Le nouveau ‘numéro deux’ d’Egalité propose que les périodes difficiles donnent droit à un arrêt maladie

Ángela Rodríguez a demandé pourquoi toute maladie « génére des droits du travail » comme pouvoir profiter d’un congé de maladie et des périodes difficiles, qui provoquent des vomissements ou des maux de tête chez certaines femmes, ne

Une des présentations de l'Université d'Automne de Podemos.
Une des présentations de l’Université d’Automne de Podemos.Dani Gago / Nous pouvons
  • Politique La secrétaire d’État Noelia Vera quitte la politique institutionnelle et met ses autres postes à la disposition de Podemos
  • Éditorial Yolanda Díaz, dernier spin-off de Podemos

L’imminent nouveau secrétaire d’État à l’Égalité, Angela Rodriguez, a demandé ce samedi pourquoi toute maladie, à partir d’un épisode de gastro-entérite, « génére des droits du travail » comme la possibilité de prendre un arrêt maladie, et au contraire des périodes difficiles, qui provoquent chaque mois certaines femmes vomissements, maux de tête et invalidité de mener une vie normale, « en aucun cas cela n’a généré de droits du travail ».

Rodríguez, familièrement connu sous le nom de « Pam », est intervenu dans une table de discussion sur les « Droits sexuels et reproductifs » qui s’est tenue au sein de la soi-disant Universidad de Autumn de Podemos, 10 jours après l’ancienne secrétaire d’État à l’Égalité, Noelia Vera, annoncera qu’elle quitte la politique et que l’orateur, jusqu’à présent conseiller au ministère et secrétaire de LGTBI Droits de l’exécutif de Podemos, lui succédera dans sa fonction gouvernementale.

Il a également été demandé pourquoi il a été « supposé » que les femmes doivent assumer la responsabilité de la contraception prenant la pilule et non les hommes, et, après avoir fait l’éloge de l’ancienne ministre de l’Égalité socialiste Bibiana Aido, a souligné que c’est « clairement un problème » que neuf avortements sur dix soient pratiqués dans des cliniques privées, ce qu’il attribue au PSOE  » il n’a pas osé faire de l’avortement un avantage supplémentaire du système national de santé « .

Dans son deuxième tour, Rodríguez a prédit « une bataille très dure » avec la partie socialiste du gouvernement dans les prochains mois autour de la violence obstétricale, qu’Unidos Podemos entend être considérée comme une violence de genre car, à son avis, « il y a aussi des violences sexistes dans les hôpitaux », subies par les femmes « parce qu’elles sont des femmes ».

À propos de la loi sur l’avortement

Avant elle, la députée Maria Eugenia Rodriguez Palop il s’est concentré sur l’attaque de l’extrême droite et des « pro-certains » car « ils sacralisent la famille traditionnelle où le père est le propriétaire et la mère la propriété et une machine reproductrice au service de la famille et de la nation ».

Dans ce sens, il a défendu la loi des délais et sa « gradation » de l’avortement, où le fœtus acquiert des droits au fur et à mesure de son développement, et a nié qu’il soit eugénique et discriminatoire à l’égard des personnes handicapées.

Comme il l’a dit, « ce sont les lois des cas qui sont vraiment eugéniques » pour permettre à la avortement de certains embryons et pas d’autres, et les organisations du secteur ont pris position contre eux et non contre l’avortement en général d’embryons malformés.

Ceci, à son avis, « était une invention de (l’ancien ministre de la Justice, Alberto Ruiz) Gallardón ». Enfin, il a souligné que « l’objection de conscience (contre l’avortement) est un droit individuel, pas des institutions et des hôpitaux ».

Auparavant, la députée à l’Assemblée de Madrid et ancienne présidente de l’Institut des femmes, Beatriz Gimeno, avait également interprété que prévenir l’avortement signifie que « pendant neuf mois nous n’avons pas le contrôle de notre corps, qui est mis au service d’autre chose : la patrie, le patriarcat, la société, la famille. » Selon cette approche, pendant la grossesse, « la femme n’est pas reconnue comme sujet de plein droit, son autonomie est suspendue », et elles sont transformées en « citoyennes de seconde zone ». Par ailleurs, Gimeno pense que « le droit à l’avortement remet en cause un certain ordre social patriarcal », d’où les batailles culturelles qu’il engendre.

★★★★★