Le TS reproche à Delgado d’avoir nommé un procureur ayant une « expérience sporadique » des mineurs devant un grand spécialiste en la matière

Il considère que la motivation qu’il a donnée pour choisir le procureur de l’Union progressiste des procureurs contre le procureur déjà haut placé et spécialiste en la matière est nulle et non avenue.

Dolores Delgado, lors d'une apparition au Congrès.
Dolores Delgado, lors d’une apparition au Congrès.MME
  • Justice Les procureurs dénoncent à Europe Sánchez la tentative de récompenser Dolores Delgado et d’exercer un contrôle accru sur le parquet
  • tribunaux Le PSOE « contraint » une réforme pour promouvoir Dolores Delgado et lui garantir la catégorie la plus élevée lorsqu’elle quittera le bureau du procureur général

La Cour suprême considère que la motivation donnée par la procureure générale de l’État, Dolores Delgado, lors du choix du procureur de la Syndicat progressiste des procureurs (son ancienne association) Edouard Stephen Procureur du Tribunal de la jeunesse contre le procureur déjà haut placé et spécialiste en la matière José Miguel de la Rosa est nul et non avenu.

En deux phrases très dures, où il répond aux recours déposés par luià l’Association des procureurs et le procureur De la Rosa et que la proposition discrétionnaire de nomination est déclarée contraire à la loi, le Tribunal de grande instance souligne « la grande différence entre la carrière professionnelle du candidat renoncé et celle de celui nommé au poste de Procureur du Tribunal pour mineurs, dans le domaine duquel la personne nommée a peu d’expérience » contre « le procureur demandeur qui avait déjà la catégorie de procureur de la Chambre, une plus grande ancienneté et d’abondantes publications en la matière ». Également Chambre contentieuse-administrative souligne la longue carrière professionnelle de Jos Miguel de la Rosa dans les sections pour mineurs des parquets correspondants, avec la « valeur conférée par l’expérience » qui en découle.

Dans les sentences, les présentations des magistrats José Luis Requero Oui Pilar Tesso, la Cour suprême explique que la jurisprudence de la Chambre établit que le pouvoir discrétionnaire en matière de nomination ne s’exerce qu’à conditions curriculaires égales, c’est-à-dire à mérites et capacités similaires. « Si Eduardo Esteban Rincn, même en matière de mineurs, avait concouru pour le poste avec un autre candidat de mérites similaires aux siens et d’une carrière professionnelle sensiblement comparable, nous pourrions comprendre que la proposition satisfait au critère de motivation en termes de raisons qui justifient son élection. Coordonnateur des Mineurs », expliquent les magistrats en référence à la décision du procureur général.

Toutefois, le Tribunal de grande instance souligne que « la réalité est autre » et « c’est ce qui se déduit des cursus respectifs. Il suffit d’être avec eux pour avoir prouvé, sur la base de faits notoires, qu’au vu de l’itinéraire professionnel et du parcours de formation Des deux candidats, la relation de M. Eduardo Esteban Rincn avec la question des mineurs a été sporadique et minime, tandis que M. José Miguel de la Rosa Cortina a fait de cette question le centre de sa vie professionnelle ; en effet, en 2008, il a obtenu un nomination discrétionnaire par le procureur général de l’État dès sa nomination comme procureur auprès du procureur de la Chambre de l’époque ».

Les magistrats soulignent que « ces circonstances ne peuvent être ignorées, alors l’évidence qu’il existe une différence aussi frappante entre les deux requérants fait décliner les motifs déduits par le procureur général de l’État dans sa proposition sur la capacité de la personne désignée, puisqu’il ne pas de raison pour laquelle considère que, malgré des différences aussi évidentes, même si Don Eduardo Esteban Rincn est plus approprié pour ce poste spécialisé ».

mérite

La Cour suprême souligne que « dans sa proposition, le procureur général de l’État ignore José Miguel de la Rosa, mais ne dit rien sur les mérites du candidat proposé en matière de mineurs ». « En ce qui concerne l’affaire, il faut dire que l’appel n’a pas pour objectif principal d’offrir le poste controversé de promotion dans la catégorie, puisque cet effet dépend de qui est nommé. Son objectif direct est de pourvoir un poste dans lequel son titulaire exerce les fonctions de coordinateur, d’harmonisateur et de superviseur pour l’ensemble du Parquet en matière de mineurs, alors une éventuelle promotion sera un effet réflexe, d’où la discrétion exercée oblige à apprécier l’aptitude du candidat à une telle tâche en matière de mineurs », ajouter les togados.

En conséquence, le Suprême annule la nomination controversée du procureur de la République du FPU et oblige Delgado à émettre une nouvelle proposition qui « en raison de la plus grande aptitude du candidat qu’il propose pour le poste controversé après avoir pesé et analysé, toujours en ce qui concerne la question des mineurs, les mérites des deux candidats en lice, un raisonnement qui permet qu’ils en déduisent leur avis sur la capacité selon les exigences qui sont prévues pour l’exercice du ministère public en matière de mineurs ». En d’autres termes, dans la décision, la Haute Cour ordonne au procureur général de publier « une nouvelle proposition dans les termes requis par la présente décision ».

Des sources de la Chambre jugent extraordinairement difficile de justifier une plus grande spécialisation d’Esteban contre De la Rosa alors que Delgado a dû soumettre une nouvelle proposition au Conseil des ministres. En outre, au cas où le procureur général choisirait de ne pas tenir compte de l’arrêt de la Cour suprême, sa nouvelle décision serait de nouveau susceptible d’appel devant la troisième chambre.

★★★★★