Samuel Kwesi, rescapé de Villa de Pitanxo : « J’ai vu comment ils ont souffert »

Les familles des 21 morts dans le naufrage le 15 février du chalutier galicien demandent de descendre sur l’épave et de ne pas « couvrir la vérité »

Sauvetage d'un des v
Sauvetage d’une des victimes du naufrage.EPE
  • Événement Les proches de la ‘Villa de Pitanxo’ dénoncent que le gouvernement « carpetazo » à ce qui s’est passé et n’exclut pas d’intenter une action en justice
  • Justice Le procureur voit d’éventuels crimes d’homicide imprudent dans le naufrage de la ‘Villa de Pitanxo’

les ghanéens Samuel Kwesil’un des trois rescapés du naufrage du chalutier Villa de Pitanxo, coulé le 15 février à Terre-Neuve (Canada)est intervenu ce dimanche dans la manifestation appelée en Marn (Pontevedra)où il habite, pour demander de rechercher les 12 disparus : « J’ai vu comment ils ont souffert. »

Dans l’alameda de cette ville côtière personne n’a eu ce 3 avril avec Kwesiqui pourtant, et malgré son état d’esprit, a tenu à être là pour montrer son soutien à ce pistage.

« Je ne me sens pas très bien. Pour moi, c’est toujours le 15 février. Chaque jour est le même. Que justice soit faite. On ne peut pas rendre justice sans preuves », ont été ses premiers mots depuis la boîte.

Cela a été montré Kwesi contrairement à « laisser traîner des preuves importantes » et a considéré qu’il était essentiel de descendre jusqu’à l’épave, ou du moins d’essayer, grâce aux différents témoignages fournis par le skipper, Juan Padán ; son neveu, Édouard Rial, et lui-même, les seuls, d’un équipage de 24, qui peuvent dire ce qui s’est passé, car si la version des deux premiers est fortuite, celle de Kwesi diffère.

« Je suis tellement triste que tous les mots ne sortent pas », a avoué Samuel, qui a trouvé de la chaleur dans les personnes présentes. « Samuel, tu es la vérité ! », ont-ils applaudi.

Kwesi Il a poursuivi en disant que pour lui l’Espagne est un pays « qui dit la vérité » et c’est ainsi qu’il veut qu’il continue d’être, « comme je l’ai toujours cru ».

« Je demande cela pour tous mes camarades. Sur ce navire j’ai trouvé des gens, de bons camarades, des êtres chers, des amis. Je les ai vus. J’ai vu comment ils ont souffert. Ceux qui étaient avec moi sur le radeau. J’ai vu comment certains ont dit leur dernier faire justice sans descendre au navire. Je demande toutes les familles. N’arrêtons pas de soutenir. N’arrêtons pas de nous battre », a-t-il conclu.

Et, encore une fois, soutenez : « SamuelNous vous croyons, restez forts. »

Tours de Juillet, pasteur de l’église évangélique locale et un de ses amis proches, a ajouté à ses côtés que l’affirmation n’est pas « folle » ni « absurde ».

« Cet homme porte un lourd fardeau », a-t-il avoué, et a souligné la nécessité que sa déclaration soit accompagnée, dans la mesure du possible, de « preuves objectives ».

L’histoire de Samuel contredit la version officielle proposée par la compagnie maritime sur cette catastrophe maritime.

Lors de la manifestation, les familles des 21 morts dans le naufrage le 15 février du chalutier galicien Villa de Pitanxo dans les eaux canadiennes ont exigé de descendre sur l’épave afin de voir s’il y avait des corps à l’intérieur du navire, de trouver des preuves et , surtout, tout, « ne pas dissimuler la vérité ».

La Public national a ouvert des poursuites pénales après la déclaration du marin ghanéen devant le La gendarmerie et devant la Commission d’enquête sur les accidents et incidents maritimes (CIAIM).

l’armateur, Norèss’appuyant sur le témoignage fourni par le patron du navire, expliquait à l’époque que le navire avait subi un « arrêt brutal de la machine principale » lors d’une manœuvre de virement de bord, laissant le chalutier « sans propulsion ni gouverne » et exposé au vent et aux vagues

En raison de cette panne de moteur, ont fait valoir les propriétaires du bateau de 50 mètres de long, la mer martelant « a mis sur la liste et a coulé » le bateau de pêche en quelques minutes.

Samuel Kwesi, cependant, il a déclaré dans sa déclaration que les membres d’équipage de la Villa de Pitanxo ont crié au capitaine d’abaisser les câbles du navire, une manœuvre qui aurait pu empêcher le naufrage.

De plus, il a révélé que le skipper n’avait pas donné le signal d’abandonner le navire ni ordonné à l’équipage d’enfiler les combinaisons de survie, vêtements que seuls le skipper lui-même et son neveu, les deux autres survivants, auraient enfilés.

La version transmise par le marin ghanéen figure dans le rapport préparé d’office par la Garde civile et qui a été transmis à la Haute Cour nationale, qui coordonne toutes les procédures judiciaires sur cette affaire.

★★★★★