Le PP pointe du doigt Flix Bolaos pour avoir rejeté l’état d’exception

Le porte-parole parlementaire « populaire » demande au président du Congrès d’accélérer la comparution du nouveau ministre

F
Flix Bolaos arrive à La Moncloa.EFE

Le Parti populaire intensifie le « marquage de l’homme » qu’il a conçu pour les nouveaux ministres. Pour les populaire, le nouveau bélier politique du gouvernement est Flix Bolaos, ministre de la Présidence et bras droit légal de Pedro Snchez pendant la pandémie de coronavirus. Pour cette raison, la formation de Pablo Casado veut qu’il soit celui qui explique au Congrès pourquoi l’exécutif porte plainte contre la décision de la Cour constitutionnelle (TC) qui déclare inconstitutionnelle la suspension des libertés de l’état d’alerte.

Le PP veut également que Bolaos explique pourquoi, comme EL MUNDO l’a avancé, il a rejeté la seule possibilité que l’outil contre la pandémie soit l’état d’exception – comme l’avait proposé la vice-présidente de l’époque Carmen Calvo lors des premières réunions de La Moncloa – et pas l’état d’alarme.

Les thèses imposées étant celles du nouveau ministre de la Présidence, le populaire Ils exigent que la présidente du Congrès accélère sa présence à la Chambre basse afin qu’elle puisse donner des explications avant les vacances.

Le porte-parole du Groupe parlementaire populaire, Cuca Gamarra, a adressé une lettre à Meritxell Batet pour convoquer une session extraordinaire de la Commission constitutionnelle, avec l’apparition de Bolaos « pour faire rapport sur la prise de responsabilités et les conséquences qui surviennent après la condamnation de la Cour constitutionnelle ».

Gamarra réclame le contrôle parlementaire

Pour Gamarra, « le responsable du décret qui a subi ce formidable revers du TC est le ministre de la Présidence nouvellement nommé. L’apparition de Bolaos ne devrait pas attendre lorsqu’il sera confirmé qu’il était l’un des idéologues et le défenseur de ne pas aller à l’état d’exception », assure-t-il à ce journal. « Ses explications et sa soumission après la condamnation du TC au contrôle parlementaire sont inexcusables et ne peuvent être différées », ajoute Gamarra.

F
Flix Bolaos et Carme Calvo, en train de transférer le portefeuille ministériel.BASSIN

Pour le porte-parole parlementaire du PP, Bolaos a commis une erreur en mettant l’agilité du gouvernement dans le décret désormais renversé par la Cour constitutionnelle : « Lorsqu’il s’agit de contrôle parlementaire parce que la décision affecte la suspension des droits fondamentaux, l’argument de la rapidité ne tient pas, il n’y a que l’argument des garanties du contrôle parlementaire ex ante ».

« C’est gênant que le gouvernement, qui s’est caractérisé dans la lutte contre la pandémie par un retard constant, nous parle de vitesse. » « Ce qui les émeut toujours, c’est de fuir les contrôles, en l’occurrence du parlementaire institué par la loi 4/81 au vu de l’exception constitutionnelle de suspension des droits fondamentaux », dit-il.

La comparution urgente de Sanchez

Par ailleurs, selon le document consulté par ce journal, Gamarra réclame une session extraordinaire de la session plénière du Congrès avec la comparution urgente du Premier ministre, pour les mêmes raisons. « Lorsque les droits fondamentaux sont suspendus de manière inconstitutionnelle, les responsables doivent donner des explications immédiates », dit Gamarra.

La pression sur Sánchez n’est pas nouvelle, mais le mouvement contre Bolaos l’est. Batet doit maintenant décider s’il faut inscrire ces deux pétitions à l’ordre du jour de la Députation permanente ou, au contraire, ouvrir la voie au nouveau ministre de la Présidence, qui a non seulement participé à la genèse du décret de l’état d’alerte désormais renversé par justice, mais a été déterminant dans le choix de cette voie désormais déclarée illégale.

★★★★★