Le procureur de la Cour des comptes réduit de 62% l’argent que les indépendantistes doivent rendre

Il présente un procès qui laisse les dépenses de 1-O et de la soi-disant « action étrangère » à 3,4 millions, contre les 9 millions prévus dans l’instruction de l’affaire

Le L
Les chefs des ‘procs’, réunis à Waterloo.PRESSE EUROPÉENNE
  • Justice La nouvelle Cour des comptes donne de l’oxygène aux indépendantistes et accepte désormais l’aval de la Generalitat

En pleine semaine sainte, le procureur de la Cour des comptes a enfin montré ses cartes dans l’affaire contre les indépendantistes et a décidé de réduire de 62% le montant qui doit être réclamé aux indépendantistes pour les dépenses illégales des procs. Selon un communiqué du bureau du procureur général de l’État dirigé par l’ancien ministre de la Justice du gouvernement de Pedro Sánchez, Dolorès Delgadoun procès est finalement intenté contre 35 dirigeants indépendantistes dirigés par Charles Puigdemont Oui Oriol Junquérasmais pour un montant bien inférieur à celui que la Cour des comptes a ordonné de déposer à titre de caution.

Enfin, elle réclame 3,4 millions d’euros, contre les neuf millions initialement demandés sur la base des preuves recueillies par le procureur de la Cour des comptes. Le procès était inévitable car la Cour suprême a jugé qu’il y avait détournement de fonds dans le procès, mais c’est un nouveau signe du changement que la Cour des comptes enregistre en ligne pour adoucir le dossier contre le mouvement indépendantiste.

Les nouveaux chefs de la Cour, récemment élus par un accord entre le gouvernement et l’ancienne direction du PP, ont déjà accepté les garanties de la Generalitat de Catalunya pour les indépendantistes contre les critères du délégué enquêteur, J’espère García. UNfois le nouveau procureur nommé par Dolores Delgado, Manuel Martin Granizole désavoue également dans le compte.

Selon le communiqué, le nouveau procureur considère que les dépenses détournées pour le référendum illégal du 1er octobre se limitent finalement à 1,21 million contre 3,9 millions prévus. Ils sont également bien inférieurs aux 3,46 millions demandés dans leur demande par la société civile catalane. Le Parquet justifie la réduction pour « unité d’action » avec d’autres actions judiciaires et parce qu’il y a des dépenses qu’il est difficile d’attribuer, selon lui, exclusivement au référendum ou qui n’ont finalement pas été réalisées, comme il le dit par exemple avec le Courriels unipost. Elle exclut également les commissaires aux comptes de la Generalitat du procès, car elle ne les considère pas comme responsables. Une d’elles, Mireia Vidala déclaré à ce journal en juillet dernier qu’au contraire, elle avait été licenciée par Junqueras après son premier avertissement.

Quant à l’action dite étrangère, elle chute également à 2,2 millions, à comparer au montant du règlement provisoire de 5,1 millions. Il allègue que l’instruction remettait en cause la « liberté idéologique » des indépendantistes et il ne croit pas qu’ils devraient rendre l’argent des voyages officiels au cours desquels les membres de la Generalitat se sont consacrés à critiquer l’État et à promouvoir le soutien à la sécession. « Le procès se concentre sur les dépenses qui peuvent être fondées sur une inexactitude comptable, sur les dépenses engagées par les délégations de la Generalitat à l’étranger et sur les dépenses de l’entité DIPLOCAT à la fois pour certaines activités de promotion du processus souverainiste et pour d’autres dépenses injustifiées », indique le communiqué. mentionné.

Le procureur souligne qu’il n’y a aucune comparaison avec la demande de la société civile catalane, qui demande un total de 5,3 millions pour les deux causes pour des faits différents. Cette association a également demandé moins de neuf millions de l’instruction, mais dans leur cas, selon les sources consultées, parce qu’ils risquent leurs propres biens personnels dans la demande et ont été sélectifs, choisissant exclusivement les dépenses les plus vérifiables et non toutes celles qu’il y a des indications claires de détournement de fonds.

La demande du procureur et celle de la société civile catalane sont désormais les clés du procès devant la Cour des comptes et de la condamnation définitive. Le procureur général de l’État ne porte pas plainte, car le ministère de la Justice allègue que c’est de l’argent que la Generalitat de Catalunya devrait réclamer et la Generalitat de Catalunya ne le réclame pas non plus, car elle ne voit aucun détournement dans la promotion de la sécession aux dépens du trésor.

★★★★★