Moreno soutient les arguments économiques en faveur des élections andalouses mi-juin

L’avance ouvre un fossé entre les partenaires de la coalition, bien qu’il y ait déjà des conseillers Cs favorables à la convocation des élections

Le président du conseil d'administration, Juanma Moreno, lors de son discours
La présidente du conseil d’administration, Juanma Moreno, lors de son discours ce jeudi au Parlement.JOSE MANUEL VIDALEPE
  • politique Pourquoi Juanma Moreno pense à nouveau à convoquer en juin

Aux urnes en juin pour arriver à l’automne avec les devoirs faits. Le gouvernement de Juanma Moreno, qui défend depuis des mois qu’il n’a fait qu’avancer la date des élections si le Parlement bloquait son administration -une circonstance qui ne s’est pas produite-, a donné une tournure retentissante à la récit justifier la tenue anticipée d’élections comme le meilleur moyen de répondre à la crise inflationniste qui s’est aggravée avec la invasion russe d’Ukraine.

Le changement de paradigme économique a été d’une telle ampleur que Report du budget 2021 Il ne donnerait plus plus que lui-même et, par conséquent, il est urgent de commencer à travailler sur un nouveau budget pour l’adapter à la situation qui s’est produite, soutient désormais l’exécutif.

La tenue d’élections en juin permettrait d’avoir un nouveau gouvernement en été et de commencer la prochaine période de sessions (septembre) avec les devoirs faits, selon Juanma Moreno, pour travailler en temps opportun sur la préparation et l’approbation de la budget 2023. Sinon, si les élections se tenaient à l’automne, la nouvelle année recommencerait avec les comptes prorogés pour la deuxième année consécutive et cela empêcherait de disposer des outils permettant d’injecter les fonds nécessaires pour accompagner la relance économique.

Selon le discours désormais tenu par le président du Conseil d’administration -le seul habilité à prendre cette décision-, ils sont les conseillers de la zone économique ceux qui poussent davantage en faveur d’une avancée, abondant donc dans les raisons liées à la crise des prix et de l’offre due à la gueule de bois de la pandémie et du conflit en Ukraine.

Si lundi le ministre du Trésor s’est prononcé en faveur de l’avance, Juan Bravoce jeudi a également été fait par le responsable de l’Economie, Roger Vélasco, qui a affirmé qu’avoir son propre budget permet d’avoir plus d’outils pour lutter contre l’inflation.

Velasco a rappelé que l’économie a souffert une saisie extraordinaire à la suite d’une succession d’événements liés à la pandémie et aux goulots d’étranglement de la chaîne d’approvisionnement, qui ont déclenché les prix des matières premières. Le responsable de l’Economie fait partie de la taxe citoyenne dans le gouvernement andalou et ses paroles conseillant l’intérêt spécial de la charge anticipée étant donné que la partie Orange il est contre la tenue d’élections maintenant.

La possibilité d’avancement s’est en effet ouverte un fossé entre les partenaires gouvernementaux, qui ne cachent plus en public leur divergence d’opinion sur une élection anticipée qui condamnerait Ciudadanos à se rendre aux urnes à un moment de faiblesse particulière. A tel point que le dernier sondage de la Centre d’études andalouses (CENTRA), connu ce mercredi, n’a donné au parti libéral que deux députés contre les 21 qu’il compte actuellement. Cs a donc intérêt à gagner du temps pour tenter de regagner la confiance perdue de son électorat.

C’est pas le moment

Le vice-président du Conseil et coordinateur de Cs en Andalousie, Juan Marn, insiste justement ce jeudi sur le fait qu’il n’y a aucune raison d’abréger la législature. Je crois sincèrement que cela ne réussirait pas parce que cela signifierait arrêter la machinerie à une époque de croissance économique. En outre, selon lui, la tenue d’élections ne garantit pas qu’un budget puisse être approuvé prochainement, car cela dépendra de l’obtention d’une majorité gouvernementale suffisante.

Il est temps de poursuivre le travail que nous faisons. Sinon, il y a des lois qui sont en cours de traitement au Parlement, comme la Loi sur l’économie circulairequi ne serait pas approuvé, a ajouté Marn.

D’autre part, le PP s’inquiète la montée du vox, qui semble croître à mesure que les problèmes économiques augmentent. Le baromètre CENTRA accorde à Vox 22 sièges si les élections avaient lieu aujourd’hui, soit 10 de plus qu’il n’en avait obtenu en 2018, et près de 10 de plus que ceux accordés par la même étude démoscopique en décembre dernier.

Le doute pour le PP est donc de savoir si Vox aurait déjà atteint le plafond de leurs anticipations de croissance ou si l’aggravation de la situation économique et les troubles sociaux qui en découlent lui permettaient encore de croître davantage à l’automne.

Outre la loi sur l’économie circulaire, la session plénière du Parlement attend également l’approbation de l’avis final du commission d’enquête sur les irrégularités de la Faffe, la fondation publique s’est transformée en passoire pour placer les fonctionnaires et les proches du Parti socialiste et dont les fonds ont servi à payer les repas, les hôtels et les dépenses dans les maisons closes.

Le président du Conseil a reconnu ce jeudi devant le Parlement qu’il y aura des enjeux qu’il devra sacrifier si les élections sont déclenchées. Il a donc insisté sur le fait que s’il décidait finalement de dissoudre le Parlement, il le ferait penser à l’intérêt général, étant donné que ce qui serait particulièrement utile, c’est de continuer couper des rubans dans les inaugurations, faisant allusion aux premières imminentes du nouvel agrandissement de l’hôpital militaire de Séville, du tram de la baie de Cadix ou de la section au centre du métro de Malaga.

Les limites de l’extension budgétaire n’ont pas empêché, en tout cas, le gouvernement andalou d’annoncer l’approbation d’un décret visant à vérification contrats avec les entreprises adjudicataires des travaux en raison de l’augmentation du coût des matières premières. Cela a été annoncé par le président du conseil d’administration, qui a expliqué que c’est le moyen d’atténuer les effets de l’inflation dans un secteur clé pour la relance économique et maintien de l’emploi.

L’exécutif de Pedro Sánchez a déjà approuvé un décret avec le même objectif et l’intention du conseil est d’atteindre les entreprises qui, en raison de leurs circonstances particulières, ont été exclues du champ d’action du décret d’État.

★★★★★