Les incendies dans le nord de l’Estrémadure ont brûlé plus de 6 200 hectares mais sont déjà stables et maîtrisés

Le secteur touristique encourage les visiteurs : « Il n’y a aucun risque et vous pouvez continuer à profiter des réserves naturelles »

Zone dévastée par l'incendie de Deleitosa, C
Zone dévastée par l’incendie de Deleitosa, Cceres.ISMAËL HERREROEFE
  • Estrémadure Toutes les réserves naturelles de Cceres brûlent déjà après qu’un incendie criminel s’est déclaré à Jerte
  • Espagne La visite du roi Felipe VI à Las Hurdes réconforte le secteur touristique après les incendies : « Nous sommes à nouveau prêts »

Les trois graves incendies déclaré la semaine dernière en Estrémadureen particulier à Las Hurdes, Casas de Miravete (qui a affecté le parc national de Monfrage) et Valle del Jerte, ont complètement brûlé plus de 6 200 hectares. Les deux premiers sont déjà maîtrisés alors que leur niveau de danger est tombé à niveau 1.

Pour le moment, ils resteront dans les deux zones cinq unités de terrain et un milieu aérien, qui travaillent avec « prudence en raison d’éventuelles reproductions car ils ont un grand périmètre », a averti le Forfait Infoex.

Celui de Jertéqui a touché la Garganta de los Infernos ce week-end, qui il a été provoqué et avait deux points d’origine, est stabilisé et avec « bonne évolution » tandis que quatre unités de terre continuent d’être exploitées.

Concrètement, et selon les premières estimations, celui la plus grande zone brûlée a été celle de Casas de Miravete (sans information officielle sur son origine), avec 3 239 hectares brûlés, dont plus de 300 au sein du Parc national et le reste inclus dans la réserve de biosphère de Monfrage.

Celui de la région Les Hurdes (qui a commencé à cause de la foudre) a touché 2 864 hectares en terrain extrême (9 000 dans la province de Salamanque), et dans le Vallée du Jerte 168 hectares brûlés.

Entre-temps, le président du conseil d’administration, Guillermo Fernandez Varaqui a été réprimandé par un groupe de voisins, dont plusieurs éleveursalors que j’attendais le Premier ministre lundi, Pedro Sáncheza encadré ces protestations en ce sens que ces personnes « le vivent comme un drame ».

En ce sens, il a précisé que « je ne suis pas son ennemi, je suis de son côté, et en la défense de leurs intérêts« , il a donc préconisé « d’écouter les gens ». Ainsi, il a précisé qu' »ils ont leur opinion sur ce que il y a un excès de protection de l’environnement et que cela leur fait du tort » alors qu’il prônait l’ouverture d’un débat sur la nécessité « de faire des changements dans la politique forestière.

Touristes

La Fédération du tourisme rural d’Estrémadure (Fextur) a lancé un message de « calme et paisible » après la succession d’incendies dans les joyaux les plus représentatifs du tourisme dans le réserves naturelles de la province de Cceres: « La saison continue, les appels continuent d’être reçus pour faire des réservations. Estrémadure, en général, et Las Hurdes, El Jerte et Monfrage en particulier, ils continuent d’offrir de beaux endroits pour profiter des vacances.

Sa présidente, Victoria Bazaga, a précisé que le zones affectées par les incendies sont « une petite partie d’entre eux » tandis que les annulations qui ont eu lieu « ont été minimes et localisés ».

De même, l’Association du tourisme de la Vallée du Jerte a souligné que la région est tout à fait normale : « Le feu est éteint et n’a touché qu’une petite zone de la partie supérieure de la Garganta de los Infiernos dans laquelle il n’y a pas de route touristique ».

En ce sens, il souligne que « la zone de baignade de cette réserve naturelle n’a pas été affecté et à aucun moment aucun établissement n’a été expulsé, ni aucune villeet cette possibilité n’a jamais été sur la table ».

Pour cette raison, ils mettent en garde contre les doutes qui peuvent exister parmi les touristes que « le Vallée du Jerte se visite entièrement, sans aucun risque pour le visiteur, quel qu’il soit, qui pourra profiter de la plusieurs zones de baignade de la région, ses gorges ou ses routes ».

★★★★★