Premier officier de l’armée avec un bégaiement : « En tant que jeune, mon horizon était de le cacher pour pouvoir entrer et aujourd’hui je vois qu’il n’y a pas de discrimination »

Rien n’est perçu chez Luis qui dysphémie, qui révèle des discriminations ou révèle des injustices. Ce n’est pas l’histoire d’une personne avec de profondes interruptions dans la parole, ou d’un enfant banni aux coins de la dérision, ou d’un professionnel amputé par le squelette réglementaire de son entreprise.

Mais c’est l’histoire d’une différence.

Parce que Luis est la première personne avec bégaiement qui accède à l’échelle de commandement du Armée de terre. Les données sont prises en charge par Fondation du bégaiement espagnol-TTM, un collectif combatif et historique qui a combattu, négocié, sensibilisé et s’est mis d’accord avec des dizaines d’institutions de ce pays, dont la Forces armées.

Telle est la lutte de la Fondation TTM que son président, Adolfo Sanchez, convaincu un mardi en personne de Jos Luis Rodrguez Zapatero que le bégaiement ne pouvait être un motif d’exclusion du travail et ce même vendredi le président de l’époque gouvernement a porté l’affaire devant le Conseil des ministres.

Ainsi, un jour de 2005, la dysphémie a cessé d’être un critère d’exclusion pour l’emploi public.

Et, deux ans plus tard, les Forces armées sont entrées dans cet univers d’égalité…

Dès mon plus jeune âge, je voulais être dans l’armée. Mais étant encore au lycée mon horizon était de cacher mon bégaiement pour pouvoir entrer dans l’armée, car alors c’était encore un critère d’exclusion. Pour être officier de l’armée, vous devez avoir un licence. Je me suis donc inscrite en Business Administration car, malgré les difficultés, j’avais un objectif clair. Je me suis inscrit à l’université en juillet 2007 avec toujours le bégaiement comme critère pour ne pas être admis dans l’armée, mais en septembre de cette année-là, il a disparu comme motif d’exclusion. La voie était donc libre. Et maintenant je vois qu’ici dans l’armée, je n’ai jamais subi de discrimination pour mon bégaiement.

Il est Luis Gmez Siles, 32 ans, andalou d’Algésiras, avec une maison et une petite amie à Malaga et destination actuelle à Séville. Depuis qu’il a rejoint les forces armées en 2015, Luis Gmez Siles a été soldat de troupe dans le Armée de l’Air, cadet dans le Académie militaire générale, premier du 74e Corps de Promotion du Quartier-Maître d’Armée et, enfin, depuis juillet 2020, officier de l’Armée.

Lieutenant, pour être plus précis.

Juillet 2020 … Cela signifie cinq ans après que Luis est entré dans les forces armées, mais 13 ans après que le bégaiement en Espagne a cessé d’être un obstacle pour être militaire.

– Pourquoi a-t-il fallu 13 ans à une personne bègue pour devenir officier de l’armée de terre ?

– M’échappe. J’ai peut-être une opinion, mais je ne sais pas quelle en est la raison avec certitude. Mon opinion est que lorsqu’il y a quelque chose de difficile, il y a un toit en verre. Lorsqu’il y avait un service militaire obligatoire, le bégaiement était une cause d’exclusion, comme avoir les pieds plats. Et peut-être que cela a généré une exclusion personnelle, c’est-à-dire une idée que si vous aviez un bégaiement vous n’allez pas pouvoir faire carrière dans le monde militaire. J’appartiens à la première génération qui, lorsque j’ai décidé de mon avenir, savait déjà qu’il était possible d’être un militaire avec un bégaiement.

Le bégaiement… Une coupure de parole, un blocage de parole purement moteur, une coupure dans la fluidité de ce qui est dit, mais pas de ce qui est pensé.

