Le PP accuse Sánchez de « mettre en péril l’histoire de la Transition exemplaire » et de « laisser un pays pire et plus pauvre »

La porte-parole Cuca Gamarra a qualifié d' »immoraux » les pactes du gouvernement avec Bildu dans la loi de la mémoire démocratique

Cuca Gamarra décrit les pactes du gouvernement avec Bildu comme « immoraux »

Après l’intervention matinale de Pedro Sánchez dans le débat sur l’état de la nation, c’est au tour de l’opposition. Cuca Gamarra, porte-parole du PP, a été le premier à monter à la tribune du Congrès sous l’œil vigilant du président de son parti, Alberto Nez Feijo, d’accuser le gouvernement de « mettre en péril l’histoire de la transition exemplaire » avec son pacte sur la Loi de mémoire démocratique avec EH Bildu et « laissant un pays pire et plus pauvre » avec ses politiques économiques.

Parce que ces deux points sont précisément ceux que les populaires ont tenté d’exploiter dans leur discours au Congrès des députés, soulignant que l’exécutif se concentre sur « la résolution de ses problèmes internes avant les problèmes des Espagnols ». « Aujourd’hui Espagne c’est un pays plus inégal et les Espagnols ont plus d’options pour tomber dans la pauvreté. Vous allez laisser un pays pire qu’il ne l’était en 2018″, a déclaré Gamarra sur un ton plus axé sur la gestion que sur la confrontation politique, comme cela s’est produit lors de l’étape précédente de Pablo Casado.

La porte-parole du PP a voulu commencer son discours par une minute de silence, qui a mis toute l’hémicycle sur pied, à la mémoire de Michel-Ange Blanco le jour anniversaire de son attentat. Miguel Ángel Blanco a été assassiné pour avoir été conseiller du PP, tout comme d’autres membres du PP, du PSOE et de l’UPN. Ce jour-là, l’ETA a commencé à mourir, le jour où a commencé la rébellion civique d’un jeune homme né en mai 1978. C’est la vraie mémoire démocratique à laquelle nous ne devons pas renoncer », a déclaré Gamarra en référence à la loi actuelle que le gouvernement a d’accord avec Bildu, une stratégie que le PP qualifie d' »immorale » et qu’ils ont assuré que s’ils parviennent au gouvernement, ils abrogeront. « La mémoire démocratique est de se rappeler qu’il y avait ceux qui ont résisté et ont dû fuir leur terre. La mémoire démocratique se souvient que Miguel Ángel Blanco ne se repose pas sur sa terre parce que ceux qui ne l’ont pas laissé vivre ne le laissent pas se reposer.

Cuca Gamarra, avec Alberto N.
Cuca Gamarra, avec Alberto Nez Feijo aujourd’hui au Congrès.Pierre Philippe MarcouAFP

C’est pourquoi la porte-parole du PP a fait remarquer que le président a décidé « de choisir la voie des pactes indignes juste pour résister » en Moncloa, « réécrire l’histoire », « ramener ses mensonges au passé » et qu' »il va céder pour continuer à résister ». À ce moment-là, Gamarra a rappelé que Sánchez avait refusé un pacte avec Bildu après les dernières élections générales. « Le dirais-tu aujourd’hui même si c’était une fois de plus ici ? C’est ainsi que la porte-parole populaire a débuté son intervention avant d’entrer dans la direction économique du gouvernement, qu’elle a qualifié d' »anormal » pour être « pris en sandwich entre quatre réformes de l’éducation, 120 décrets-lois et pour avoir fait la sourde oreille à la Conseil d’Etat et le Cour constitutionnelle« .

Ah Gamarra a souligné que le président « renvoie quiconque le met mal à l’aise » citant en exemple le directeur du CNI, le colonel Prez de los Cobos ou le départ du président de l’INE. « Vous voulez un maximum de pouvoirs avec un minimum de contrôle, mais n’oubliez pas que c’est le Congrès qui vous contrôle », a-t-il souligné avant d’ajouter que cela est dû à la tentative de « dissimuler » les problèmes économiques du pays. « Nous sommes une nation dont les citoyens subissent une inflation de plus de 10% et ils veulent nous tenir responsables. »

Gamarra a fait remarquer que ce taux d’inflation « n’est pas seulement la faute de Poutine, mais du manque de politiques », de « ses erreurs de prévoyance » et de « son manque de capacité » pour y faire face. « Le facteur différentiel avec le reste des pays européens, c’est vous et votre gouvernement, qui êtes plus soucieux de résoudre des problèmes internes que les problèmes des Espagnols », a-t-il déclaré avant d’engueuler le président pour qu’il n’accepte pas les propositions avancées par le PP et la « main tendue » de son parti. de plus en plus vide. Il y a des familles qui doivent choisir entre manger ou payer la machine à laver ou elles ne peuvent pas faire face à un imprévu. Les Espagnols se passent du plus élémentaire pour vous payer votre macro-gouvernement », a-t-il souligné.

Le porte-parole de la populaire a révélé que 30% des ménages espagnols sont menacés de pauvreté, que les classes moyennes et populaires sont 10% plus pauvres, que les bénéficiaires d’aides comme la prime de 200 euros pour les ménages vulnérables devront attendre « jusqu’en décembre » pour percevoir et que l’Espagne est « dans le train arrière de la reprise économique » après la pandémie. « Ces gens si puissants dont vous parlez sont des millions de citoyens, il n’y a pas de maison ou de bar dont ils parlent pourquoi ils n’acceptent pas la main du PP. Ces gens lui ont tourné le dos en Andalousie et ils ne devraient pas laisser qu’il dorme parce qu’il a emporté tes rêves. »

« Les fondamentaux de l’économie sont déséquilibrés et ses statistiques ne pourront pas couvrir les factures que les Espagnols doivent payer », a poursuivi Gamarra, qui dans sa réponse a déclaré que le gouvernement actuel est une « usine à générer des frustrations ». « On s’attendrait à un redressement de sa part, c’est ce que réclament les Espagnols. Mais puisqu’il insiste pour ne pas changer de cap, ce seront les Espagnols qui le lui prouveront », a-t-il conclu.

★★★★★