Pedro Sánchez propose l’Espagne comme lieu des pourparlers de paix entre la Colombie et l’ELN

Le président du gouvernement soutient son homologue colombien, Gustavo Petro, dans sa décision de renouer le dialogue avec la guérilla

Pierre S
Pedro Sánchez avec le président de la Colombie, Gustavo Petro, à Bogotá.AFP
  • Diplomatie Pedro Sánchez se présente comme le fer de lance de l’Europe en Amérique latine face à l’influence de la Chine et de la Russie
  • Tour Pedro Sánchez se lance en synergie avec la nouvelle gauche en Amérique latine

Pedro Sánchez a commencé le parcours politique avec une vision internationale claire. La tournée en Amérique latine sera suivie d’autres événements à l’étranger dans un calendrier chargé qui comprend un sommet euro-méditerranéen en Alicante ou le sommet sur le climat à Egypte en novembre. Visites de Sánchez cette semaine Colombie, Equateur Oui Honduras dans un voyage avec un arrière-plan politique et économique, dans lequel Sánchez cherche à établir une harmonie et une synergie avec la nouvelle gauche qui émerge dans cette région. Lors de sa première étape, le chef de l’exécutif a proposé l’Espagne comme lieu de pourparlers de paix entre le gouvernement colombien et Armée de libération nationale (ALORS).

Cette quête pour sceller La Colombie une paix qui dure sera l’une des questions que Sánchez abordera avec Gustavo Petro. Le président colombien, qui a pris ses fonctions début août, a décidé de reprendre les négociations avec l’ELN, au point mort depuis 2018, après avoir été rompues pendant le mandat de Ivan Duc. En signe de bonne volonté, le président a décidé de suspendre les ordonnances d’arrestation et d’extradition à l’encontre des négociateurs de la guérilla de l’Armée de libération nationale (ELN) qui sont en Cuba.

Sánchez soutient Petro et serre les rangs dans cette décision de renouer le dialogue avec la guérilla. Et dans une interview à la station de radio WRadio, il s’est mis à la disposition du gouvernement colombien pour tout ce qu’il peut avoir. « Nous sommes intéressés à aider de toutes les manières possibles à établir la paix en Colombie, en aidant tout ce que le gouvernement demande », a déclaré Sánchez avant de participer à un forum économique qui rassemble plus de 800 entreprises colombiennes et espagnoles, l’une des plus forums importants que l’Espagne a organisés à l’étranger.

Dans ce cadre de soutien et de soutien à Petro, Sánchez a proposé l’Espagne comme lieu de négociation ou de dialogue entre les deux parties, si cela facilite la compréhension. « Nous proposons d’aider dans tout ce qui peut servir à parvenir à la paix, et nous proposons d’accueillir ces pourparlers de paix », a déclaré le président espagnol, si cela « aide à résoudre le conflit ».

Dans ce cadre de soutien au rétablissement du dialogue pour sceller la paix, Sánchez visitera le Centre pour la Mémoire, la Paix et la Réconciliation et recevoir une copie du rapport final de la soi-disant Commission vérité.

Un reportage présenté en Colombie et aussi dans d’autres villes comme Madrid qui vise à réconcilier le pays et qui rassemble des chiffres sur le conflit armé qui a duré soixante ans et qui a fait 50 770 enlèvements, 121 768 disparitions, 450 664 meurtres et 7,7 millions de personnes déplacées de force.

★★★★★