L’ombre noire des attentats de Barcelone : une explosion inattendue et deux attentats improvisés

La déflagration du matériel qu’ils ont manipulé a tué deux terroristes et a conduit les autres à changer leur plan et à attaquer La Rambla et Cambrils

Manifestation
Manifestation en refus de l’attentat de La Rambla et de Cambrils en 2017.J. MARTINEZ
  • Hommage Musique et fleurs pour se souvenir des victimes de l’attentat de La Rambla cinq ans plus tard
  • Terrorisme Les plaies ouvertes du 17-A : les victimes de l’attentat de la Rambla dénoncent se sentir abandonnées

Les attentats du 17 août 2017 à La Rambla et aux premières heures du 18 août à Cambrils ne se comprendrait pas sans l’explosion d’une maison à atteindre (Tarragone) l’après-midi du 16 août. Dans ce bâtiment, une cellule terroriste dirigée par l’ancien imam de Ripoll Abdelbaki est Saty et composée de jeunes de la ville d’origine marocaine qui avaient été en Catalogne il préparait des engins explosifs pour un attentat majeur pour lequel ils n’avaient pas encore choisi de date et de lieu.

L’explosion a tué l’imam et un membre du groupe. un autre a survécu, Mohamed Houli Chemlal, condamné à 43 ans de prison par la Haute Cour Nationale. La déflagration d’Alcanar a forcé le reste du groupe, les plus jeunes, à improviser.

Le 17 août, une deuxième explosion dans la même maison blesse vingt gendarmes et pompiers. C’est alors que les agents ont commencé à parler d’une attaque terroriste. Après avoir appris ce qui s’est passé à Alcanar, Younes Abouyaaqoub, qui était allé chercher une camionnette pour charger les explosifs, a décidé d’aller à La Rambla et d’écraser le plus de monde possible. Il a tué 13 personnes – une autre femme d’origine allemande a finalement succombé à ses blessures – et en a blessé 161.

La camionnette s’est arrêtée à Pla de l’s. Younes Abouyaaqoub s’en est échappé par le marché de la Boquera et est arrivé à Diagonal, où il a tué un autre homme, le poignardant avec un couteau, pour lui voler sa voiture. Il a sauté un poste de contrôle Mossos à la sortie de la ville, blessant plusieurs agents, et après avoir laissé la voiture garée, il s’est échappé à pied. Il a été abattu cinq jours plus tard en Subirats (Barcelone), lorsqu’il a menacé de faire sauter une ceinture d’explosifs simulés.

Cinq autres membres de la cellule ont lancé une deuxième attaque. Aux premières heures du 17 août, ils ont écrasé plusieurs personnes et en ont attaqué d’autres avec des couteaux avant qu’un Mosso ne les abatte tous. Lors de cette attaque, une femme est morte et sept personnes ont été blessées.

En mai 2021, la Haute Cour nationale a prononcé des peines allant de huit à 53 ans de prison contre les trois accusés. UN Mohamed Houli Oui Dris Oukabir, pour faire partie de la cellule terroriste ; un Dit Ben Yazza, pour la collaboration.

Contrairement à ce que demandaient les dénonciations privées -pas le Parquet-, le tribunal a refusé de les condamner pour les meurtres et les blessures, dont la justice tient pour responsables les terroristes décédés.

Il y a quelques semaines, la Chambre d’appel de la Cour a abaissé les peines de Houli et Oukabir pour des raisons techniques, les laissant respectivement à 43 et 36 ans. La limite de conformité effective reste à 20 ans, avec laquelle rien ne change à des fins pratiques. La Chambre a de nouveau refusé de les déclarer coupables des attaques spécifiques, tout en tenant l’État responsable de ne pas les avoir empêchés d’acquérir des matériaux pouvant être utilisés comme explosifs.

Les trois défenseurs ont fait appel devant la Cour suprême. Deux accusations également, qui demandent à nouveau une condamnation directe pour les meurtres et maintiennent la responsabilité civile subsidiaire de l’Etat.

★★★★★