Les employés des consulats espagnols au Royaume-Uni réduisent leur grève après avoir négocié avec les Affaires étrangères

Après 45 jours de grève illimitée pour réclamer des améliorations salariales et sociales, ils estiment qu’il y a des progrès dans les négociations

Personnel ouvrier manifestant devant le consulat.
Personnel ouvrier manifestant devant le consulat.Royaume-Uni
  • Espagne Plus d’un mois de grève des ouvriers espagnols au Royaume-Uni : « Le salaire ne suffit pas pour vivre »

Les employés de l’ambassade et des consulats d’Espagne au Royaume-Uni, en grève depuis le 14 mars, ne feront une grève hebdomadaire d’une heure qu’à partir de jeudi après avoir vérifié l’avancement des négociations avec le gouvernement espagnol, comme l’a rapporté le comité de grève Personnel du service extérieur (PLEX).

Dans un communiqué, le comité explique qu’après 45 jours de grève illimitée pour réclamer des améliorations salariales et sociales, ils ont rencontré mardi le directeur général du Service extérieur, qui leur a présenté une série de solutions proposées par le Ministère des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération (Maeuec).

L’un des employés de l’ambassade d’Espagne au Royaume-Uni a assuré à EL MUNDO que, bien que « tout n’ait pas été réalisé », leur salaire a été augmenté et « le consensus pour la sécurité sociale espagnole est en cours ».

Les travailleurs consulaires ajoutent que les initiatives proposées ne répondent pas à toutes leurs revendications mais « l’assemblée a accueilli positivement ces avancées » et a soutenu « une reformulation de la grève », afin de « réduire la pression que les citoyens espagnols ont dû subir » pour le manque de services et de montrer « leur volonté de dialogue avec l’Administration ».

La substitution de la pause totale à un hebdomadaire « est subordonnée à la mise en œuvre des solutions proposées » et « peut être annulée à tout moment si le groupe l’estime ainsi », précisent-ils dans le communiqué qu’ils ont publié.

En tout état de cause, les salariés maintiendront la manifestation prévue le 7 mai en raison de « l’extrême précarité de l’emploi dans laquelle ils se trouvent et de la violation de divers principes et droits par l’administration espagnole ».

L’ambassade de Londres compte un total de 97 contractuels, un chiffre qui a chuté cette année à 21 parce que la main-d’œuvre ne pouvait pas faire face aux bas salaires. De plus, la semaine dernière, ils ont porté leur cas devant le Parlement européen.

La situation affecte les 143 travailleurs répartis entre l’ambassade et les consulats du pays, qui s’occupent des 176 000 Espagnols enregistrés, bien qu’on estime que le chiffre atteint jusqu’à 300 000 Espagnols qui sont pratiquement laissés pour compte par cette grève illimitée.

Ce n’est pas la seule ambassade en grève

La situation des organes représentatifs du Royaume-Uni a été dépassée par le Brexit et la inflation découlant de la guerre en Ukraine. Au consulat d’Édimbourg, en raison de l’exode des travailleurs, de nouveaux postes ont été ouverts auxquels personne ne s’est présenté et, face à l’effondrement, le délégué syndical de la main-d’œuvre à l’étranger, Pablo Pardo, prévient que ce problème pourrait s’étendre au reste du monde, car il y a d’autres ambassades qui dénoncent aussi depuis longtemps la situation compliquée qu’elles vivent. « En Argentine, nous devons faire face à l’inflation de 50% que connaît le pays », dit-il en exemple. « En 2017, une grève illimitée comme celle du Royaume-Uni a été déclenchée et la perte a été très importante, donc ils ne pensent pas pouvoir s’arrêter à nouveau. » « Les gens étaient très mécontents qu’aucune solution n’ait été trouvée à partir de cette grève. »

Dans ce contexte, l’ambassade d’Espagne à Berlin Il a rejoint la grève illimitée le 21 mars, date à partir de laquelle il effectue des débrayages tous les lundis entre 10h30 et 12h30. En outre, l’Association des diplomates espagnols a publié une déclaration dans laquelle ils expriment « leur inquiétude face à la dégradation continue du service extérieur espagnol » et dans laquelle ils soulignent que « c’est le résultat d’une situation qui a duré trop longtemps.

★★★★★