Nous pouvons rectifier et soutenir maintenant enquêter sur Laura Borrs pendant la rupture du mouvement d'indépendance: ERC, CUP, Bildu et le BNG la laissent tranquille

Le Congrès des députés a définitivement autorisé la Cour suprême à enquêter sur la porte-parole parlementaire de JxCat, Laura Borrs, pour quatre infractions de corruption possibles pour l'attribution présumée de contrats fractionnés en faveur d'un ami proche pendant son mandat de directrice de la Institution des lettres catalanes (2013-2017). Les infractions peuvent entraîner une peine maximale de 15 ans de prison.

Comme Borrs a le statut de députée, pour que la Cour suprême puisse procéder contre elle, elle avait besoin que le Congrès approuve la demande de levée de son immunité, qui a été accordée ce jeudi avec les votes en faveur du PSOE, PP, Vox, Unidas Podemos et Citoyens. JxCat et le PNV ont voté contre. Avec seulement 312 députés participant au vote, le résultat a été de 293 mois, 14 mois et 5 abstentions.

Le parti qui a rectifié sa position au cours des dernières heures a été United We Can, qui, lorsque l'affaire a été examinée par la Commission du statut du député, s'est distancé avec une abstention sur l'autorisation de l'enquête judiciaire, bien qu'il soit né en revendiquant la lutte contre la la corruption. Une semaine plus tard, il a voté pour en plénière.

La nouvelle a été essentiellement dans le comportement du secteur de l'indépendance catalane, qui a abandonné Borrs à son sort, refusant de participer au vote de la pétition et évitant de donner une image d'unité d'action au Congrès. Cela a provoqué un affrontement entre JxCat et ERC, encore encouragé par les éventuelles élections catalanes à l'automne.

L'excuse que l'ERC et la CUP ont donnée pour ne pas voter contre c'est qu'il s'agit d'une affaire ouverte contre elle pour des raisons politiques, pour son rôle de leader de l'indépendance et une personne très proche de Carles Puigdemont. Cependant, les deux formations ont évité de se présenter et de ne pas se positionner contre une enquête sur un cas présumé de corruption.

Ainsi, bien qu'ils aient pris la parole lors du débat parlementaire pour rejeter la cause, l'ERC et la CUP l'ont laissé plus tard dans le vote, tout comme EH Bildu et le BNGExcusant qu'avec la majorité formée par les grands partis, leurs votes n'auraient pas non plus changé le résultat final.

"Appuyer sur le bouton oui, non ou abstention le légitime; participer le légitime et nous ne voulons pas le légitimer ou le reconnaître comme tel", a expliqué Gabriel Rufin, qui considère la Cour suprême "partielle" et "politique" et qui rejette la procédure ouverte de "défectueux", "toxique" et "injuste".

En quittant le débat sur la pétition, qui a eu le statut de secret et n'a donc pas été rendue publique, Borrs s'est présenté comme une victime du système en raison de son statut de politique indépendantiste. La porte-parole de JxCat a souligné que ses droits seront "bafoués" en conscience "par ceux qui pensent que" l'unité de l'Espagne "doit être imposée" par tous les moyens ".

"Mettre la patrie avant la démocratie implique ces péages et j'espère que votre conscience y résistera", a-t-il déclaré à propos de ceux qui votent en faveur de la pétition dans un communiqué à la presse.

Gabriel Rufin (ERC) accueille Aitor Esteban (PNV). / EFE

Reproches croisés entre JxCat et ERC

Sans citer l'ERC et la CUP, Borrs leur a reproché leur attitude. "La répression est combattue et n'est pas autorisée à gagner en raison de l'échec du rival, même si le combat est perdu au préalable. Faire la bonne chose ne peut jamais, jamais, jamais être hors de propos", a-t-il souligné. Par conséquent, au contraire, il a voulu applaudir et reconnaître ceux qui ont voté contre avoir "préservé l'esprit démocratique".

Par la suite, Rufin a défendu les critiques dans une autre apparition dans la presse soulignant que "rien" de ce qui s'est passé avant, pendant et après "dépend de l'ERC" et a rejeté comme "injuste" que JxCat critique pour ne pas vouloir voter contre. Ainsi, le porte-parole républicain a averti que "l'unité" du séparatisme a été maintenue par ERC, CUP et EH Bildu et qu'au lieu de cela "il y a une partie" qui ne l'a pas fait, transférant au parti Puigdemont et Torra tous les responsabilité.

