L’imputation possible d’Oltra menace le front de gauche de Díaz et le gouvernement de Puig

La vice-présidente du gouvernement a lié sa future plateforme à l’attraction du leader de Comproms, dont la faiblesse complique également la réédition de la tripartite valencienne de gauche en 2023

Ada Colau, M.
Ada Colau, Mónica García, Mónica Oltra, Yolanda Díaz et Ftima Hamed, le 13 novembre 2021 lors de la présentation du large front à Valence.EPE
  • autre Il refuse de démissionner après que le juge a demandé son imputation : « La décence et la déontologie ne sont pas fixées par les tribunaux »
  • tribunaux Toutes les indications du juge pour imputer Oltra : « Il n’y avait aucune volonté de clarifier les abus »

Le scénario politique qui s’ouvre sur l’éventuelle inculpation de Mónica Oltra peut se résumer en deux mots : incertitude totale. La juge chargée d’enquêter sur la direction de son département dans l’affaire d’abus sur mineur sous tutelle par son ex-mari l’a placée à un pas d’être appelé comme enquêteur devant la Cour supérieure de justice Valencien. Une situation intenable pour le vice-président de la Generalitat, en plus d’une torpille dans la ligne de flottaison du projet de la gauche espagnole et valencienne face aux nominations électorales de 2023. L’avenir de Yolanda Díaz et Ximo Puig dépend directement d’Oltra.

D’abord parce que le deuxième vice-président du gouvernement et ministre du travail, Dès le début, Yolanda Díaz a lié son soi-disant large front à un référent de gauche comme Oltra. Le leader de Comproms lui a en effet servi à Valence de plate-forme pour la mise en scène des premières ébauches de ce que Daz veut construire pour faire revivre United We Can. Le projet sombre cependant avant de voir le jour. Alors que l’ombre de l’accusation plane sur Oltra, l’autre dirigeant auquel Díaz était lié, le maire Ada Colau, fait l’objet d’une enquête pour de prétendus irrégularités dans l’octroi de l’aide aux entités liées.

C’est pourquoi il n’est pas passé inaperçu. silence de United We Can -la troisième jambe du gouvernement valencien- depuis que la décision du juge de demander l’imputation d’Oltra a été connue vendredi. Un seul message a été envoyé de la deuxième vice-présidence de la Generalitat, qui est occupée par le puissant Hctor Illueca : respect absolu des procédures judiciaires. Et confiance dans les actions du Ministère de l’Egalité. C’est-à-dire jusqu’à preuve du contraire. rien à voir avec lui resserrer les rangs dans Compromsqui insiste sur l’argument d’une campagne de l’extrême droite pour l’épuiser personnellement et politiquement.

Le problème d’Oltra est que l’histoire contre son administration n’est plus soutenue uniquement par le accusations de Vox et Espagne 2000 (représente la victime), mais a été assumée par un juge prestigieux, Vicente Ríos. La vice-présidente valencienne n’est plus éclaboussée par le cas de son ex-mari. La vice-présidente a été explosée au visage par l’affaire de son département, dont les agissements sont désormais remis en cause.

Tout comme le projet Daz est basé sur l’attraction d’Oltra, le leader de Comproms est l’un des piliers sur lesquels repose le Botnic, la triple alliance de gauche qui a évincé le PP du pouvoir en 2015. C’est ce qui explique que l’inquiétude monte en flèche chez ses partenaires gouvernementaux. En privé, personne ne cache la peur de la façon dont cela va se terminer. posséder Otra a appelé à la démission de l’ancien président Francisco Camps lorsqu’il a été inculpé dans l’affaire des costumes (il a été acquitté).

Pour le moment, elle-même suppose normalement qu’il est très possible qu’elle finisse par être accusée. Il n’a pas l’intention de démissionner. A un peu plus d’un an des élections, le Consell peut-il s’en accommoder ? Et les engagements ? Dans le premier cas, selon les sources consultées, Puig n’aura pas de marge de manœuvre pour forcer Oltra à démissionner. Non, du moins, sans lâcher le gouvernement. Et les difficultés pour rééditer le Botnic augmentent.

Dans le second cas, celui de son parti, Oltra ne sera pas invité à démissionner. Mais personne n’ose assurer qu’Oltra se répétera comme tête d’affiche de la coalition. La décision dépendra d’elle. L’analyse à gauche est que, si vous choisissez de tenir contre vents et marées, quelque chose qui n’est pas exclu, il y a un risque que ça traîne les Comproms et le Botnic. Ni l’un ni l’autre n’ont aujourd’hui d’alternative à Oltra.

★★★★★