Le PP demande au Congrès l’appel « urgent » au débat sur l’état de la nation

Présente une proposition pour exhorter le gouvernement à se lever après l’octroi « arbitraire » de grâces

Pablo Casado, vendredi, au Congrès d'Auton
Pablo Casado, vendredi, au congrès autonome du PP de Valence.David MudarraPP
  • Stratégie Le gouvernement « gèle » le débat de la nation jusqu’à ce qu’il dispose d’un scénario plus propice
  • Le panel Le PP remportera les élections et touchera la majorité absolue avec Vox

Le Parti populaire a grand intérêt à se faire voir comme alternative gouvernementale, mais il ne pense pas « tomber dans le piège » de présenter une motion de censure vouée à l’échec et qui ne fera que renforcer le PSOE, Vox et Cs.

Par conséquent, la populaire pousser Pedro Snchez à convoquer dans les plus brefs délais le Débat sur l’état de la nation. Et pour cela ils ont enregistré une initiative au Congrès dans laquelle ils demandent « la convocation et la tenue d’urgence d’un débat de politique générale sur l’état de la nation ».

Ainsi se lit la proposition de non-loi du Groupe parlementaire populaire, à laquelle ce journal a accédé, et qui fait écho aux informations qui ont avancé ce lundi LE MONDE sur le retard du débat. « Si ce gouvernement cherche un moment de répit pour tenir le Débat sur l’état de la nation, il ne le trouvera pas.

« Sans crédibilité, sans autorité, ni parole, l’effondrement du président aux yeux des Espagnols va s’accentuer de jour en jour, alors il s’avère désormais être son moins mauvais moment politique pour faire le bilan de sa triste performance et présenter les parlementaires ». force son plan politique crépusculaire », ajoute l’initiative.

Les critiques du PP sont aussi virulentes que possible dans un texte parlementaire : « Il n’y a pas un seul Espagnol qui l’ignore puisque l’octroi arbitraire de ces grâces est le paiement politique agonistique de Pedro Sánchez en échange de l’oxygène parlementaire qui lui permet de prolonger servilement son temps de survie politique dans La Moncloa au détriment de l’intérêt général et de notre propre ordre constitutionnel. »

Le débat sur l’état de la nation n’est pas inclus dans le Constitution il n’est pas non plus envisagé dans le Régulation Congrès. Aucune norme ne fournit les règles à suivre. L’initiative de sa convocation correspond au Gouvernement, qui pour l’instant n’envisage pas de date pour sa célébration.

A La Moncloa, ils assurent que le débat « arrive ». Son intention est d’attendre un scénario politique plus propice. Au sein de l’Exécutif, ils assurent qu’il se tiendra « le cas échéant ». Aucune date n’est précisée. Peut-être à l’automne, peut-être plus tard, peut-être l’année prochaine. Tout dépendra de la situation socio-économique.

★★★★★