Médine défend son million : « Je prends moins de 10% de commission, ce qui est dans les limites normales »

Dans sa déposition devant le parquet anticorruption, il a assuré qu’il aurait demandé des explications à sa compagne si le chiffre avait été beaucoup plus élevé.

Luis Medina, dans sa déclaration
Luis Medina, dans sa déclaration au siège de l’Anticorruption.LE MONDE
  • tribunaux Le juge étudie l’imputation à Luis Medina également pour avoir levé des actifs après avoir vidé ses comptes
  • Justice Le juge ne peut pas saisir les comptes de Luis Medina car il a moins de 250 euros

Luis Medina a jugé « normale » la commission d’un million de dollars (un peu plus de 900 000 euros) prélevée pour la vente de masques au Mairie de Madrid. Cela découle de sa déclaration devant le procureur anticorruption Luis Rodríguez Sol le 13 avril dernier.

« I du montant total si vous l’ajoutez, entre ce qui est pris l [su socio Alberto Luceo] et ce que je reçois, je reçois moins de 10% de commission, ce qui est normal », explique l’enquêteur selon l’enregistrement de la comparution, incorporé au résumé qui est instruit dans un tribunal de Madrid.

Medina explique au procureur qu’il avait consulté la veille le directeur de Afrique du Sud de la chambre internationale du commerce pour demander conseil. « Mec, si cinq millions étaient entrés sur mon compte, je lui aurais déjà dit, hé, qu’as-tu fait », ajoute-t-il.

Le contexte international justifierait également la commission, selon ses explications : « J’ai travaillé avec d’autres personnes en parallèle, avec un mandat du gouvernement allemand pour obtenir des masques 3M et d’autres choses, et je vous dis la vérité, monsieur le procureur, qu’on a vu qu’à cette époque les commissions étaient plus élevées parce qu’il y a eu quelques mois où il y avait beaucoup de demande et peu d’offre et tout est monté en flèche « .

« Le facilitateur »

Lors de la comparution, Médine déclare que son rôle a été limité dans l’opération. « Je ne suis pas l’intermédiaire, je suis l’introducteur, le facilitateur. Mon travail consiste uniquement à les mettre en contact. »

Il fait référence au contact avec la mairie de Madrid, point de départ de l’interrogatoire du procureur. Selon Medina, Luceo dit qu’il a accès à des fournitures médicales et lui demande s’il connaît « des clients » en Espagne.

« J’ai connu quelqu’un près de la mairie et vu qu’on était tous enfermés en mars, et vu qu’aucun matériel ou quoi que ce soit n’est arrivé, je dis que je vais essayer de me déplacer, parce que s’il dit qu’il a le produit… » , il dit. Il poursuit en expliquant que le directeur de l’université où il a étudié lui donne les coordonnées du frère du maire de Madrid.

« Il me donne son numéro, j’écris à Carlos et Carlos me dit que je vais te donner le contact de la personne », en référence au responsable des achats, Elena Collado. « Est-ce que je parle personnellement au maire de ce dossier ? », interrompt le procureur. « De cela à ce moment-là non », est la réponse. « Plus tard, il m’a écrit une fois pour me remercier et c’est tout. Il m’a écrit un WhatsApp. »

Plus tard, le procureur lui dit qu’un message de Luceo à Collado dit que Medina avait parlé avec Almeida. La personne mise en examen ne précise pas comment cela s’est passé : « Il m’a écrit ou m’a appelé, je ne m’en souvenais pas, pour me remercier. »

★★★★★