Les habitants de Bejs rentrent chez eux en larmes après « l’horreur » : « Le paysage est dantesque »

La municipalité reprend de la vie « petit à petit » et songe déjà à « se mettre au travail pour la laisser en l’état » : « Ceux de Bejs sont coriaces »

Les moments les plus critiques de l’incendie de Bejs, vus du cielLE MONDE

Les habitants de Bejs (Castelln) rentrent chez eux ce samedi, accompagnés de sentiments mitigés, après un incendie de forêt qui a laissé une situation « désolé » et « horrifiant », puisque « tout est noir »mais avec l’enthousiasme que « c’est fini ».

Le maire de cette municipalité de Castellón, Mara José Madrid, dans des déclarations à Europa Press, a été « euphorique » après avoir appris que les habitants de la ville pouvaient rentrer chez eux. « Nous pouvons maintenant rentrer chez nous, nous commençons à voir ce qui se passe », a-t-il déclaré.

Cependant, il a regretté que ces jours « d’incertitude » aient été « mal, avec beaucoup d’anxiété et beaucoup d’inquiétude » et il a ajouté que chacun des habitants de la municipalité a cherché « la meilleure façon de faire face à ces jours difficiles ».

L’édile a souligné que, malgré « la joie » de pouvoir rentrer chez eux, « il y a aussi des pleurs car le paysage est dantesque ». « J’étais très content quand je suis entré, mais la vision est vraiment dure », a-t-il dit, tout en déplorant que « tout le mandat municipal ait été brûlé ».

en savoir plus

« Maintenant, nous devons voir que les gens arrivent, et petit à petit nous nous mettons au travail pour ce dont ils pourraient avoir besoin », a déclaré Madrid, tout en indiquant que désormais « les services primaires doivent être rétablis, mais petit à petit ». Le maire a indiqué que la vie dans la commune reprend « doucement », puisque les voisins reviennent par étapes et chacun fait un bilan de la situation chez lui.

De même, le maire a signalé que dans la municipalité il y a encore n’a pas d’eau potable, étant donné que le ministère de la Santé « doit évaluer l’état de l’eau avant de pouvoir la consommer ». Dans ce sens, il a souligné que certains réservoirs d’eau potable ont été complètement vidés par le feu « et on ne savait pas si l’usine d’embouteillage de la municipalité avait brûlé de l’intérieur ».

Maintenant, après « les évaluations pertinentes pour vérifier son état », l’eau a été demandée à l’usine d’embouteillage « et elle est déjà transférée à la ville pour desservir les voisins jusqu’à ce que le ministère de la Santé autorise l’ouverture des robinets ».

Quant au service Internet, qui continue d’être inopérant, la fibre « a brûlé et toutes les tours sont tombées ». « On essaie de gérer ça, mais ce n’est pas du jour au lendemain, si lentement et avec une bonne écriture », a déclaré l’édile municipale.

« Tu tapes fort »

Certains habitants de la ville de Bej
Des habitants de la commune de Bejs (Castelln) constatent les dégâts causés à leur habitation.Bienne AlioEFE

L’ambiance dans le quartier est similaire. S’adressant à Europa Press Television, l’un des habitants de cette commune a expliqué avoir été « tu frappes fort », au cours de laquelle il n’a cessé de penser à l’état de ses poules. Cependant, il a montré son « enthousiasme » car « c’est déjà fini ». « Maintenant, commencer à travailler et laisser comme c’était parce que ceux de Bejs sont durs », a-t-il plaisanté.

Les sinistrés ont indiqué que depuis la mairie, ils ont été guidés pour monter chez eux après le déjeuner, car avant que les routes ne s’effondrent. « El pueblo est cerrado, bares, tiendas y todo, no hay nadie porque acaban de dar la orden », ha expresado, al tiempo que ha sealado que se estaban transportando garrafas de agua al pueblo, puesto que todava no se puede hacer uso del eau potable.

Un autre des voisins de Bejs a exprimé que le sentiment après l’incendie est « sombre » et c’est « horrifiant » de penser « tout le travail qui nous attend », car « c’est tout noir ». Et il espère que cette situation « aidera les politiques d’aujourd’hui, d’avant et ceux à venir à se rendre compte qu’ils n’en ont aucune idée sur les forêts et ils ne savent rien faire, puisqu’ils ne nettoient pas et ne permettent pas la construction de pare-feux ».

En ce sens, il a souligné que dans la commune « il y a eu une chute de neige qui a provoqué la chute d’arbres qui n’ont pas encore été abattus ». « C’est tout le carburant, ni le changement climatique ni le lait », a-t-il déclaré, puis s’est corrigé : « Le changement climatique, d’accord, mais si les montagnes avaient été propres, cela aurait été beaucoup moins. Mais maintenant, ils n’ont rien ni nous Qui va venir maintenant faire du tourisme s’il ne nous reste rien ?

Une autre voisine touchée, qui a trouvé la viande de sa boutique pourrie après l’avoir rapidement abandonnée il y a quelques jours à cause de l’incendie, a déclaré que « le pire est psychologique ». « Vous regardez autour de vous et voyez que le panorama est la chose la plus triste au monde », a-t-il commenté.

Dans ce sens, un autre habitant de Bejs s’est également exprimé, soulignant qu’il se sentait « beaucoup d’impuissance et de tristesse » car c’est l’endroit où ses parents sont nés et « il lui a toujours été très cher ». De plus, il a apprécié l’effort du consistoire pour tenir toute la population au courant de la situation des incendies.

★★★★★