Le PP accuse Sánchez de « trilérisme » pour avoir « divulgué » un accord sur le pouvoir judiciaire que « le gouvernement lui-même n’a pas validé »

Pierre Roll
Pedro Rolln, lors de sa comparution ce mardi à Madrid.tarekmjMONDE
  • politique Sánchez nie qu’il va changer de ministre et accuse les médias d' »enivrants »: « Ce n’est pas dans mes plans »

Le Secrétaire Adjoint à la Coordination Régionale et Locale du PP, Pedro Rollina accusé aujourd’hui le gouvernement de faire « un exercice de trilérisme politique » en « fuyant » un document qui prouve que le PP de Pablo Casado et le PSOE ont convenu par écrit de réformer la loi sur le pouvoir judiciaire, puis de débloquer la nomination des magistrats du Cour constitutionnelle. « Le gouvernement lui-même ne lui a à aucun moment donné de validité », a-t-il soutenu.

Rolln s’est ainsi référé à la nouvelle publiée aujourd’hui par le pays, qui explique cet accord signé en octobre 2021 par le secrétaire général du PP de l’époque, Teodoro García Egea, et le représentant socialiste, Flix Bolaos. « Le gouvernement a préféré n’accorder aucune validité à ce document », a dénoncé le porte-parole de la populaire« et a décidé unilatéralement de réformer expressément le renouvellement du CGPJ en lui conférant des pouvoirs jusque-là amputés », ceux de nommer deux membres de la Cour constitutionnelle, pour lesquels, selon lui, la révélation constitue « un rideau de fumée de plus » .

La direction actuelle du PP n’a pas ce document en sa possession, bien que selon Rolln, « à aucun moment nous n’ayons dit qu’il n’existait pas ». Dans cette supposée fuite, le représentant du PP apprécie une « intention manifeste ».

Selon son témoignage, depuis qu’Alberto Nez Feijo a pris la présidence du PP, « personne, absolument aucun membre du gouvernement n’a fait référence à un document antérieur » concernant le CGPJ, pas même dans l’entretien qu’il a eu avec le président du le gouvernement Pedro Sanchez.

Interrogé sur la possibilité de reprendre cet accord, il a préféré préciser que « le PP a toujours tendu la main et nous continuerons à le faire », mais que Sánchez est « absolument menotté » par ses partenaires du gouvernement et du Congrès.

Au même moment, lors d’une visite sur l’île de Paumele président du gouvernement, Pedro Sánchez, a demandé au parti désormais dirigé par Alberto Nez Feijo de « se conformer à ce qui a été signé, à la loi et à la Constitution », rapporte Servimedia.

Sánchez a déploré que le renouvellement du « gouvernement des juges » ait été « bloqué » par le populaire « 1 351 jours. » A cet égard, il a déclaré qu' »il n’y a pas de précédent dans L’Europe  ni dans l’histoire de la démocratie d’un blocus comme celui qui s’exerce contre le gouvernement des juges ».

Face à cette situation, il a appelé à la « responsabilité et à la loyauté constitutionnelle » du principal parti d’opposition pour reconduire le CGPJ. « Il n’y a pas de précédent en Europe pour que nous bloquions le Conseil général du pouvoir judiciaire depuis plus de 1 350 jours », a commenté le Premier ministre.

De plus, il a critiqué l’attitude « obstructionniste », de « blocus », de dire « non à tout » du PP, notamment lorsqu’il s’agit de renouveler le CGPJ. Pour cette raison, il a tendu la main et a assuré que l’exécutif est disposé à renouveler le pouvoir judiciaire « demain » conformément à « la Constitution et à la loi » et a de nouveau demandé au PP de se conformer « aux accords qu’il signe ».

★★★★★