Moreno revendique un « style andalou » de faire de la politique en contraste avec les « tranchées » nationales

Le président de la Junte défend l’accord et le dialogue que son gouvernement entretient le jour même où la confrontation entre les directions du PP et des Cs se termine par la perte de Grenade

Le président andalou, Juanma Moreno, salue ce mi
La présidente andalouse, Juanma Moreno, salue ce mercredi au Parlement l’ancienne secrétaire générale du PSOE-A, Susana Daz.PRESSE EUROPE
  • Crise La rupture du PP et des C à Grenade donne le maire au PSOE et son candidat Francisco Cuenca
  • Stratégie Gnova, le facteur déstabilisateur qui menace le PP andalou

Dialogue, entente, intelligence, bon sens et honnêteté. La présidente de la Junta de Andaluca, Juanma Moreno, a revendiqué ce mercredi une manière différente de faire de la politique, une manière intelligente de faire de la politique. UNE Style andalou sur la base des cinq principes précédents, qu’il a cités et répétés à plusieurs reprises dans son intervention devant la session plénière du Parlement pour faire le point sur la situation de la communauté.

Moreno n’a pas arboré le drapeau du pacte et du dialogue comme moyen de faire de la politique un jour donné. Il l’a fait juste le jour où le ingérence et la confrontation entre les directions nationales du PP et de Ciudadanos a entraîné la perte du conseil municipal de Grenade après une série de manœuvres que beaucoup attribuent à la direction nationale populaire et, en particulier, à Fran Hervas, qui était le numéro deux de Ciudadanos et Aujourd’hui c’est un confident du secrétaire général du PP, Teodoro Garca Egea.

Le président andalou voulait s’opposer à la style bronco qui s’est installé dans la politique nationale -notamment entre le PP et le PSOE, mais aussi entre le PP et Ciudadanos- avec son propre modèle qui incarne son gouvernement, qui a fait la capacité d’accord et de respect de ce qui a été convenu.

Quelques mots, ceux de Moreno, qui ne semblent pas désinvoltes au milieu des accusations de ces dernières semaines avec le feuilleton de Grenade en toile de fond et qui, d’ailleurs, sonnaient comme un justification de l’accord même que maintiennent le PP andalou et Ciudadanos – et se défendre contre les pressions internes et externes pour donner de la stabilité à l’exécutif de la coalition.

En fait, une grande partie de cette pression viendrait du même leadership national populaire, intéressé, selon certaines sources, à faire sauter le pacte du gouvernement andalou à avance les élections autonomes et renforcer le changement de cycle que Gnova maintient qui mettra fin à la victoire de Pablo Casado.

Face à ces pressions, plus ou moins voilées, Moreno et son associé Juan Marn, vice-président du Conseil, se sont efforcés d’isoler leur alliance et l’encapsuler du tsunami politique qui a généré la motion de censure frustrée à Murcie.

Ces interférences n’ont rien fait de bon en Andalousie et il y a des voix au sein du PP-A qui parlent même d’un siège politique de Gênes.

Dans le même ordre d’idées, l’également leader du PP andalou a souligné la nécessité de miser sur le dialogue, qui est, selon lui, le vent en faveur de la politique, alors que, a-t-il ajouté, les préjugés et tranchées idéologiques sont un frein au progrès.

Comme preuve de ce style andalou de faire de la politique, Juanma Moreno a fait une équilibre optimiste de la situation en Andalousie après avoir surmonté, a-t-il dit, le pire de la pandémie et la crise économique qu’elle a entraînée.

La descente du chômage en juin -un chômeur sur trois en moins dans tout le pays est andalou-, l’affiliation à la Sécurité sociale -la communauté avec le plus grand nombre d’affiliés l’année dernière, un sur cinq en Espagne- ou une augmentation du nombre d’entreprises de 7,8% -presque le double de celui enregistré dans tout le pays- étaient quelques-uns des arguments qu’il a utilisés pour défendre que l’Andalousie progresse et s’améliore, surmontant le cataclysme que la pandémie a provoqué chaque jour.

Il a également souligné l’effort sans précédent que son gouvernement a déployé pour protéger les plus vulnérables, son engagement à santé et l’éducation, avec des chiffres d’investissement et d’embauche record pour répondre aux besoins dérivés de Covid-19.

Et ce malgré le fait que le courant financement autonomeIl a souligné qu’il traitait injustement la communauté andalouse depuis une décennie, depuis qu’il a été approuvé avec le gouvernement de Jos Luis Rodríguez Zapatero.

Dans sa croisade pour un nouveau modèle de financement, Moreno a demandé hier aux groupes présents à la Chambre leur soutien pour lutter à Madrid, mais aussi pour freiner les tentations de l’exécutif Pedro Sánchez de privilège à certaines communautés plutôt qu’à d’autres, ce que, a-t-il souligné, l’Andalousie ne va pas permettre.

Il doit être clair que nous n’allons pas permettre à un traitement discriminatoire Andalousie, a souligné le président andalou, ajoutant que personne ne peut avoir des positions privilégiées et que celui qui le souhaite aura l’Andalousie devant lui pour défendre l’égalité.

C’est, a-t-il ajouté, un moment crucial où il appartient à chacun de s’impliquer, y compris les formations politiques de l’opposition, à qui il a fait appel pour qu’ensemble nous puissions ne pas décevoir les Andalous en mettant leur bien-être .

Mais malgré déficit de financement, que le Conseil chiffre à près de 11 000 millions d’euros, Moreno a annoncé que son exécutif allait encore baisser les impôts l’année prochaine, conformément à ses promesses et au programme signé avec Cs mais aussi avec Vox.

En septembre, a-t-il dit, une réforme de la loi fiscale a été conclue au Parlement qui comprendrait une augmentation des déductions pour l’investissement dans le logement des jeunes, pour la location d’une résidence habituelle et pour les familles nombreuses. L’objectif, que l’Andalousie se positionne comme l’une des quatre communautés avec la plus faible pression fiscale en travaillant.

★★★★★