Le PP facilite avec son abstention la validation du deuxième décret anticrise

La norme continue malgré de nombreuses critiques pour son « improvisation » et son « court-termisme »

Les porte-parole de Vox, Iv
Les porte-parole de Vox, Ivn Espinosa de los Monteros, et PP, Cuca Gamarra.Kiko HuescaEFE
  • Gouvernement Pedro Snchez annonce la réduction de la TVA sur l’électricité de 10% à 5% comme demandé par le PP
  • économie Chèque de 200 euros au Gouvernement : qui peut le demander, comment le demander, délais et exigences

La Gouvernement a obtenu la validation de Congrès pour son deuxième décret anti-crise avec lequel il entend atténuer les effets économiques dramatiques que l’inflation incontrôlée a sur les familles mais qui, dans une large mesure, est mort-née, vaincue par la hausse continue des prix et par le court-termisme de certains des propositions que beaucoup désignent précisément comme « inflationnistes », « asymétriques » et même « dépassées ».

Le décret continue couvert de critiques pour le manque de dialogue du gouvernement, pour son « court-termisme » et pour son « improvisation ». Et aussi pour la promesse non tenue de le traiter comme une facture.

Malgré tout, la plupart des formations ont été contraintes de voter en sa faveur car elles sont conscientes que de nombreux Espagnols ont besoin d’aide même si c’est, comme l’ont souligné certains groupes, « du pain pour aujourd’hui et de la faim pour demain ».

Le premier parti d’opposition, le PP, a sévèrement critiqué le décret mais a renoncé à l’entraver, optant finalement pour l’abstention. La décision du populaire Elle est motivée par le fait que le gouvernement a finalement décidé d’adopter une mesure que les habitants de Feijo réclamaient depuis des semaines : la réduction de la TVA sur l’électricité de 10 à 5 %.

Le décret prévoit un chèque de 200 euros jusqu’à la fin de l’année pour les indépendants et les familles vulnérables, la prime de 20 centimes par litre de carburant, la réduction à 5 % de la TVA sur l’électricité, l’augmentation de 15 % de la TVA non -les retraites contributives et le salaire minimum vital, l’élargissement des consommateurs bénéficiant du bonus social électrique, la subvention de 50% du prix des titres de transport gérés par les sociétés d’État et de 30% dans ceux gérés par les sociétés autonomes et la limitation des augmentations de prix .locations et le prix de la bonbonne de butane.

La Parti populaire considère que le décret est « insuffisant » et « incomplet » car il n’envisage pas l’une de ses propositions phares, la déflation du taux de l’impôt sur le revenu des personnes physiques pour les revenus inférieurs à 40.000 euros et refuse également de baisser le coût de l’Administration et d’un gouvernement avec 22 ministères et plus de 800 conseillers.

Les groupes qui soutiennent habituellement le gouvernement l’ont fait à cette occasion, avançant de nombreuses plaintes, principalement en raison de l’absence de négociation concernant les mesures qu’il contient. Le PNV a déjà averti qu’ils ne serviront pas à réduire l’inflation car ils encouragent la consommation et la même chose a été anticipée par Ciudadanos. ERC, pour sa part, a qualifié le décret d’insuffisant et a souligné la nécessité d’établir, comme Pedro Sánchez l’a promis dans le Débat sur l’état de la nation, une taxe spéciale sur les bénéfices extraordinaires des grandes entreprises énergétiques, bien qu’avec la nuance non des moindres que les républicains exigent qu’elle soit permanente et non temporaire comme le prévoit le gouvernement. Bildu, l’un des groupes qui s’est révélé être le partenaire privilégié de l’exécutif, a préconisé d’aller plus loin et d’intervenir sur les marchés de l’électricité et des carburants en nationalisant les entreprises.

Le ministre de la Présidence, Flix Bolaos, a défendu le décret avertissant que les mois à venir « seront complexes » et a donc insisté sur le fait qu' »il est temps d’ajouter la réflexion sur l’intérêt général du pays ». Bolaos a affirmé que « la volonté de s’entendre se manifeste en s’accordant et la volonté de dialoguer, en dialoguant » et, justement, c’est ce que la majorité des formations ont manqué de la part de l’Exécutif.

★★★★★