Punique : le juge propose de juger Marjaliza et huit anciens maires pour les adjudications irrégulières de Cofely

  • Justice Marjaliza devant le juge : « On a payé en noir au PSOE le même qu’au PP et un peu à IU pour qu’il se taise »
  • Bibliothèque de journaux Granados demande l’imputation de Simancas pour les pots-de-vin versés par Marjaliza au PSOE de Madrid révélés par EL MUNDO

Le chef du Tribunal Central d’Instruction Numéro 6 du Tribunal National Manuel García Castellón a proposé de juger un total de 37 personnes, dont huit anciens maires, l’homme d’affaires david marjaliza, techniciens communaux et plusieurs anciens dirigeants de la société Cofely, pour les prétendues irrégularités commises dans la passation de marchés publics dans plusieurs communes, la plupart de la Communauté de Madrid, entre 2012 et 2014 en faveur de la société de services énergétiques. Le magistrat propose également de juger Cofely España SAU en tant que personne morale.

Afin de procéder à la procédure abrégée de la partie distincte 6 de la soi-disant Affaire punique, le magistrat examine les faits constitutifs d’un total de huit crimes: organisation criminelle; corruption pour accomplir dans l’exercice de ses fonctions un acte contraire aux devoirs inhérents à celui-ci en matière de falsification et de divulgation d’informations réservées ; trafic d’influence; fraude; corruption de l’individu en concurrence avec la tergiversation administrative ; fraude de l’individu; utilisation d’informations réservées à soi-même ou à un tiers ; et le délit de corruption d’une personne morale.

De même, il s’engage à classer sans suite et à débouter trente personnes et donne un délai pour les accusations afin qu’elles puissent, dans un délai de dix jours, formuler une accusation demandant l’ouverture d’un procès oral ou le non-lieu.

Dans sa résolution, le magistrat explique que cette pièce a pour objet exclusif les faits qui affectent David Marjaliza en tant que « gagnant » de marchés publics pour la multinationale COFELY et les agissements de cette entreprise, de ses employés et dirigeants, ainsi que ceux de les charges publiques, fonctionnaires et techniciens participant aux attributions convenues des mêmes.

L’enquête concerne les marchés attribués à Cofely dans les communes des communes de Torrejón de Velasco (d’une valeur de 4 111 395 euros) ; Moraleja de En Medio (2 862 975 euros) ; Parla (54 659 019 euros) ; Alcalá de Henares (11 847 479 euros) ; Valdemoro (50 280 748 euros) ; Collado Villalba (35 467 135 euros) ; Móstoles (60 449 119 euros) et Serranillos del Valle (4 205 589 euros), ce qui fait un montant total de près de 224 millions d’euros.

Parallèlement à cela, indique l’ordonnance, les actions du tribunal le 27 octobre 2014 dans le cadre de la soi-disant « opération punique » ont interrompu les processus de jugement lancés, mais sans appel d’offres, dans les villes de Brunete, Almendralejo et Casarrubuelos.

Parmi les personnes enquêtées figurent les anciens maires de Parla José Maria Fraile Campos; de Mostoles, Miroir Daniel Ortiz; du Collado Villalba,Agustin Juárez Lopez de Coca; de Valdemoro, Laitue José Carlos Boza; de Moraleja de Au milieu, CharlieAlberto Estrada Pita; de Torrejon de Velasco, Gonzalo Cubas Navarro; de Serranillos del Valle, Antonio Sanchez Fernández, et d’Almendralejo, José Garcia Lobato.

Dans le cas de cette dernière Mairie, bien que l’arrêté précise qu’aucun marché n’a été attribué à Cofely en raison de l’action judiciaire, le maire aurait fourni des informations sur le dossier en permanence au cours de son traitement, la procédure lui est donc engagée pour délit de révélation informations réservées.

Une organisation criminelle

Entre mars 2012 et octobre 2014, explique García Castellón, les enquêteurs de COFELY et David Marjaliza, avec leur groupe d’entreprises instrumentales et de façades, ont agi « comme une organisation criminelle présumée avec une planification globale, avec une vocation de permanence et d’intervention dans divers conseils municipaux qui font l’objet d’enquête dans la partie 6, mais avec l’ambition et la volonté d’obtenir plus de contrats d’efficacité énergétique dans des entités ou organisations locales, en proposant des accords de corruption avec les autorités et les techniciens qui les ont attribués ».

« Jusqu’à dix enquêteurs parmi les organisateurs et les participants ont été impliqués dans cette tâche, qui ont joué divers rôles déployés par des sphères ou des cercles concentriques, suivant une séquence temporelle continue qui allait au-delà d’événements épisodiques », ajoute-t-il.

