Procès d’un gang qui a « squatté » des maisons, les a louées et menacé les locataires : « Si vous ne pouvez pas payer, volez »

Le procureur demande que le clan ‘Los Peludos’ soit condamné en tant qu' »organisation criminelle »

Certains des accusés pendant le procès.
Certains des accusés pendant le procès.

Ils se sont consacrés à « squatter » des maisons inhabitées, à changer les serrures puis à les louer aux personnes aux ressources économiques limitées, dont beaucoup sont des immigrés ou des personnes ayant des mineurs à leur charge. S’ils arrêtaient de payer les mensualités, ils les menaçaient. Ils les exhortaient à payer n’importe quoi, même en volant : « Si tu vas à la police, on te tabasse, tu ne sais pas ce qui t’attend ; et si tu n’as pas d’argent, tu le voles, tu gagnes la vie.

En moins d’un an, ils ont répété le mode opératoire dans au moins 15 maisons à Palma, dans les banlieues et les zones touristiques comme El Arenal ou Cala Major.

Le réseau proposait des locations illégales dans des publicités placées sur des lampadaires, des bars ou des cabines téléphoniques, profitant et faisant respecter la loi du clan.

Selon l’enquête policière, ils avaient des membres dédiés à la collecte et se partageaient les tâches : certains d’entre eux se consacraient à faire des modifications dans les bâtiments pour frauder l’eau et l’électricité et du matériel leur a été saisi pour faire les « branchements ». Ils font payer un loyer pour l’eau et l’électricité qu’ils obtiennent illégalement. L’un d’eux était même connu sous le nom de « serrurier ». Un autre était spécialisé dans les coups de pied dans les portes et dans les serrures. Et un autre a fait des brochures à la main.

La Cour provinciale de Palma juge cette semaine 23 membres de le groupe de ‘Los Peludos’, que le Procureur accuse d’avoir intégré un groupe criminel structuré et organisé pour perpétrer cinq crimes entre octobre 2013 et mai 2014.

Parmi eux, le procureur demande qu’ils soient reconnus coupables d’organisation criminelle, un crime qui a peu de précédents juridiques dans les gangs dédiés au « squattage » de maisons aux îles Baléares mais qui a déjà été prononcé dans une peine pionnière dans les îles le dernier Peut.

PRÉCÉDENT

Il s’agit du premier grand procès à Majorque d’un gang organisé pour « squatter ». Mais il existe des précédents similaires. Le tribunal correctionnel numéro 4 de Palma a ensuite condamné quatre personnes âgées de 24 à 47 ans pour avoir fait partie d’un « groupe criminel » en usurpant un immeuble résidentiel nouvellement construit à Palma et en demandant au promoteur une « rançon » de 8 000 euros pour abandonner. ça. . Dans ce cas même ils avaient organisé la simulation de vivre avec des enfants (avec des photos et de faux dessins de décoration d’enfants) rendre l’expulsion plus difficile.

Dans un procès prévu toute la semaine, les 23 prévenus du clan Los Peludos encourent désormais des peines pouvant aller jusqu’à 14 ans de prison pour avoir agi de manière présumée criminelle, usurpant des maisons qui appartenaient dans la plupart des cas à des banques.

Ils ont intimidé les locataires et se sont également vu imputer la commission d’actes de coercition et de détention illégale d’armes. Certains membres ont été réquisitionnés pistolets semi-automatiques, katanas, couteaux de poche et munitions.

Au début du procès, les accusés ont refusé de témoigner. Leurs défenses soutiennent que les locataires savaient qu’ils étaient dans des appartements « squattés ».

★★★★★