Les Pujols accusent le juge de les accuser de «grondements» d'accusations fondées sur le «néant»

Mercredi,
12
août
2020

21:31

La famille Pujol fait appel de l'ordonnance par laquelle le magistrat Jos de Mata propose de les juger pour appartenance à une organisation criminelle

Jordi Pujol (à gauche) accueille le président catalan, Quim Torra, dans un acte pour les prisonniers de 1-O, en 2019.
EFE

La famille Pujol a présenté devant la Cour nationale un recours contre l'ordonnance du juge Jos de la Mata dans lequel il propose de mettre tous les membres du clan sur le banc pour faire partie d'une organisation criminelle.

Dans la lettre, préparée par les avocats Albert Carrillo et Christopher Martell, ils soutiennent que l'instructeur leur attribue des «accusations grandioses et grandioses» «derrière lesquelles le néant est abrité».

Selon l'ancien président régional catalan et sa famille, la voiture de De la Mata fait allusion aux «influences spécifiques» de Jordi Pujol Soley pour aimer les appels d'offres publics en échange de la collecte de commissions illégales.

Cependant, il souligne que les enquêtes n'ont pas pu préciser «une seule résolution administrative adoptée sous une appréciation intolérable». "Il ne précise ni ne désigne non plus une autorité ou un fonctionnaire qui aurait été l'objet de pressions, d'influences ou de suggestions d'un membre de la famille Pujol" pour déformer ses opinions.

Ils disent que le juge ne fournit aucune preuve

De même, les Pujols soutiennent que De la Mata se réfère «génériquement» aux «modifications de l'urbanisme, des attributions de travaux, des appels d'offres et des concessions» sans fournir une seule preuve de son influence politique sur eux.

Pour cette raison, les Pujols rejettent l'attribution du crime de blanchiment d'argent car il y a, à leur avis, un crime antérieur, et ils se souviennent que «dans notre système juridique, il n'y a pas de crime d'enrichissement sans cause».

En outre, ils nient que Jordi Pujol Soley ait mené une action en faveur de son fils Jordi Pujol Ferrusola, «pas un seul». "Il n'y a aucune preuve de la moindre gestion, suggestion, invitation ou influence", ajoutent-ils.

En même temps, ils nient la commission d'un crime de falsification documentaire et de trafic d'influence et insistent brièvement sur l'origine de leur fortune comme provenant d'un «héritage héréditaire» sous lequel ils nient une origine illicite. En tout cas, un "éventuel reproche fiscal".

Pour toutes ces raisons, ils demandent que l'affaire soit close et que la décision qui constitue la première étape pour les juger soit révoquée pour avoir accumulé une énorme fortune grâce à la collecte de pots-de-vin.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

★★★★★