Le Parlement de Catalogne alloue 1,7 million d’euros pour payer les salaires de 21 fonctionnaires qui ne vont pas travailler

Ce sont des salariés couverts par un régime spécial « congé d’âge », qui va de 4 000 euros par mois pour les catégories les plus basses à plus de 10 000 que perçoivent deux anciens secrétaires généraux.

Laura Borre
Laura Borrs, présidente du Parlement, s’entretient avec Jordi Snchez, secrétaire général de JxCat.EPE
  • À l’intérieur La Generalitat propose une position technique à Trapero et rejette l’ingérence « politique » dans Mossos
  • défi de l’indépendance L’ERC accepte que la table des négociations se réunisse après les élections en Castilla y León

Les différents partis catalans se sont accordés ce lundi dans leur rejet que dans le Parlement il y a un groupe de fonctionnaires qui gagnent des salaires élevés sans travailler et ont appelé à la fin du régime de travail spécial qui a été introduit en 2008 et qui permet cette situation.

Tel que publié par le journal ara, le Parlement dépense 1,7 million d’euros par an pour payer les salaires de 21 fonctionnaires couverts par un régime spécial de « congés pour raison d’âge », qui vont de 4.000 euros par mois pour les catégories les plus basses à plus de 10.000 qui reçoivent deux anciens secrétaires généraux.

L’information révèle qu’il y a des fonctionnaires de la chambre catalane qui gagnent entre 56 000 et 140 000 euros par an sans aller travailler, un chiffre qui dans certains cas est supérieur à ce que ministres du gouvernement et qui est proche du salaire du président de la Generalitat.

Pour bénéficier de ce régime spécial, appelé « congé de vieillesse », les fonctionnaires du Parlement devaient être âgés de plus de 60 ans et avoir travaillé plus de 15 ans à la Chambre catalane, ce qui leur donnait le droit de percevoir la quasi-totalité de leur salaire. sans avoir à payer travailler jusqu’à l’âge de la retraite.

L’actuelle présidente du Parlement, Laura Borrs, a assuré qu’elle avait déjà « corrigé » le régime du travail de 2008 qui permet ce type de salaire sans avoir à aller travailler, bien que ladite correction ne soit pas rétroactive.

Ancien Président du Parlement Ernest Benach, sous mandat duquel les « licences par âge » ont été mises en place, a justifié le contexte dans lequel elles ont été approuvées « et qui n’est pas la même que celle de l’année 2022 », a-t-il souligné.

Depuis Amérique (Gérone), le président de la Generalitat, Pere Aragons, a assuré que « dans le domaine de l’administration de la Generalitat, il n’y a pas de cas » comme ceux des vingt fonctionnaires du Parlement qui reçoivent leur salaire sans aller travailler.

Au nom du CPS, son porte-parole, Elia Tortolero, a indiqué que son parti était favorable à ce que les salariés de la chambre soient bien payés « mais sans privilèges pour personne ».

Le porte-parole de l’ERC, Marthe Vilalta, a affirmé qu’Esquerra n’était pas au courant du régime de travail du Parlement qui autorise les « licences d’âge », et a souligné qu’un « travail doit être fait pour l’inverser ».

JxCat a souligné, par l’intermédiaire de sa porte-parole, Elsa Artadi, la gestion « exemplaire » du dossier par l’actuelle présidente de la chambre, Laura Borrs, et a rappelé que ledit régime est né en 2008.

Le porte-parole adjoint de Vox au Parlement, Antonio Gallego, a demandé de mettre fin au « privilège sans précédent » dont jouissent un groupe de fonctionnaires du Parlement et, par le commun, votre porte-parole, Aïna Vidal, a considéré les salaires spéciaux susmentionnés comme « scandaleux » et a demandé à Borrs de comparaître au parlement pour donner des explications.