Les policiers de Mrida détenus dans l’opération contre le trafic de drogue sont transférés à la prison madrilène d’Estremera

Ils entrent dans un module de sécurité spécial pour les agents des forces et organes de sécurité de l’État

Fourrure
Furgn de la Garde civile avec les détenus.Chaîne de télévision d’Estrémadure
  • À l’intérieur Les trafiquants de drogue arrêtés dans la macroopération anti-drogue de Mrida se vantent sur les réseaux sociaux : « J’ai autant d’argent que Pablo Escobar »
  • Corruption policière Mrida à court de police antidrogue : « On n’a pas de confidents, il faut repartir de zéro »

Les quatre agents de la Police nationale de Mérida détenu dans le cadre de l’opération contre le trafic de drogue appelée Minuro-Poisson réalisée la semaine dernière à Estrémadure ont été transférés cet après-midi de la prison de Badajoz -où ils sont entrés vendredi soir- à Centre pénitentiaire Madrid VII, communément appelé le Estremera. Tous ont été transférés dans un fourgon de la Garde civile.

Bien qu’il ait été spéculé tout au long de la journée que la police allait être envoyée à la prison de Séville 1 parce qu’elle était plus proche de l’Estrémadure, finalement le ministre de l’Intérieur a opté pour qu’ils aillent en prison dans la capitale de l’Espagne. Celui d’Estremera, comme celui de Séville 1, dispose d’un module spécial séparé du reste des détenus pour tous les membres des forces et organes de sécurité de l’État qui sont détenus, les empêchant ainsi de se mélanger avec d’autres types de prisonniers. dans le cas où ils sont en prison préventive en attendant le déroulement de la procédure judiciaire que le tribunal n°3 de Mrida et celui de Torrevieja (Alicante), où un agent de la Garde civile est également détenu dans le cadre de cette opération.

Un cinquième policier a été libéré vendredi dernier après avoir témoigné sur les questions de son avocat, mais pas sur celles du juge et du procureur. Il était le plus récent du groupe des stupéfiants ayant rejoint cette équipe en février dernier. Le juge l’a relâché mais a retiré son passeport et l’a contraint à comparaître tous les quinze jours devant le tribunal. Le lendemain des premières arrestations, un autre agent a été arrêté, une policière, attachée au commissariat de police de Mrida mais pas au commissariat Groupe des stupéfiants, mais elle a été relâchée après avoir été inculpée.

Les quatre autres agents qui composaient le groupe – dont l’inspecteur en chef – auxquels leurs avocats avaient recommandé de ne pas témoigner car l’affaire était en cours d’instruction et ne connaissaient pas les actions judiciaires et policières, sont entrés en prison provisoire sans caution. L’affaire, qui relève du secret sommaire, est suivie, entre autres, pour délits contre la santé publique, appartenance à une organisation criminelle et défaut de poursuite pénale, selon la Cour supérieure de justice d’Estrémadure.

Pendant le week-end et jusqu’à ce lundi vers 16h30, les quatre agents étaient restés dans la zone d’entrée de la prison de Badajoz, suivant le protocole anti-covid de 10 jours dans ce module comme tout détenu qui entre dans la prison. . Ils ont subi divers entretiens avec des médecins et des psychologues, selon leurs avocats, et ils sont « de bonne humeur, malgré les circonstances », comme l’a relaté l’avocat de l’un des agents LE MONDE, Roberto Lorenzo. L’avocat a également confirmé que tant lui que les autres défenses préparent la présentation d’un recours contre l’ordonnance d’emprisonnement provisoire ordonnée par le juge d’instruction, même s’il reconnaît que tant que le secret sommaire n’est pas levé et que la procédure est connue « il sera compliqué « que cette décision peut être modifiée en ne connaissant pas exactement les raisons des crimes dont ils sont accusés, et les preuves pour eux, bien qu’à tout moment il ait été convaincu de l' »innocence » des agents.

A la disposition du juge

Pour le moment, les détenus sont classés comme « prisonniers de prévention au deuxième degré à la disposition du juge », a précisé l’avocat, « et dès que possible que nous ayons des copies de l’ensemble du processus, car maintenant le dossier est vide, nous pouvons préparer les défenses et présenter cet appel. Pour cette raison, ils demanderont également la levée du secret de la procédure.

Roberto Lorenzo a souligné qu’il n’y a aucune crainte que les agents aient été mélangés avec d’autres détenus, mais qu’il existe un protocole d’action dans ces cas qui est mis en place pour tous les membres des forces et organes de sécurité de l’État lorsqu’ils sont détenus et envoyé en prison, même provisoire. « C’est le processus réglementaire habituel qui a été suivi », et que pour le moment il n’a pu inclure aucune communication des agents à leurs avocats dans ces premiers jours qu’ils ont été en prison à Badajoz : « Les appels ont été non autorisé », a précisé.

Les agents de déménagement à Madrid au lieu de Séville signifient que la distance à parcourir double presque pour les avocats et les membres de la famille lorsque les visites sont autorisées.

Il y a également au moins quatre autres personnes enquêtées qui ont été libérées provisoirement avec des charges. Tous ont vu leur passeport retiré et ils sont obligés de comparaître devant le tribunal tous les 15 jours.

★★★★★