Feijo consacre le pouvoir andalou et galicien dans son dôme et limite la présence du PP madrilène à un secrétaire adjoint

Le président du PP, qui rencontrera mercredi Felipe VI et jeudi Sánchez, réduit le noyau dur de Gnova à cinq secrétaires adjoints et nomme Pons comme bélier « institutionnel ».

Albert N .
Alberto Nez Feijo, Cuca Gamarra et Elas Bendodo, s’adresseront ce dimanche à la réunion du Comité exécutif national du PP.EPE
  • 20ème congrès PP Feijo propose à Sánchez « un pacte de gouvernance » pour l’éloigner de Podemos
  • 20ème congrès PP Feijo offre de la « fiabilité » et marque des distances avec Vox : « Arrêtons de distribuer des cartes et d’être plus espagnols que quiconque »

Peu de dirigeants, et tous avec une « expérience de gestion ». Après avoir placé Cuca Gamarra de La Rioja comme numéro deux et l’Andalou Elas Bendodo dans le rôle trois, le président du PP a annoncé ce dimanche le reste de la direction du parti. Être une garde prétorienne réduite et cela jette une conclusion claire: Andalou est l’axe de Gnova et le pilier de base du nouveau polypropylène. La clé du coffre.

Feijo, qui rencontrera mercredi Felipe VI et jeudi Pedro Sánchez, a nommé le ministre andalou des Finances, ministre de l’Économie, pour le ministre le plus important, Jean Brave, qui, de l’avis de feijo, a réalisé dans sa communauté la même chose qu’il veut faire en Espagne : redresser la mauvaise situation économique. « L’économie a besoin d’un profond changement dans les politiques de revenus et de dépenses », a jugé Feijo dans son discours devant le nouveau Comité exécutif national. « L’Espagne doit changer ses politiques économiques », a-t-il ajouté.

Le PP de Madrid aura beaucoup moins de poids que Andalou ou Galicemais lieu Pedro Rollin, ancien maire de Torrejn de Ardoz et sénateur, en tant que secrétaire adjoint de la Coordination régionale et locale. C’est-à-dire que l’entourage d’Isabel Díaz Ayuso prendra le commandement de la politique territoriale du parti juste après que ce sont les frictions du renouvellement territorial qui ont fait exploser la bataille entre Casado et le président madrilène.

En tout cas, Madrid reste en retrait devant l’Andalousie et la Galice. La communauté de Feijo occupera le vice-secrétaire de l’Organisation Territoriale. l’occuper Miguel Telladoactuel secrétaire général de la polypropylène Galicien et bras droit du nouveau chef « populaire ». Par ailleurs, deux autres poids lourds de la Xunta débarquent à Gnova : Mar Sanchez Sierra être le directeur du domaine de la projection et de l’image du PP et Marthe Varela continuer à être le directeur de cabinet du président du PP. Il n’y aura donc aucun changement en ce qui concerne la politique de communication de la Xunta. A cette équipe de direction s’ajouteront également Louis de la MattaJusqu’à présent Directeur de la Communication du PPdeG.

Le secrétaire adjoint institutionnel sera le Valencien Esteban González Pons, très proche du dirigeant galicien. « La politique internationale et les relations institutionnelles sont d’une grande importance » et il voit en lui le meilleur profil pour agir comme un bélier de la nouvelle approche « solvabilité ». « De l’opposition on peut être plus institutionnel que du gouvernement », a jugé feijo dans son discours.

Le secrétaire adjoint de la politique sociale sera le député d’Albacete carmen navarro . « La cohésion avec les politiques sociales espagnoles est l’une des questions fondamentales », a déclaré Feijo. Navarro est un homme politique étroitement lié au président du PP de Castilla-La Mancha, Paco Nez. En fait, sa carrière politique a commencé quand il, étant président du Conseil provincial d’Albacete, l’a réclamé pour prendre en charge le chef des services juridiques de l’institution provinciale.

Les cinq secrétaires adjoints sont « peu nombreux » a dit Feijo, qui veut montrer l’exemple. Mais il peut y avoir des changements à l’avenir. C’est une équipe « avec une grande expérience organique » et avec « une capacité de gestion reconnue » et avec « une expérience des grands défis », a-t-il expliqué. « Les nominations durent quelques jours de joie et dès lors les postes deviennent des charges de responsabilité », les a-t-il prévenus.

Demain rencontrera le Comité d’organisation pour la première fois, commencer à esquisser le travail d’information. Dans ce sens, feijo a souligné dans son discours que « l’Espagne n’a pas été à la hauteur de son potentiel » dans la réponse à la crise du covid et à la crise résultant de l’invasion de l’Ukraine.

« Nous sommes habitués à gouverner, c’est un parti gouvernemental et nous nous engageons à le faire. » Le PP doit accréditer « l’agilité, le dévouement et la proposition ». « Agilité car il y aura bientôt des élections », a-t-il expliqué. « Nous devons proposer des candidats compétitifs, avec un CV et de l’expérience. Et cela nécessite d’avoir le bon leadership et de proposer des programmes auxquels les gens peuvent faire confiance », a-t-il détaillé.

« Les gens attendent » le PP, car c’est « la seule option pour le changement » et parce qu’il va susciter, selon Feijo, une opposition sans « ennemis » et basée sur la « confiance ». « La prévisibilité et la solvabilité sont les valeurs les plus recherchées en Espagne actuellement », a-t-il ajouté.

« Dévouement », car le PP a besoin de plus « d’efforts et d’engagement ». Après avoir critiqué les « modes » qui brouillent la méritocratie, il a fait valoir que son modèle est infaillible. « Et il faut avoir des propositions », a-t-il dit, car c’est « la marque de fabrique du PP ». « Proposer des solutions » avec des « critères ». « On dira oui quand on estimera que nos propositions ont un écho ou quand celles des autres doivent être soutenues », mais pas quand les propositions paraissent « inutiles », a-t-il dit.

Pour feijo, ce congrès a été un grand succès : « Nous sommes allés à la rencontre de l’Espagne ». Un week-end inoubliable qui laisse Séville dans une place privilégiée de son histoire politique, a-t-il dit. « Travailler pour l’Espagne et pour le PP, qui est l’outil démocratique de l’Espagne »

★★★★★