Lettre de ses amis à Samuel, le jeune homme tabassé à La Corua : « Nous nous battrons chaque jour pour ce que vous méritez : la justice »

Les amis du jeune homme assassiné vendredi soir se souviennent affectueusement de lui : « Il n’a jamais eu d’ennuis. »

Samuel Luiz, au travail dans une maison de retraite.
Samuel Luiz, au travail dans une maison de retraite.EM
  • Témoin direct Il s’agit de l’agression de Samuel, le jeune homme tué lors d’un passage à tabac à La Corua : « Je n’ai entendu que les coups »
  • Événement Plusieurs suspects et de nombreuses questions après le passage à tabac d’un jeune homme à A Corua

A ceux qui savaient Samuel ils ont encore du mal à assimiler ce qui s’est passé. « Il n’a jamais eu de problème. On ne l’a jamais vu manquer de respect à qui que ce soit », se rappellent ses amis, avec qui EL MUNDO a eu l’occasion de s’entretenir. Tous ont clairement fait savoir qu’ils voulaient justice et ont fait savoir que derrière l’événement, il y a des parents qui viennent de perdre leur fils unique : « Le père ne veut pas qu’on le serre dans ses bras car il est en train de s’effondrer. »

À Samuel Luiz Muiz, 24 ans, a été tué par un passage à tabac vers trois heures du matin de vendredi à samedi le long de la promenade de La Coroue. Un groupe de jeunes hommes lui a donné des coups de pied et de poing et, alors qu’il était déjà grièvement blessé, ils l’ont laissé étendu au milieu de la rue et ont quitté les lieux. Bien que les services de santé aient tenté de le réanimer pendant deux heures, ils n’ont pas pu lui sauver la vie et il a fini par mourir à l’hôpital.

Samuel, de ni
Samuel, enfant sur une photo fournie par la famille.EM

Dix de ses amis ont souhaité partager avec ce journal une lettre dédiée à son meilleur ami et que nous exposons ci-dessous :

« Samuel était la meilleure personne que vous puissiez rencontrer. Il était toujours bon avec tout le monde et était toujours là quand vous aviez besoin de lui, à travers vents et marées. Tout le monde l’aimait pour ce qu’il était, il est. Quand vous le connaissiez à fond, vous le saviez qu’il était tout bonté et bonheur. Il était le pilier fondamental du groupe et le meilleur ami de tous. Il aimait voyager, prendre soin de lui, sortir faire la fête et être avec ses amis, on pouvait toujours compter sur lui.

Samuel était le genre de personne qui entre dans votre vie comme un ouragan énergique que vous semblez connaître depuis toujours. Il était joie, il était soutien, compagnon de bons souvenirs et d’après-midi de rires, de longues nuits et de journées grises, il était cette personne qui, s’il devait vous dire des choses, le ferait sans ménagement. Il vous a fait voir vos erreurs et en même temps vous a aidé avec elles et vous a accepté tel que vous étiez. Il rayonnait de joie partout où il allait et il n’y avait aucune impossibilité avec lui, car tout ce à quoi il se proposait, il l’atteignait.

Avec le temps, nous cesserons de pleurer son absence, nous rirons et serons émus par ses souvenirs. Il y a des gens qui nous marquent, et celui que Samuel a laissé en nous continuera à nous battre et à nous accompagner toute notre vie. C’est maintenant un moment d’adieu dur et injuste, la vie nous laisse sur la route des moments amers et durs comme celui-ci. Il faut avoir de la force et du courage pour avancer. Nous ne pouvons que rendre grâce pour le temps qu’il a passé avec nous et les moments qu’il nous a donnés, que nous n’oublierons jamais. Un peu de lui est resté en chacun de nous. Tu es parti, mais nous serons là chaque jour à nous battre pour ce que tu mérites, la justice.

Nous vous aimons.

Vos amis Lina, Sandra, Cristina, Andrea, Alexia, Sofa, Leo, Melissa, Vanesa et Stiven ».

Ce lundi 5 juillet, Samuel il se serait réveillé dans sa maison Meicende, dans la commune voisine de Corus de Arteixo. Après avoir pris le petit déjeuner avec ses parents, il a parcouru les 6 kilomètres par jour qui le séparaient de la ville qui l’a vu grandir jusqu’à l’endroit où il s’est occupé des personnes vulnérables dans la dernière étape de leur vie. Une vie qui, Samuel, lui a été enlevée. Une nuit d’été. Dans une rue de Riazor. Crier « pépé! » A 24 ans.

★★★★★