Les citoyens obtiennent le maire d’Alcobendas et le PP l’accuse de « se jeter dans les bras de Podemos »

Aitor Retolaza est le nouveau maire du gouvernement de coalition avec le PSOE, en vertu du pacte que les deux partis ont conclu après les élections de 2019.

Le maire sortant d'Alcobendas, Rafael S
Le maire sortant d’Alcobendas, Rafael Snchez Acera, avec le nouveau conseiller citoyen, Aitor Retolaza, après le changement de maire.

Ciudadanos a réalisé ce jeudi son Septième maire dans la La communauté de Madrid, et dans l’une des plus grandes communes de la région, Alcobendas, qui a également l’un des niveaux de revenus les plus élevés d’Espagne. Le nouveau maire, Aitor Retolaza, c’est grâce à l’accord signé par le PSOE et Cs en 2019, selon lequel le maire a divisé la moitié de la législature aux socialistes et l’autre moitié aux des oranges.

Retolaza a été élu lors d’une session plénière extraordinaire tenue après la démission du précédent conseiller, Rafael Snchez Acera. Le nouveau premier maire a été investi des voix des conseillers libéraux, celles des PSOE et avec celui du seul représentant de Podemos, dont le soutien n’a pas été décisif car les conseillers socialistes et ceux de Cs totalisent une majorité absolue, y compris le candidat précédent. Orange, qui a quitté le parti mais a également voté pour l’investiture.

Pourtant, le PP a accusé Cs de « se jeter dans les bras de Pouvons« pour accéder au pouvoir. La formation libérale, de son côté, nie avoir conclu un quelconque accord avec le parti violet.

Cs a réalisé son premier maire d’une grande ville madrilène (116 000 habitants). L’inauguration a été officielle à midi ce jeudi après la démission du précédent maire. Des sources de Cs expliquent que la formation qui préside alors Albert rivera Il a d’abord tenté en 2019 de conclure un accord avec le PP. Mais les scandales qui ont tourmenté le maire populaire précédent, Ignacio García de Vinuesa, ils l’ont rendu « impossible ».

Entraînement Orange a demandé au PP que le maire soit quelqu’un d’autre et non Garca de Vinuesa – il a ensuite été inculpé dans le étui Pnica-. Face au refus de la direction populaire, Cs a négocié avec le PSOE et a conclu un accord gouvernemental avec ce parti. Un accord dans lequel nous ne pouvons pas.

« Quelle petite honte ! »

Pendant la pause qui a séparé les deux séances plénières de ce jeudi -la démission et l’investiture-, des commentaires tels que « Comme peu de honte vous êtes! » ou « Quel petit dialogue, ça commence pire que l’autre maire ! », proféré depuis la banquette du PP. Ils ont été rejoints par d’autres moments de tension avant la session plénière au cours de laquelle il a accusé le conseiller municipal de Podemos, Eduardo Andradas, de « se vendre », rapporte Efe.

Sur le chemin du retour, et après un débat acharné sur les « irrespectueux » de cette séance, le vote du nouveau maire a eu lieu. Aitor Retolaza et le porte-parole du PP, Ramn Cubin, qui n’ont recueilli que les voix de son propre parti, se sont présentés comme candidats. Même Vox n’a pas voulu l’approuver.

Après avoir reçu le bâton de commandement de Sanchez Acera, le nouveau maire a prononcé quelques mots « de gratitude pour avoir été à la tête de l’une des meilleures villes d’Espagne ». Retolaza a promis qu' »écouter toutes les propositions, sans lignes rouges » à n’importe quelle partie. « Je vais laisser ma peau pour cette ville », a conclu le nouveau maire.

Pacte avec Podemos

Le changement de maire a suscité de nombreuses critiques car le récent départ de Cs d’un de ses conseillers, Miguel ngel Arranz -qui était initialement appelé à être maire dans la seconde moitié du mandat-, a poussé le PSOE à signer un pacte avec Podemos à s’assurer leur soutien dans cette passation de pouvoir. Enfin, le vote violet n’a pas été décisif car Arranz a également voté en faveur de son ancien partenaire Orange.

Lors de la séance plénière, le nouveau conseiller a demandé « à tout le monde de voter sans penser au communisme, à l’extrême droite ou aux couteaux ; pensons au meilleur pour Alcobendas », a résumé le déjà maire.

La session plénière s’est déroulée en présence de la secrétaire générale du PP à Madrid, Ana Camins, Son porte-parole, Ramn Cubin, a qualifié de « blague » le gâchis politique et les différentes mesures prises pour se conformer au pacte de gouvernement entre le PSOE et les Cs. à son avis, il s’agit d’une alliance « contre nature » depuis 2019, et a abouti à des luttes internes jusqu’à ce qu’ils aient réussi à « brosser » le premier sur la liste des Cs, le susmentionné Miguel ngel Arranz.

« Pas de lignes rouges »

Du PSOE, son porte-parole, Angel Sanguino, a assuré que le gouvernement local « ne s’arrête pas » avec ce changement et a critiqué le fait que le débat local se soit concentré sur des questions de politique nationale, alors qu’à Alcobendas, à son avis, « il n’y a pas de un climat de tension ou de lignes rouges « entre les parties lorsqu’il s’agit de mener des politiques locales.

Avant cette séance plénière, la présidente de la Communauté de Madrid, Isabel Daz Ayuso, s’est prononcée sur Twitter mercredi contre cet « accord » entre le PSOE, Cs et Podemos avec une attaque directe contre le leader du parti libéral de la région, Begoa Villacs. : « Une fois de plus le Cs de Villacs s’appuie sur le PSOE et Podemos pour aller à l’encontre de la volonté des urnes à Madrid ».

L’également vice-maire de la capitale -où elle gouverne avec le PP- a répondu peu après à Ayuso sur le même réseau social, prévenant Ayuso qu’il avait été « mal informé » car l’accord qui a rendu possible le transfert du maire a été signé deux ans. il y a. . Villacs a également enregistré le PP à Madrid compte 12 maires (dont celui de la capitale) grâce au soutien de Cs, pour lequel il a demandé « un peu de respect ».

★★★★★