Le ‘whatsapp’ du manager du PP de Madrid pour manœuvrer contre Ayuso en faveur de Gnova

Il a demandé aux élus municipaux de veiller à ce qu’il y ait une « pleine normalité » dans l’appareil régional et que le congrès ne soit pas avancé comme l’a demandé le président de la Communauté de Madrid.

Jos
Jos Luis Martnez-Almeida, Isabel Daz Ayuso et Pablo Casado.JAVI MARTINEZ
  • Politique Gnova encourage le ‘goes Almeida’ après la fin de la trêve avec Ayuso
  • Politique Ayuso a également bloqué les collaborateurs et anciens employés d’Almeida sur WhatsApp

La guerre froide qui se livre pour le pouvoir dans le PP de Madrid a connu l’un de ses épisodes les plus illustratifs vendredi dernier, dans le Conseil d’administration régional des populaire. Lors de cette rencontre, le clivage entre ceux qui défendent la thèse d’Isabel Daz Ayuso -la majorité des orateurs- et ceux qui soutiennent la direction nationale du parti a été mis en scène. Les premiers souhaitent que le congrès soit avancé au cours duquel de nouveaux dirigeants doivent être élus pour le PP Madrid, et qu’elle a lieu avant mars. Ces derniers prônent le respect du calendrier Gnova, afin que l’actuel directeur, qui a pris les rênes du parti en 2018 après la démission de Cristina Cifuentes, continue de diriger l’appareil régional jusqu’en juin 2022, bien que la littéralité des statuts ne pas le permettre. La différence est à peine de trois mois, mais cette danse des dates a diffusé une dure bataille de pouvoir.

Vendredi, la tension entre les deux camps et le nombre de positions partisanes qui voulaient intervenir au conseil d’administration – la première depuis que cette polémique a éclaté – ont fait que le président transitoire du PP à Madrid, Po Garca-Escudero, le tour des interventions terminé, il a pris les postes pour acquis et a annoncé qu’il les transférerait à Pablo Casado. Cela a motivé la plainte des cadres liés à Daz Ayuso, qui accusaient le directeur de travailler sous les ordres du secrétaire général de la PP nationale, Teodoro Garca Egea.

Mais EL MUNDO a pu vérifier que des membres de l’exécutif transitoire du PP à Madrid ont fait pression sur certaines positions municipales du parti pour qu’elles prennent parti pour la thèse de Gênes.

Le 'whatsapp' du manager du PP de Madrid.
Le ‘whatsapp’ du manager du PP de Madrid.

Le message WhatsApp appelant à une mobilisation a été adressé à un responsable local du parti : Le secrétaire général et le parti ont besoin de vous comme président [municipal del PP] défendre que vous êtes de plein droit, nommé par un comité légitime et, en outre, que votre siège fonctionne normalement. Et rien ne change pour la tenue d’un congrès dans les délais approuvés par le Conseil d’Administration [Nacional].

Ces messages cherchaient, selon le Ayuso, pour pallier le flot d’interventions en faveur de la demande d’avancement du congrès. Il y avait neuf qui se sont prononcés en faveur du plan d’Ayuso et quatre, contre.

Le secrétaire général du PP à Madrid auquel le message fait référence est Ana Camins, qui n’a pas participé directement à cette tentative de convaincre les responsables populaires de prendre la parole au conseil régional pour contrer ceux liés à Ayuso.

Vous devez vous rappeler que les deux Routes comme Garca-Escudero, ils occupent temporairement leurs postes. En fait, à proprement parler, le PP de Madrid n’est pas piloté par un gestionnaire, mais par une gestion provisoire, puisqu’un gestionnaire monopolise statutairement toutes les décisions et se suffit à lui-même. C’est-à-dire qu’il n’aura pas à convoquer des organes tels que le Comité exécutif ou le Conseil régional susmentionné.

Quoi qu’il en soit, pendant des mois, les deux Gênes que le maire de la capitale parie sur Routes alors que le troisième va présider l’appareil régional de Madrid et empêcher le sang d’atteindre le fleuve parmi les partisans de Ayuso et ceux d’Almeida, qui va en col avec la direction nationale. A tel point qu’à Gênes on encourage déjà les maires à être présidents de région, et il cite en exemple Jorge Azcn, premier maire de la ville. Saragosse, qui va être présenté au congrès de PP aragonais; et Gema Igual, le plus haut dirigeant local de Santander, qui pourrait aspirer à diriger le PP dans la mer Cantabrique.

Aussi, dans l’équipe de Ayuso Ils dénoncent que les dirigeants du PP à Madrid, sur ordre de Gênes, ont fait taire les partisans de l’avancée du congrès régional, désactivant, en milieu de réunion, l’option pour que les participants -députés, maires, porte-parole- puissent s’exprimer.

Devant les médias, Ayuso Il a assuré qu’il respecterait la date fixée par Gênes et a appelé non seulement à l’unité, mais à la construction d’un nouveau parti. Mais à huis clos, toutes les cartes étaient mises sur la table et non plus des demi-mesures ou des cornemuses chaudes. La division interne est remarquable.

« C’est sur ce téléphone que je continue de parler à tout le monde, l’autre est pour les urgences »

Bonjour. Comme il y a une volonté de confusion, je suis obligé d’expliquer à ceux d’entre vous qui m’ont écrit sur l’autre téléphone, que c’est pour les urgences, que c’est ici que je continue à parler à tout le monde. Un câlin. Isabel Daz Ayuso a voulu intervenir dans la polémique sur ses blocages sur WhatsApp avec ce message, envoyé aux dirigeants du Parti populaire via le même réseau de messagerie, et auquel EL MUNDO a eu accès.

Au fur et à mesure que ce journal avançait, Ayuso a bloqué au moins une douzaine de positions du PP sur son téléphone d’urgence, dont Teodoro Garca Egea, secrétaire général du PP ; Rosala Gonzalo, PDG de Calle 30 ; Ana Prez Baos, présidente de Nouvelles Générations à Madrid ; et Ángel Carromero, directeur général de la Coordination du maire. De plus, il a opposé son veto aux membres du comité exécutif du PP à Madrid et aux anciens collaborateurs de son équipe qui travaillent désormais pour Gnova.

Le téléphone où il continue de parler à tout le monde est géré la plupart du temps par son cabinet, comme il le précise dans son propre profil WhatsApp.

★★★★★