L’envers sombre de la « génération Instagram » : le « vol » de photos devient de plus en plus utilisé comme « appât » sur les sites pornographiques

Les plaintes montent en flèche à Barcelone, même si ce type d’utilisation frauduleuse de la vie privée n’est pas considéré comme un crime pour le moment

Je suis
Images d’une opération de la Garde civile contre la pornographie
  • La mise en réseau Laura Prez (instamami) : « Si mes enfants me reprochent leurs photos dans les réseaux, je leur dirai que grâce à ça ils sont allés dans des endroits privilégiés »

Elle est passée d’une menace latente, qui traque ceux qui ont tendance à s’exposer sur les réseaux sociaux, à un risque réel qui touche principalement les adolescents, les plus exposés à ce type d’abus de leur vie privée. Le procureur de la criminalité informatique de Barcelone a averti que depuis l’année dernière, coïncidant avec le confinement dû à la pandémie de covid, des plaintes à la police ont été déclenchées par la capture de photos que des adolescents, pprincipalement des filles entre 12 et 18 ans, Ils s’accrochent à leurs réseaux sociaux pour les utiliser comme une réclamation sur des portails de paiement internet à caractère pornographique.

Concrètement, entre 10 et 15 plaintes sont reçues par mois pour l’utilisation de ces photographies pour devenir des « appâts » sur ces sites de sexe. Ce sont les parents qui s’adressent à la police lorsqu’ils découvrent que les images de ses filles font la promotion de ces pages, profitant dans certains cas de la « popularité » que ces adolescents ont sur Internet en étant considérés comme des « influenceurs ». Et c’est qu’elles profitent du fait que les victimes postent des photos en bikini ou en tenues peu vêtues pour profiter de l’objectivation du corps féminin pour un public qui réclame toujours l’accès à cette intimité. C’est le danger des réseaux sociaux.

Cependant, malgré le fait que la plainte parvienne au bureau du procureur, elle n’est pas toujours considérée comme un crime. Les pages qui utilisent les images des adolescents, certaines plus petites, sont téléchargées à partir des réseaux sociaux des victimes et elles les ont publiées librement, offrant ainsi une exposition publique de leur vie privée. Cette situation n’a pas de caractère pénal clair puisqu’il ne s’agirait pas d’un délit de diffusion de pornographie car les sites Web pour adultes sont autorisés et, dans la plupart des cas. les photos des filles n’y apparaissent pas puisqu’elles ne sont utilisées que comme une demande d’accès.

Photos protégées

Bien qu’une action pénale soit presque exclue, le fait que des photos soient « volées » pour faire de la publicité sur des portails pornographiques pour adultes ouvre la porte aux parents des mineurs concernés à rdemande pour la voie civile aux pages pour le bénéfice qu’elles tirent de l’utilisation frauduleuse d’images à des fins de promotion. Des réclamations administratives pour abus de données personnelles peuvent également être déposées auprès des organismes correspondants, ce qui peut entraîner des sanctions pécuniaires.

Le procureur de la criminalité informatique de Barcelone, Roberto Valverde, considère que l’augmentation de ce type de plaintes est due à la plus grande utilisation d’internet pendant le confinement, mais aussi à la surexposition des adolescents sur les réseaux sociaux, une tendance qui n’a cessé de s’accentuer. dans les années récentes. Précisément, depuis des années que l’organisation Parents 2.0, dans le cadre des discussions avec les familles dans les centres éducatifs sur la sécurité Internet pour les mineurs, met en garde contre ce type de risques liés aux réseaux sociaux, comme le « vol » de photographies car c’est une pratique très simple à faire techniquement.

Plus de pédopornographie à cause du confinement

Le procureur des délits informatiques indique également que les délits liés à la pédopornographie en Espagne ont triplé ces derniers mois. L’année dernière dans la province de Barcelone, 61 procédures pénales ont été ouvertes pour ce type de pratique, ce qui représente une augmentation de 169% par rapport à 2019 où il y en avait 36, alors que le harcèlement de mineurs par le biais des télécommunications presque doublé. Les enquêtes pour découverte et divulgation de secrets lors de l’accès à un compte de messagerie privé, à des applications de messagerie ou à un téléphone mobile sont également passées de 7 en 2018 à 55 en 2020.

Je suis
Images d’une opération de police

Selon la mémoire du procureur, « une grande partie de cette augmentation est due » à la mise en accusation par les tribunaux de violences contre les femmes pour « accès non consensuel au courrier et au bureau de poste » de la victime par un accusé d’abus. Malgré le fait que depuis juillet dernier, tant l’incitation aux troubles de l’alimentation que l’incitation à l’automutilation aient été criminalisées, avec la loi sur la protection intégrale des enfants et des adolescents, le ministère public n’a mené aucune enquête l’année dernière sur les portails Internet qui s’excusent pour ces pratiques qui ont le plus touché les adolescents et les jeunes pendant le confinement.

Cependant, avec la pandémie, en raison du confinement et du télétravail, les arnaques informatiques se sont multipliées. 33 522 plaintes ont été déposées auprès de la police, bien que seulement 2 % soient parvenues au tribunal parce que l’absence d’auteur inconnu les empêchait d’être poursuivies. Les escroqueries les plus courantes sont liées à la vente d’articles sur Internet, bien que la fraude à l’investissement avec des crypto-monnaies ou par l’usurpation d’identité de sociétés fournisseurs soit également en augmentation, dans de nombreux cas des administrations publiques. En effet, depuis 2019, la justice enquête sur une escroquerie numérique qui a touché une cinquantaine de communes catalanes, en supplantant les numéros de compte des prestataires habituels des communes.

Catalogne, leader de la cybercriminalité

L’année dernière, les forces et organes de sécurité de l’État ont enregistré 287 963 actes criminels présumés liés aux technologies de l’information et de la communication, ce qui représente une augmentation de 31,9% par rapport à 2019. Plus de 38 000 ont été élucidés et 11 280 ont fait l’objet d’enquêtes ou de détentions liées à ces procédures. La communauté avec le plus de cybercriminalité était la Catalogne, avec près de 48 800 délits un peu plus élevés que Madrid, tandis que l’Andalousie et Valence étaient les plus éloignées. Barcelone est la province catalane avec le plus de plaintes, 35 708, suivie de Gérone, 5 376, Tarragone avec 4 683 et Lleida avec 3 027.

Je suis
Images d’une opération Mossos

Le rapport sur la cybercriminalité du ministère de l’Intérieur indique qu’avec la croissance de l’année dernière, il confirme que la cybercriminalité augmente progressivement son poids proportionnel dans l’ensemble de la criminalité en Espagne. En 2016, les plus de 92 000 événements détectés représentaient 4,6 % de tous les crimes, tandis que les 288 000 signalés en 2020 représentaient 16,3 %. Sur le total des cybercrimes connus, 89,6 % (257 907) étaient des fraudes informatiques (escroqueries). Les menaces et la coercition commises via Internet suivaient loin derrière (14 066 cas), représentant 4,9%.

Selon Interior, le profil du cybercriminel est un homme (73,3% des personnes arrêtées ou enquêtées), âgé de 26 à 40 ans et de nationalité espagnole, qui serait impliqué dans la commission de fraudes informatiques, menaces et coercition, et crimes sexuels. L’année dernière, il y a également eu 861 incidents de cybersécurité dans les infrastructures critiques, 5,2 % de plus que l’année précédente, principalement dans les secteurs fiscal et financier (52,5 %), suivis des transports (24,08 %) et de l’énergie (14,05 %).

★★★★★