Le PP demande au gouvernement d’appliquer le pacte de revenus qu’il demande aux travailleurs et de réduire ses ministères

Il invite l’Exécutif à faire partie du « sacrifice » que font les citoyens et rappelle qu’avec Rajoy il y avait 13 portefeuilles pour les 22 actuels

Le président du PP, Alberto N.
Le président du PP, Alberto Nez Feijo, aujourd’hui à SantiagoEFE
  • politique Maueco répète en Castille-et-León le «modèle Feijo» de réduction des impôts
  • opinion Inflation, impôt sur le revenu et jeu des trois erreurs

Outre la réduction d’impôts pouvant atteindre 10 milliards, l’un des éléments fondamentaux du plan qu’Alberto Nuez Feijo envoie ce vendredi au Premier ministre, Pedro Sánchez, est la simplification des obstacles bureaucratiques et l’efficacité des dépenses. Et dans ce chapitre, le PP exige que l’exécutif le contrat de location s’applique également que demandent les travailleurs. Qu’ils fassent partie de ce processus pour donner l’exemple et qu’ils commencent à le faire en réduisant le grand nombre de ministères qui existent. Pas moins de 19 portefeuilles, en plus de trois vice-présidences et de la présidence du gouvernement lui-même.

« Participer au pacte de loyer, au sacrifice, et si votre structure est un peu surdimensionnée, ce qui est le cas, participez-y », a affirmé le ministre du Trésor d’Andalousie et le nouveau chef économique du PP, Juan Bravo, lors d’un briefing pour expliquer le contenu du plan de Feijo. Et bien qu’il n’ait pas lancé de proposition de coupe spécifique, mais il a rappelé que sous le gouvernement Rajoy, le nombre de ministères était de 13, c’est-à-dire qu’il a suggéré que jusqu’à neuf portefeuilles pourraient être éliminés.

« Il s’agit de donner l’exemple », a poursuivi Bravo, soulignant qu’il y avait beaucoup de place pour l’amélioration des dépenses publiques. Il a rappelé, par exemple, que lorsqu’il a pris le portefeuille du Trésor en Andalousie, la lumière était allumée à son arrivée et aussi à sa sortie du bâtiment qui abrite le ministre. « J’ai demandé quand il s’était déclenché et on m’a dit qu’il ne s’était jamais déclenché. Il ne s’était pas déclenché le matin, l’après-midi, la nuit, le samedi ou le dimanche. La lumière de ce bâtiment a coûté 50 000 euros« , se souvient-il.

marge fiscale

En ce qui concerne le paquet fiscal susmentionné, Bravo a détaillé des mesures cComme un chèque entre 200 et 300 euros loyers annuels de 14 000 à 17 000 euros ; un nouveau minimum familial et personnel temporaire d’impôt sur le revenu des personnes physiques ; ou la déflation des taux jusqu’à 40 000 euros. De toutes ces mesures, Bravo a précisé que la plus puissante est la première, tout en reconnaissant que l’adaptation de l’IRPP à l’inflation profiterait également aux hauts revenus. « Bien que proportionnellement l’impact soit plus important pour les revenus faibles et moyens », a-t-il souligné.

Le nouveau directeur financier
Le nouveau chef économique du PP, Juan Bravo.EFE

Le PP propose également une réduction supplémentaire des taxes sur le gazole, des modifications de l’impôt sur les sociétés pour aider les entreprises et une réduction de TVA sur le gaz et l’électricité. À ce stade, il propose deux pistes d’action.

La première, qui semble moins probable, est de demander à la Commission l’autorisation d’autoriser une réduction à 4% car ce n’est pas possible actuellement. Et la seconde, qui semble plus faisable, est de transposer une directive européenne approuvée le 6 avril par laquelle une série d’articles peuvent être abaissés à 5%. Pour cela il suffirait d’accélérer la transposition et « est entre les mains du gouvernement« , a souligné Bravo.

Cette batterie de performances économies comprises entre 7 500 et 10 000 millions, et son financement serait possible grâce à l’augmentation supplémentaire qui aura lieu cette année dans la collecte des impôts. Selon les calculs de l’Autorité indépendante pour la responsabilité budgétaire (AIReF) utilisés par le PP, le chiffre à la fin de l’année sera supérieur de 9 milliards au Trésor inclus dans les budgets généraux de l’État.

Et à tout cela, le PP ajoute une proposition d’augmenter la réduction d’impôt de 4 900 millions de plus grâce aux fonds européens. Ce chiffre, qui représente 7% du programme, servirait à activer « des crédits d’impôt voire des crédits monétisables » via l’IRPF et les Entreprises. En ajoutant cette partie, la réduction d’impôt totale sera proche de 15 000 millions.

★★★★★