Le voyage angoissant en Espagne depuis le Pakistan avec une mafia : 80 personnes dans un camion de huit mètres pour 20.000 euros

Le voyage s’est déroulé dans des conditions de foule si extrêmes que sa dureté a attiré l’attention des policiers. Police nationale qui ont perturbé le complot consacré à l’introduction en Europe de citoyens pakistanais capturés dans les camps de migrants.

Le dernier voyage de l’organisation criminelle a amené Espagne 80 personnes – quatre enfants – se sont littéralement calées dans un camion d’à peine huit mètres. La situation est devenue si grave qu’ils ont même dû casser le toit de la camionnette dans laquelle ils voyageaient pour respirer.

Les chercheurs estiment que le nombre total de migrants qui sont entrés dans le Union européenne par ces camions s’élève à 400.

Chacun d’eux a payé entre 12 000 et 20 000 euros. Le dynamisme que la Police attribue au réseau fait monter en flèche les calculs de ses bénéfices : près de deux millions d’euros ces derniers mois.

L’enquête de l’Unité centrale des réseaux d’immigration clandestine et des mensonges documentaires (UCRIF) du Corps de la police nationale a commencé en août 2020 avec l’arrestation en Slovénie d’un Espagnol qui conduisait un camion avec 53 personnes.

Cet homme avait également un casier judiciaire. À la suite de cette arrestation, toute l’organisation est tombée et sa « polycriminalité » a été révélée, puisque l’argent qu’ils ont obtenu a été remboursé dans le trafic de drogue.

Ils avaient en effet acquis des techniques de trafic de drogue comme l’utilisation de navettes pour alerter les camions (loués) qui transportaient les migrants.

Tant le chef de la Brigade d’enquête du réseau de l’UCRIF centrale que le Commissariat général aux affaires étrangères et aux frontières, le commissaire Francisco Dvila, en tant qu’inspecteur Sergio Peint ils ont mis en évidence la « coordination internationale » comme un élément essentiel pour arrêter ce type de crime.

L’enquête est dirigée par la Cour centrale d’instruction numéro 6 et promue par le Parquet du Audience nationale. En outre, la police nationale a bénéficié de la collaboration des polices de Bosnie, de Croatie, de Slovénie, de France, d’Italie, de Grèce et de Roumanie, et avec les auspices d’Europol et d’Eurojust.

Le réseau démantelé est considéré comme l’un des plus importants et des plus actifs dédiés à la traite des personnes d’origine pakistanaise. En coordination avec les passeurs localisés au point d’origine, elle s’est spécialisée dans l’organisation, la planification et l’exécution de la dernière étape du voyage migratoire vers un pays européen, en utilisant à cette fin ce que l’on appelle Route aux allures des Balkans.

Les migrants, une fois arrivés au camp de réfugiés situé dans la ville bosniaque de Bihac, ont été guidés par épingles de l’organisation pour traverser à pied les montagnes qui séparent la Bosnie de la Croatie, et de là, ils ont été transférés dans des cartons de camions de seulement huit mètres carrés – venus du territoire espagnol et loués – jusqu’à la frontière avec la Slovénie.

Afin de contourner ce contrôle aux frontières, les migrants sont descendus des camions et ont traversé à pied des endroits où ils n’ont pas été détectés. Déjà sur le territoire slovène, ils ont remonté dans les véhicules pour continuer vers l’Italie. Plus tard, depuis l’Italie, les migrants ont été transférés, par différents moyens, vers le pays de destination finale au sein de l’Union européenne, dans le cadre de mouvements internes secondaires. Parmi ces destinations finales, l’Espagne et l’Allemagne se démarquent.

Les chauffeurs routiers avaient le soutien d’autres membres de l’organisation issus du monde du trafic de drogue qui, à bord de voitures « navettes », les alertaient sur d’éventuels contrôles de police et leur proposaient un itinéraire alternatif.

À la suite de l’enquête des agents de la police nationale, en collaboration avec les forces de police slovène et croate, il a été possible de déjouer la dernière opération de traite des êtres humains imputable à l’organisation en interceptant, à un point proche de la frontière entre la Croatie et Bosnia , un camion qui transportait 80 personnes d’origine pakistanaise dans une cabine de seulement huit mètres carrés.

Les migrants, dont quatre mineurs, ont voyagé entassés dans des conditions inhumaines et ont été contraints de faire plusieurs trous dans le plafond pour respirer, de sorte que l’action de la police a évité ce qui aurait pu être une « tragédie ».

L’organisation criminelle a facturé à chaque migrant 3 000 euros si l’itinéraire convenu était la Bosnie-Slovénie, ou entre 5 000 et 8 000 euros dans le cas de l’itinéraire Bosnie-Italie, devant payer de nouvelles sommes pour poursuivre son voyage vers les autres pays de destination. Ainsi, le coût total du voyage du Pakistan à la destination finale en Europe pourrait aller de 12 000 € à 20 000 €.

Le leader et haut responsable de l’organisation a alterné sa résidence entre le Pakistan, l’Espagne, la France et la Roumanie. En effet, il organisait des opérations de traite des êtres humains depuis le Pakistan depuis octobre 2020, mais début mars il est rentré en Europe.

Après un travail laborieux effectué par les agents de la police nationale, qui ont eu la collaboration de l’attaché intérieur de l’ambassade d’Espagne en Roumanie et des autorités roumaines, le chef s’est retrouvé dans la ville roumaine de Craiova, où il avait une propriété.

Plusieurs agents se sont rendus à cet endroit pour collaborer avec la police roumaine à l’entrée et à la perquisition du domicile où le détenu a été retrouvé. Une fois en Espagne, et après avoir fait une déposition devant le tribunal, son admission en prison a été décrétée.

Pendant le développement de l’opération policière, 12 personnes ont été détenues en Espagne -Saragosse (5), Huesca (3), Lleida (2), Tarragone (1) et Jan (1) -, dont sept sont entrées en prison provisoire. , et six perquisitions domiciliaires ont été effectuées à Saragosse (3), Huesca (2) et Jan (1) où divers appareils électroniques pertinents pour l’enquête sont intervenus.

★★★★★