Les agresseurs présumés de Samuel Luiz s’accusent mutuellement devant le juge

Les quatre détenus adultes tentent d’éviter ou de réduire une peine en se blâmant mutuellement pour leur participation aux coups

L'une des personnes arrêtées pour
L’une des personnes arrêtées pour « l’affaire Samuel ».EFE

Ils se blâment mutuellement. La danse des responsabilités autour de la mort de Samuel Luiz, 24 ans, a lieu ce samedi une semaine seulement à La Coroue, a commencé, et les quatre détenus adultes qui ont jusqu’à présent témoigné devant le juge d’instruction des événements – trois hommes et une femme, tous originaires de La Corua et tous les participants au lynchage du jeune homme à mort – ont commencé à blâmer mutuellement pour essayer d’éviter ou au moins de réduire la peine, comme EL MUNDO l’a appris de sources judiciaires.

Le secret sommaire édicté par le président du tribunal d’instruction numéro 1 de La Corua signifie que jusqu’à présent, ni l’identité des agresseurs ni le contenu de leurs déclarations n’ont été divulgués. Cependant, EL MUNDO a pu apprendre que dans ces quatre déclarations qui ont eu lieu jusqu’à présent devant le tribunal, ceux qui ont sauvagement battu le jeune homme ont commencé à se blâmer les uns les autres pour leur participation aux événements.

Après les avoir écoutés, le juge a envoyé les trois hommes en prison et a libéré la femme inculpée, une circonstance qui pourrait approfondir cette division lors de l’attribution des responsabilités. La jeune fille est une compagne du jeune homme qui aurait attaqué Samuel en premier lieu, entraînant le passage à tabac.

Deux mineurs interpellés ce vendredi portent déjà à six le total des personnes officiellement mises en examen pour la mort de Samuel, la brigade de police judiciaire de Coruesa travaillant à plein régime, en état d’arrestation, pour éclaircir rapidement les faits qui ont choqué le pays par sa dureté et dans lesquels le les chercheurs ne voient pas très bien les teintures homophobes dénoncées par les amis du défunt.

Une participation active

Il s’agit de quatre jeunes entre 20 et 25 ans et les deux mineurs, à la fois adolescents et ayant des comportements antérieurs marqués par la violence, bien qu’un seul d’entre eux ait un casier judiciaire.

La police nationale considère que les six ont participé activement aux coups brutaux que la victime a reçus, qu’ils ont encerclés et agressés en groupe à deux reprises.

Les deux mineurs ont passé la nuit au commissariat de Lonzas en attendant de comparaître devant le tribunal des mineurs. Quant aux quatre adultes, le juge les considère comme suspects du même crime, bien que la participation de la jeune fille aux événements soit considérée comme mineure, d’où sa mise en liberté provisoire.

Le procureur est d’accord avec la décision du juge, ce qui est exactement ce qu’elle avait demandé après avoir entendu les quatre suspects. L’un d’eux avait collaboré avec la Police en donnant sa version des événements. Dans son cas, il fait également l’objet d’une enquête pour détournement car, après les coups mortels, il a pris le téléphone portable de la victime et l’a emporté.

Samuel Luiz a perdu l’appareil après que celui considéré comme le principal prévenu lui a donné le premier coup et a demandé à l’ami qui l’accompagnait de le chercher, bien qu’il ne soit jamais apparu.

L’avocat de ‘El Chicle’

L’avocat de ce suspect est un avocat pénaliste bien connu de Corus, Jos Ramn Sierra, qui a défrayé la chronique en 2018 car il a été le premier avocat de Jos Enrique Abun Gey, alias ‘La gomme’, meurtrier de Diana Quer, bien qu’il ait quitté sa défense par manque de confiance. Dans ce cas, il fait confiance à son client, qu’il prétend « innocent ».

Le garçon s’est rendu à la police « volontairement et en tant que témoin » et a témoigné pour la première fois. Plus tard, il a été arrêté et a recommencé. Selon sa version, il n’a participé « ni au lynchage ni à ce qui est considéré comme un homicide ».

L’enquête reste ouverte et il n’est pas exclu que d’autres arrestations aient lieu ce week-end, car on considère qu’au moins sept personnes ont participé à l’attaque brutale.

Los investigadores trabajan en estos momentos sobre la hiptesis de que los agresores atacaron a Samuel a raz de un malentendido en el que el agresor principal -ya en prisin- y la chica que lo acompaaba -en libertad como investigada- se encararon con Samuel y su amie Lina parce qu’ils pensaient qu’ils étaient enregistrés, alors qu’en fait, ils passaient un appel vidéo.

★★★★★