Affecte 72 millions de personnes dans le monde et 467 000 en Espagne, selon la précision nationale de la Fondation TTM. Une étude rétrospective de Hugh Jones et Smith soutient que 83 % des adultes qui bégaient souffraient de taquineries ou harcèlement par ses pairs pendant l’enfance. Et un travail d’orthophoniste Rachel Escobar estime que seulement 16% des enfants de moins de 6 ans souffrant de bégaiement cherchent un traitement à l’école, en garderie ou dans le système de santé publique. Plus de 80 % des enfants dysphémiques traitent leurs troubles de la parole en consultations privées.

Le 22 octobre, la Journée mondiale du bégaiement a été célébrée. Et le 22 octobre (2015), Luis Gmez Siles est entré dans l’armée espagnole. On pourrait dire que la Journée internationale du bégaiement est mon anniversaire personnel dans les forces armées.

Siles, le lieutenant des Forces parlées.

La plupart du temps, Luis Gmez Siles ne bégaie pas. Maintient un discours fluide et, en outre, inconscient de toute victimisation. Mais il sait qu’il y a encore beaucoup de blessés. Il y a peu de choses pires que de ne pas savoir quelque chose, et on le sait mal. Et le bégaiement est très mal connu. On croit que c’est un problème fondamental, un échec psychologique, une frayeur ; les gens finissent vos phrases ou ça vous transmet de l’impatience, certaines personnes se font taquiner… C’est juste un manque de fluidité, pas un message. Elle n’est jamais liée à l’intelligence ou à la capacité d’expression, mais à la manière de transmettre. Il y a d’énormes communicateurs avec le bégaiement. Et les dirigeants mondiaux.

– Par exemple?

Joe Biden, Le président des Etats-Unis.

Le lieutenant Siles était un enfant sans dysphémie jusqu’à l’âge de 4 ans. A partir de là un bégaiement très prononcé qui semble s’être atténué avec le temps. J’ai reçu quelques commentaires, mais sans mauvaise foi. Parfois ou environ ‘bègue’ d’une manière un peu offensive. Mais ça n’a jamais fait de mal, parce que je n’ai jamais eu de complexe. J’ai toujours vécu le bégaiement comme une caractéristique de moi-même, quelque chose qui me façonne en tant qu’être humain. J’ai vu des gens plus mal à l’aise que moi avec mon bégaiement.

Il le dit souvent, sans la moindre trace de blocage. Mais tout au long de la journée, Luis se coince parfois. Cela ne dépend d’aucune situation particulière. Il apparaît juste. Cela peut être dans la situation la plus banale du monde, prendre un petit-déjeuner tranquille ou lors d’une réunion de travail… Cela ne dépend pas de facteurs externes.

– Et avant les troupes ?

– Cela n’arrive généralement pas, mais parfois, oui.

– Et comment la troupe reçoit-elle un ordre d’un supérieur avec un bégaiement ?

– Avec une normalité absolue. La troupe reçoit les ordres comme les employés de toute autre entreprise envers leurs supérieurs. Les forces armées ont un tolérance avec le bégaiement exactement de la même manière que la société. La preuve, c’est que j’étais le premier de la 74e Promotion, ce qui montre qu’il n’y a pas de discrimination à l’Académie, et que je suis officier, ce qui montre qu’il n’y a pas non plus de discrimination dans le travail militaire. Il y a peut-être quelque chose de spécifique, mais je ne l’ai jamais vu.

Le bégaiement est maintenu comme motif d’exclusion dans une petite zone militaire : admission dans des centres de formation pédagogique pour les aspirants personnels ayant des responsabilités de vol. En 2019, le BOE l’a établi comme suit : Bégaiement sévère qui entrave l’intelligibilité de l’expression orale sera considérée comme une cause d’exclusion. Lieutenant Siles : C’est logique. C’est une question de sécurité.

Luis Gmez Siles appartenait à la Fundacin Espaola de la Tartamudez avant de devenir militaire. Nous nous battons pour que la société reconsidère et soustraire la souffrance au groupe de personnes qui bégaient. La Fondation est une victoire.

C’est peut-être un autre, le premier commandement militaire de l’Espagne avec un bégaiement. En tant que commandement, je ne connais personne d’autre dans l’armée. En troupe, oui. Je suis sûr qu’après ma génération il y aura plus d’officiers avec le bégaiement.

★★★★★