Le PP accuse le gouvernement de ne « regarder en arrière » qu’avec la loi mémoire et Vox annonce qu’il la portera devant la Constitution

Le gouvernement a lancé mardi un message clair à tous les partis de l’arc parlementaire pour soutenir sa nouvelle législation sur la mémoire démocratique. « Aucun parti dans notre Parlement ne peut soutenir cette initiative », a déclaré le ministre de la Présidence, Flix Bolaos, lors de la conférence de presse à l’issue du Conseil des ministres.

Mais il ne semble pas que dans les rangs de l’opposition il en soit ainsi. Le porte-parole du Groupe populaire au Congrès, Cuca Gamarra, critique le fait que le gouvernement de Pedro Sánchez se concentre sur le « regard en arrière » avec la loi sur la mémoire démocratique et ne traite pas les « nombreux problèmes » que les Espagnols ont en ce moment. , tels que le fait que le prix de l’électricité est à un niveau record. Selon lui, « regarder en arrière » ne va donner « ni avenir ni espoir ».

« Ce dont l’Espagne a besoin, ce n’est pas d’un gouvernement qui regarde vers le passé et qui cherche à confronter et diviser les Espagnols, réécrire l’histoire, mais plutôt que nous ayons besoin d’un gouvernement qui apporte des solutions aux vrais problèmes des Espagnols », a déclaré Gamarra après une réunion à Congrès avec le président du PP, Pablo Casado, avec les syndicats de la police nationale et les associations de la garde civile, selon des informations Europe Presse.

Gamarra a assuré qu’il est « nécessaire de regarder vers l’avenir » et a ajouté que c’est pourquoi le PP s’est engagé à une loi de concorde lorsqu’il atteint le gouvernement. Cette loi de la concorde « fait partie de l’engagement du gouvernement envers » le PP « lorsque les Espagnols lui donnent la possibilité de gouverner ».

« Une loi de la mémoire obligatoire »

De son côté, le leader de Vox, Santiago Abascal, se rend sur Twitter, a assuré : « Aujourd’hui, le PSOE de Pedro Mentiras, avec le soutien tacite du PP qui refuse d’abroger des lois similaires dans ses autonomies, revient déterrer la haine d’autres siècles. avec une loi sur la mémoire obligatoire, piétinant les droits, les libertés et la coexistence ».

Leur porte-parole parlementaire, Ivn Espinosa de los Monteros, a clairement indiqué non seulement qu’ils ne soutiendraient pas cette nouvelle législation, mais qu’ils la porteraient devant la Cour constitutionnelle. Et dans sa critique, il a également inclus le PP : « Si la mémoire historique du PSOE consolidée par le PP était sérieuse, cette loi de mémoire démocratique est un pas de plus. Un outrage aux libertés.

« Vox valorise la loi sur la mémoire démocratique et annonce qu’elle la portera devant la Cour constitutionnelle et, en tout état de cause, l’abrogera, ainsi que celle de la mémoire historique, dès que les Espagnols leur donneront une confiance suffisante pour le faire. »

Espinosa de los Monteros a décrit la loi comme « piétinant la liberté de tous les Espagnols ». « L’histoire est aux historiens », a-t-il affirmé, en plus de critiquer que le gouvernement menace de sanctions ou de poursuites tous ceux qui ont « une autre idée ».

En ce sens, il a censuré la création d’un Parquet pour poursuivre « tout ce qui n’est pas d’accord avec le consensus progressiste », en référence au procureur spécialisé en matière de mémoire démocratique et de droits humains.

« C’est très insuffisant »

De leur côté, les porte-parole de l’ERC et du CUP au Congrès ont déclaré qu’il semble « très insuffisant », raison pour laquelle ils ne le soutiendront que si des modifications substantielles sont apportées à sa procédure parlementaire, puisqu’il ne considère même pas le régime franquiste illégal, comme indiqué Efe.

Le porte-parole de l’ERC, Gabriel Rufin, a indiqué que sa position est « très contraire » au texte envoyé par le gouvernement aux Cortes et que « pour l’instant » son parti ne peut pas l’endosser, sauf à favoriser son traitement parlementaire dans le but que le débat se poursuive et des propositions peuvent être faites.

Rufin reconnaît « le pas en avant » que représente le projet de loi par rapport à la loi sur la mémoire historique, qui n’a pas été soutenue par ERC, il estime donc que le temps leur a donné « raison », puisque les partis de gouvernement ont compris qu’ils devaient aller au-delà cette loi d’il y a 14 ans.

Cependant, il semble à Rufin que la justice, en plus d’être punitive, « doit être réparatrice », c’est pourquoi le projet de mémoire démocratique manque la restitution de tout le patrimoine aux familles reprises par le régime franquiste et aussi « quelque chose de si simple comme déclarant ce régime illégal.

« Inégalité de traitement entre les victimes »

Le porte-parole de la CUP, Albert botranIl a également jugé le projet « très insuffisant » et a souligné qu’il manquait de mesures pour restituer les avoirs confisqués à de nombreuses associations, dont des syndicats et des partis politiques, à la suite du coup d’État.

Le projet de loi « est très en deçà de ce que serait une mémoire antifasciste et démocratique », a résumé Botran, qui y voit aussi une « inégalité de traitement » entre les victimes, avec un désavantage pour celles qui sont victimes de violences d’État ou de groupe parapolitiques ou d’extrême droite. .

Pour le porte-parole d’En Com Podem, Aïna Vidal, le texte est positif « mais clairement insuffisant » et « clairement améliorable », donc ils vont « se mettre au travail » dans son processus parlementaire.

Parmi ses lacunes, Vidal a cité l’absence d’indemnisation financière pour les victimes ou l’allongement de la durée des règlements afin que les violations des droits pendant la transition soient considérées comme des crimes de la dictature.

« C’est chaud »

Pour le PDeCAT, son porte-parole, Ferran bel, a déclaré qu’ils ne se prononceraient pas avant de pouvoir lire le texte final du projet de loi, bien qu’il ait admis qu’une nouvelle loi était nécessaire dans ce domaine, ils soutiendront donc son traitement et que, sûrement, ils proposeront des amendements.

Chez Mme Pas, ils ont « un sentiment aigre-doux », ont expliqué des sources de cette formation à Efe, car d’une part ils sont reconnaissants que le nouveau texte pour une loi « nécessaire » soit enfin présenté et qu’il place le pays « à la hauteur des démocraties européennes avancées qui n’essayent pas de cacher leur passé violent ou de l’utiliser comme un arme politique », mais en revanche « elle est tiède pour le temps qu’elle a mis à cuisiner », un an, et « ne satisfait pas beaucoup des revendications des victimes et des accords internationaux que l’Espagne a ratifiés ».

Dans une autre des conférences de presse ce mardi au Congrès, le député Comproms, Joan Baldov, a estimé que la loi est « plus que jamais nécessaire pour qu’un coup d’Etat ne puisse être remis en cause ».

★★★★★