentreront le « vrai pouvoir » dans le PSOE

L’équipe sera composée de cinq ministres et comprendra Scar López, son chef de cabinet

Le président du gouvernement, Pedro S.
Le président du gouvernement, Pedro Snchez, lors d’une cérémonie à Burgos.EFE
  • politique Pedro Sánchez réinitialise le PSOE : María Jesús Montero comme « numéro deux » et Pilar Alegra et Patxi López comme porte-parole
  • Crise L’effet Feijo et les dysfonctionnements obligent Sánchez à procéder à un profond remodelage du PSOE

Le départ d’Adriana Lastra comme numéro deux du PSOE a accéléré le remodelage du parti que Pedro Sánchez mâchait depuis longtemps. On suppose que le jeu « boitait », un boost était nécessaire, un reset. Comme objectif prioritaire : avoir une « vision globale de l’action du Gouvernement ». Pour y parvenir, le chef de l’exécutif et secrétaire général socialiste va créer un noyau dur de neuf personnes, 10 avec lui, qui concentreront le « pouvoir réel ». Une équipe composée de cinq ministres et qui comprend cicatrice lopezson chef de cabinet.

Les derniers revers électoraux, la effet feijo, la « confrontation » interne, le contexte actuel de crise dû à la guerre en Ukraine et le constat que la traduction de l’action du Gouvernement auprès des citoyens n’était pas optimale, l’avaient obligé à bouger. Et ce n’est pas qu’il en déplace un, mais qu’il entreprenne une refonte totale du PSOE. Les changements qu’il a décidés il y a moins d’un an, au congrès fédéral, n’ont pas produit les résultats escomptés. Vous devez modifier votre propre plan.

À La Moncloa, il y a une fixation selon laquelle « les citoyens connaissent les politiques que nous faisons ». Il n’est pas entendu que de bonnes données sur l’emploi et l’affiliation à la sécurité sociale ne se traduisent pas en résultats électoraux. Plutôt le contraire. Le sentiment dans le complexe présidentiel est que le parti n’a pas été à la hauteur de la cause. Sánchez cherche à inverser ce scénario avec un nouvel organigramme dans lequel un noyau dur de neuf personnes sera celui qui « concentrera la prise de décision stratégique », ont déclaré des sources gouvernementales à ce journal.

Ce genre de matines sera composé des ministres María Jesús Montero – qui sera également la nouvelle secrétaire générale adjointe du PSOE -, Isabel Rodríguez, Flix Bolaos, Pilar Alegra – nouvelle porte-parole du PSOE – et Miquel Iceta – qui rejoint l’exécutif pour les questions de Mémoire démocratique et laïcité-. Ils sont rejoints par le susmentionné Scar López, le secrétaire à l’organisation du PSOE, Santos Cerdon, et les porte-parole des Cortes Patxi López -assume le poste au Congrès- et Eva Granadas.

« C’est une équipe de gens qui ont du poids politique, qui rassemble la force politique et gouvernementale, où va se concentrer le vrai pouvoir », décrivent les sources consultées. Dans ce noyau dur, outre les personnes de confiance de Sánchez, figurent les quatre porte-parole que le président du gouvernement aura désormais –Rodríguez (Gouvernement); réjouir (match); López (Congrès) et Grenades (Sénat)- dans le but d’atteindre « une plus grande coordination et transversalité ».

C’est ainsi que le résument les sources gouvernementales : « Avoir une vision globale de l’action du gouvernement », avec pour objectif ultime de « graisser les rouages ​​et de renforcer tous les espaces du PSOE ».

L’ordre est clair : « Mettez toutes les voix et la force pour annoncer ce que nous faisons. C’est sur cela que le PSOE se concentre », a décrit Flix Bolaos, ministre de la Présidence, et l’une des personnes qui composent ce noyau dur. « L’effort que nous devons faire de la part du gouvernement et du PSOE est d’expliquer au citoyen ce que nous faisons ».

En réponse à cette maxime, les changements de porte-parole sont expliqués : la ministre Pilar Alegra, avec une projection claire dans le parti, assumera le rôle de porte-parole de la formation en remplacement de Philippe Sicile; et Patxi López feront de même au Congrès, au détriment de Hector Gomez.

A cela s’ajoute la nomination de María Jesús Montero au poste de secrétaire générale adjointe, après le départ de Lastra. « Ce sont des profils du PSOE profond, qui jouissent d’un poids et d’une reconnaissance dans le parti », décrivent des sources socialistes.

★★★★★