Le PP est ouvert à approuver le décret anti-crise si le gouvernement accepte une mesure : « Asseyez-vous pour négocier »

Gênes exige que les socialistes appellent Feijóo: « Il n’est pas crédible qu’il n’y ait aucune proposition dans notre document qui ne puisse être appliquée »

Le sous-secrétaire d'économie du PP, Juan Bravo.
Le sous-secrétaire d’économie du PP, Juan Bravo.Kiko HuescaEPE
  • polypropylène Feijóo parque la loi sur la concorde conjugale tandis que Vox l’impose en Castilla y León
  • Santiago González L’effet les affecte

Le PP n’a aucune nouvelle de ce que Gouvernement sur votre plan financier. L’exécutif n’a même pas accusé réception de la proposition qu’Alberto Núñez Feijóo a envoyée à Pedro Sánchez vendredi dernier. « Pas un ok, merci », se plaignent-ils en Gênesoù ils jugent « impensable » qu’aucun membre du PSOE n’appelle le principal parti d’opposition avant jeudi, jour où ils voteront à la Congrès la validation du décret anticrise que le Conseil des ministres a approuvé le 29 mars.

« Le gouvernement a trouvé le temps de s’excuser auprès de l’ERC mais n’a pas trouvé le temps d’étudier le document » du PP, a-t-il déploré lors d’une conférence de presse Juan Bravosous-secrétaire à l’économie de la populaire. Bravo a exigé que l’exécutif appelle le PP à traiter le décret comme un projet de loi et à négocier des propositions entre socialistes et populaire. « Il est temps de négocier les mesures économiques », a-t-il proposé. Le gouvernement « doit le faire maintenant avec le PP ; il n’est pas crédible qu’il n’y ait aucune proposition dans notre document qui ne puisse être appliquée », a-t-il ajouté.

Les deux axes de sa proposition économique dans lesquels le PP voit plus de marge pour se mettre d’accord sur des mesures sont la fiscalité, avec des réductions sélectives et temporaires pour les revenus faibles et moyens, et les dépenses publiques, où Gênes serait mieux si Moncloa fait le geste de « se serrer la ceinture ». Il faut se rappeler que Feijóo a éludé le logo PP dans son plan pour faciliter l’adoption de certaines mesures par l’exécutif.

Mais le PSOE a qualifié la mesure de « populisme économique ». Le porte-parole du PSOE, Philippe Sicilea assuré que derrière la baisse d’impôts proposée par Feijóo, se cache la future baisse des retraites, de l’éducation, de la santé publique ou de l’État-providence.

« Asseyez-vous pour négocier », a insisté Bravo, car le PP est prêt « à s’entendre sur un document commun » avec le PSOE, sur la base du plan envoyé par le populaire le vendredi. « Nous continuerons d’attendre jusqu’à jeudi pour essayer d’intégrer dans le décret les mesures que l’opposition juge nécessaires », a demandé le secrétaire adjoint. « Nous sommes convaincus qu’ils vont nous appeler et que beaucoup de mesures » vont être prises, a-t-il dit, mais « aujourd’hui nous n’avons pas de position sur le ‘oui’, ni sur le ‘non’, ni dans l’abstention.

« Nous attendons un appel du gouvernement pour parler d’économie » et « nous allons faire confiance » à ce que ce contact ait lieu, a souligné Bravo. « Le gouvernement devrait se laisser aider », a-t-il ajouté. « Comment est-il possible que le gouvernement puisse s’asseoir avec EH Bildu et négocier avec ERC et ne pas s’asseoir pour négocier un document qui touche 80% des Espagnols ? », a-t-il critiqué.

« Nous n’avons pas de lignes rouges », ajoutent des sources du PP, et il y a une marge « jusqu’à jeudi même ». « Est-ce qu’on fait confiance à l’appel ? Vu le contexte, on pourrait penser que non, mais le gouvernement ne va-t-il vraiment pas trouver le temps de s’asseoir et de parler de mesures qui aident les Espagnols ? », insistent-ils.

★★★★★