Pour donner une apparence commerciale standard à l’accord frauduleux auquel tous sont parvenus, le directeur de Cofely Maurice Didier Roger a engagé Marjaliza sous le statut juridique de conseiller commercial, sachant que ce qui était attendu de ladite enquêtée était qu’il utilise dans son travail de conseiller commercial le même réseau de contacts et de médiation avec les maires et les conseillers qu’il utilisait depuis sa précédente étape en tant qu’aménageur urbain.

L’ordonnance précise ensuite que la relation entre Cofely et Marjaliza a été mise en œuvre à travers un contrat de conseil commercial signé le 1er mai 2012 par la société Cofely. Dans le cadre de ce contrat, l’entreprise versait à l’employeur un forfait mensuel de 1 500 euros par mois et une partie variable, en fonction des opportunités commerciales et des contrats obtenus, jusqu’à un maximum de 155 000 euros.

« Le succès des contrats obtenus par Marjaliza a conduit COFELY à préparer un nouveau projet de contrat, reconnaissant pour l’année 2014-2015 des honoraires avec possibilité d’honoraires variables pour 5 500 000 euros, que la procédure judiciaire du 27 octobre 2014 a avortée », selon à la résolution.

Le leadership hiérarchique a été exercé par le directeur général de la multinationale Maurice Didier Roger, cercle 0, qui a soutenu les offres, les négociations de corruption, les paiements directs de transferts aux entreprises Marjaliza. Dans la zone suivante, le département commercial de Cofely dirigé par Constantino Álvarez, qui a soutenu les négociations de corruption menées par Marjaliza et Pedro García Pérez, chef du tertiaire du marché public du département commercial.

Dans un autre cercle, précise le juge, le même département commercial avec Gaela Hamon à la tête du bureau technique du département commercial -Back Office- qui, soit en même temps, soit après les négociations entre Marjaliza et Pedro García Pérez,  » infiltré les services techniques des mairies, rédigeant les dossiers d’appel d’offres, les rapports sur la nécessité du marché, les rapports d’évaluation des offres au regard des critères subjectifs dépendant des jugements de valeur, le prix des offres, les délais, les formule économique pour limiter l’impact des baisses dans la fourchette des notes, y compris le changement d’offres dans les phases réservées après la présentation des offres par les soumissionnaires ».

Un autre cercle, explique la lettre, était composé des négociateurs Marjaliza et Pedro García en contact direct avec les maires, conseillers et techniciens, « qui ont accepté d’attribuer à Cofely les contrats d’efficacité énergétique en échange de commissions ».

Paiements de commissions

Les enquêtés ont conçu un plan pour récupérer les dépenses qu’ils ont faites avec des paiements de commissions, au détriment des consistoires. Le juge souligne que ledit plan prévoyait le remboursement des cadeaux au prix d’éventuelles surcharges dans les contrats d’efficacité, gonflés de factures d’avantages fictifs ou inexistants des compagnies instrumentales de Marjaliza qu’elles masquaient comme dépenses contractuelles, « qui n’était rien de plus que les fonds engagés sous forme de commissions.

Pour ce faire, suivant les protocoles d’action commerciale établis par Cofely, ils ont imaginé que le montant des commissions ou cadeaux demandés par chaque Mairie soit inscrit dans le Business Plan –Plan d’affaires– Comme une dépense de plus du contrat et ainsi ils sont devenus une partie de l’offre que Cofely, une fois approuvée par le COMEX, a présenté au Conseil municipal concerné.

Selon le rapport de la voiture, l’enquêteur a ajouté une nouvelle épigraphe à la Plan d’affaires, qui allait percevoir les dépenses demandées par le réalisateur pour remporter l’appel d’offres public, dépenses qu’ils appelaient un complément de réussite –Frais de réussite-, Bien que, comme ledit concept, précise-t-il, cela ait partiellement révélé le but de ladite dépense, ils ont changé leur nom en –Gestion de projet- gestion de projet. A partir de ce moment, les dépenses engagées aux collaborateurs pour la rémunération des maires et des agents publics se sont basées sur les nouvelles rubriques créées.

La résolution souligne que malgré les efforts des personnes enquêtées, le plan n’était viable dans presque aucune des municipalités, même pas dans celles qui avaient l’accord des maires et des conseillers. Il était frustré, explique-t-il, par la situation d’insolvabilité et de délinquance grave de la plupart des consistoires et les objections de certains commissaires aux comptes des institutions concernées.

Les communes adjudicataires en 2012 et 2013 n’ont quasiment payé aucune facture de Cofely qui a facturé les premières prestations initiales de fourniture effective par leurs propres équipes de travail, comme l’achat d’énergie, tandis que les communes adjudicataires en 2014 ont été impactées par l’action du tribunal dans le Opération punique, qui a « désactivé toute l’organisation criminelle », dit la voiture.

★★★★★