Rufin était très contrarié parce que, comme il l'a expliqué, ils avaient convenu "il y a 20 jours" qu'aucune des parties ne participerait au vote afin de ne pas le "légitimer", mais que JxCat avait finalement changé d'avis et, avec lui, avait rompu le vote. Unité.

En ce sens, Rufin a clairement indiqué que depuis l'ERC, ils avaient encouragé Borrs à démissionner du banc. Un "geste" qui l'aurait empêchée de faire l'objet d'une enquête par la Cour suprême car sa démission en tant que parlementaire entraîne automatiquement la perte de l'évaluation. Rufin a présenté ce résultat comme "un point de rencontre entre une partie et l'autre" concernant ce qui s'est finalement produit. C'est que chacun a pris un chemin différent.

Le porte-parole de l'ERC au Congrès a souligné l'inconfort de son parti à projeter une image de tiédeur dans la lutte contre la corruption. Rufin a averti qu '"il ne devrait y avoir aucune ombre de doute face à la corruption ou aux irrégularités dans l'indépendance" et a souligné qu'ils ne pouvaient pas être "plus laxistes avec ceux de l'intérieur qu'avec ceux de l'extérieur" dans ce type de circonstances.

Avec tout cela, et face aux accusations croisées entre les partis séparatistes tout en regardant avec méfiance les éventuelles élections catalanes à l'automne, Rufin a rejeté que JxCat ou d'autres puissent "donner des leçons" de ce que signifie être indépendant et a averti que "blâmer l'ERC "Ce qui se passe avec Borrs est" une insulte à l'intelligence collective ".

Contrats fractionnés pour un ami

La Cour suprême a ouvert une enquête depuis décembre dernier contre la porte-parole du Parlement JxCat qui est accusé, au cours de la période où il a dirigé l'Institution of Catalan Letters (2013-2017), d'allégations irrégulières accordées à un de ses proches, Isaas Herrero, au travers de 18 contrats mineurs pour un total de 259 863 euros.

En fait, le Procureur considère qu'Isaas Herrero a même participé à l'élaboration de bon nombre de ces dossiers contractuels pour adapter les concepts et les montants appropriés pour passer les filtres.

Parmi les indications contre Borrs, outre les déclarations des témoins, il y a des courriels croisés entre le député JxCat et d'autres enquêtés, ainsi que des conversations téléphoniques interceptées dans le cadre de ladite procédure.

Pour juger Borrs qui, en sa qualité de députée, a l'immunité, il a fallu que le Congrès accepte la demande envoyée par la Haute Cour, ce qui a été accordé aujourd'hui.

Les charges encourues par le député peuvent entraîner des peines allant jusqu'à 15 ans de prison pour prévarication, fraude, détournement de fonds et falsification de documents.

A partir de ce moment, le président du Congrès, Meritxell Batet, dispose d'un délai de huit jours pour transférer la décision au Suprême. La Cour devra pour sa part tenir la Chambre informée du nombre d'ordonnances et de peines qu'elle prononce à l'encontre de Borrs qui, pour le moment, ne perd pas le statut de député ou les droits et devoirs correspondants. Il ne cesserait d'en jouir qu'au moment où un acte d'accusation ferme serait prononcé et, en outre, il entrerait provisoirement en prison. La perte sera définitive en cas de condamnation définitive.

PUIGDEMONT ET TORRA LA ERIGEN DANS MRTIR

Carles Puigdemont et Quim Torra préparent le terrain depuis des jours pour présenter Borrs comme la nouvelle victime de la "répression" afin d'éviter toute responsabilité pour les faits enquêtés et de dissimuler la cause ultime de leur enquête. Samedi dernier, EL MUNDO a publié comment l'environnement de l'ancien président catalan, qui s'était échappé de Belgique, avait préparé un argument interne pour faire de Borrs un nouveau martyr et dans lequel il a exhorté à la défendre pour être "fidèle à la Catalogne et à l'objectif de la indépendance". Entre autres arguments, les courriels prétendument incriminants seront du matériel "manipulé". Dans ce sens, le président de la Generalitat s'est exprimé. Torra a déclaré qu '"aucun indépendantiste n'aura jamais un procès équitable en Espagne". "Entre autres raisons, c'est pourquoi nous sommes indépendantistes, en raison du désir d'une société juste et respectueuse des droits fondamentaux", a-t-il écrit sur Twitter.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

★★★★★