Le PP à Ximo Puig : « Si vos ministres ne vous écoutent pas et que vos conseillers ne se parlent pas, convoquez des élections »

L’opposition demande au président de la Generalitat le limogeage de Mónica Oltra après la condamnation qui condamne son ex-mari pour abus sur mineur protégé

María José Catalá, ce lundi au Parlement.
María José Catalá, ce lundi au Parlement.
  • Coupes Ximo Puig garantit plus de soutien aux hôteliers en plein débat sur la taxe de séjour

La rumeur d’une éventuelle avancée électorale dans la Communauté valencienne est toujours là. Loin de s’éteindre, il a fait irruption dans les tribunaux valenciens ce lundi en plein débat de politique générale. Et il l’a fait main dans la main avec celui qui s’ouvre à la tête de l’opposition dans l’Hémicycle, Maria José Catala, qui a fait ses débuts en tant que porte-parole du groupe parlementaire populaire après l’arrivée de Carlos Mazon à la présidence du parti. « Si vos ministres ne vous écoutent pas et que vos conseillers ne se parlent pas, organisez des élections », a déclaré Catalá au président de la Generalitat, Ximo Puig.

Ce qui est certain, c’est que le PP est en mode campagne pré-électorale, malgré le fait que la Présidence de la Generalitat insiste sur le fait que l’avance électorale n’est pas sur la table aujourd’hui. Mais Mazón a déjà lancé une campagne d’affiches avec son visage dans toute la Communauté valencienne (avec le slogan « le président de tous »), il a présenté son projet de réforme fiscale pour réduire les impôts et, maintenant, il a directement demandé des élections. « Appuyez sur le bouton; le PP est prêt à gouverner », a directement transféré Catalá à Puig.

Maintenant le chef populaire a offert au Président de la Generalitat accords sur l’eau, le financement et les infrastructures. « Je n’ai aucun problème et la volonté de dialoguer est importante », a répondu Puig.

Mais l’entente s’est arrêtée là, car Catalá a été très dur après la condamnation qui condamne à nouveau l’ex-mari de la vice-présidente Monique Oltra pour abus sur mineur sous la tutelle de la Generalitat et, plus précisément, par la Conselleria du leader de Compromís : « Vous êtes seule responsable du fait qu’Oltra continue sur votre site, pour ne pas avoir demandé pardon. Ils sont venus distribuer des cartes d’identité. féministes et un mineur ont été contraints et discrédités dans leur témoignage pour vous garder là-bas. »

Dans la même veine, il a été prononcé Ruth mérinos. Le porte-parole des Citoyens, très critique vis-à-vis des publicités « recyclées » par Puig année après année, a accusé le gouvernement valencien d’essayer de « coussiner » son éventuelle responsabilité dans la prise en charge du mineur sous tutelle. « Oltra n’était pas censé être à son poste pendant longtemps », a-t-il déclaré.

En outre, Puig et Catalá se sont engagés dans le politique fiscale. « Il a augmenté les impôts de 40 %, la dette de plus de 11 milliards d’euros et les services publics n’ont pas été améliorés », a censuré Catalá. Puig, de son côté, lui a reproché son « amendement à la totalité destructrice » et réincarnant le « vieux discours » du PP néolibéral. Mais Merino a aussi appelé à « une baisse généralisée des impôts, mais crédible et sensée », dans une critique voilée du PP pour son projet de réforme fiscale qui fait économiser plus de 1 500 millions d’euros aux contribuables (et qu’ils laisseraient donc entrer dans les caisses publiques).

★★★★★