Le mouvement féministe, contre le Parquet pour les deux peines qui leur permettent d’éviter la prison avec un stage de rééducation

Il a laissé les victimes sans protection et a minimisé les faits, selon des experts en violence sexiste

manifestation
Manifestation à Cordoue en soutien à la victime qui a dénoncé les abus de ‘La Manada’.BOIS DE CUBERO
  • Málaga La victime de la police d’Estepona craignait de subir un procès comme celui de La Manada
  • Société Condamnée pour avoir violé une journalière et menacé de la licencier si elle disait : ne pas aller en prison et suivre un cours

Deux condamnations pour violences basées sur le genre, deux victimes particulièrement vulnérables et deux fois l’étonnement en forme de question : une agression sexuelle peut-elle être compensée par un cours d’éducation sexuelle ? Les trois agresseurs ont également écopé d’une peine de prison, mais l’accord entre les parties leur permet de ne pas aller en prison, puisqu’ils n’excèdent pas une peine de deux ans. Et sur la table reste la grande polémique : les performances du procureur, à laquelle ils se réfèrent du mouvement féministe. Elle a laissé les victimes sans protection et a minimisé les faits, résument Altamira Gonzalo, avocate et ancienne présidente de l’association des femmes juristes Themis, et Luca Avils, juriste de l’Association des femmes juges.

Le premier cas s’est produit en juin 2018 lorsque deux policiers, âgés de 37 et 38 ans, ont été arrêtés à Estepona (Malaga) pour des crimes d’agression sexuelle contre une jeune fille de 18 ans, qu’ils sont allés voir chez elle après une collision dans la rue. Les accusations, à la fois celles exercées au nom de la victime et du parquet, allaient de la demande de 30 et 33 ans de peine, respectivement, pour viol à une peine de deux ans pour agression sexuelle. Un procès n’a même pas eu lieu, après que les agresseurs ont reconnu le crime et réparé les dégâts, avec une indemnisation de 80 000 euros à la jeune femme, dont la défense a tenté d’éviter le processus de revictimisation qu’aurait signifié une exposition médiatique devant un tribunal.

Le même résultat s’est produit dans le cas d’un gérant de 67 ans d’un domaine agricole à Mule (Murcie), qui a violé une journalière qu’il avait embauchée en mai 2019. L’homme, qui a reconnu le viol, a vu sa peine pour agression sexuelle réduite à deux ans de prison, après un accord entre les parties que le parquet a assumé.

La publication récente des phrases comprenait une autre surprise. En plus de surseoir à l’entrée en prison, puisque les peines sont dans cette limite de deux ans de prison et avec l’exigence qu’ils ne récidivent pas, il précise qu’ils doivent participer à un programme d’éducation sexuelle.

Cette résolution a soulevé les organisations spécialisées dans les violences faites aux femmes, qui dénoncent que ces condamnations laissent un sentiment d’impunité. Tellement de Altamira Gonzalo Quoi Luca Avilés montrent, dans une conversation avec ce journal, leur désaccord. Avec un cours, l’accusé est exonéré de toute responsabilité pour les actes commis, souligne Gonzalo et ajoute que, selon lui, la victime a été laissée sans protection par le ministère public. Pour elle, elle aurait dû tenir compte du fait que dans les deux cas il y a abus d’autorité, chez l’un pour être patron et, dans l’autre, pour être policier.

Aviles partage également ce point de vue : Il y a un manque d’appréciation de la vulnérabilité de la victime et de la supériorité dans laquelle se trouvent les accusés parce qu’ils sont des patrons. Ces éléments n’ont pas été pris en compte dans la qualité juridique des peines. Avec l’atténuation de la peine, souligne-t-il, la qualité évaluative des faits a été supprimée et il accuse le Procureur de la République d’être le principal responsable, puisque c’est celui qui correspond à qualifier adéquatement les événements.

minimisation des faits

Le juge souligne que les peines sont très discutables. Se référant spécifiquement à celui émis par le Tribunal provincial de Murcie dans lequel, d’une part, les faits ont été écrits reflétant la violence et l’intention avec lesquelles ils ont été commis mais, en les qualifiant, la loi a été appliquée comme si cette gravité et cette violence n’avaient pas eu lieu et ils ont été traités comme des événements mineurs. C’est comme si dans un acte fiscal une tirette de bourse était tirée avec violence et qu’ensuite les faits étaient qualifiés de délit de vol, explique le juge.

Depuis Thémis, Altamira Gonzalo convient avec son partenaire que les procureurs devraient soutenir leurs victimes car, selon son évaluation, grâce au pacte avec les avocats de l’agresseur, les peines ont été tellement réduites que le sentiment demeure que, de la part des tribunaux, certains événements très graves ont été minimisés. En même temps, explique-t-il, un message est envoyé aux victimes qui correspond à un simple : Ce que vous avez mis en place pour rien. C’est hilarant qu’un cours soit la fin d’une affaire, alors qu’il devrait être le début, poursuit cette avocate spécialisée dans les violences de genre. Il estime que les juges qui statuent sur les crimes d’abus sexuels devraient être formés à la perspective de genre sur ces questions, comme l’indiquent des organisations internationales telles que la ONU. Le traitement et le résultat d’événements aussi graves que ceux-ci sont humiliants, conclut-il.

Face à une voie possible qui permette de respecter la décision des victimes de ne pas aller en justice mais, en même temps, évite d’avoir à conclure ce type de pacte entre le parquet privé et la défense, avec l’aval du Parquet, Altamira Gonzalo demande la tenue d’une épreuve préconstituée. Ces types de solutions visent principalement à protéger la victime vulnérable et sont généralement utilisés dans les cas où la victime est mineure ou souffre d’un handicap pour aller en justice. Dans ceux-ci, il n’est pas nécessaire que la victime aille au tribunal, mais, d’autre part, les procureurs et les avocats des deux parties doivent être présents, de sorte que, dans l’association des femmes juristes Themis, ils le définissent comme un outil qui permet de tenir le procès sans que la victime soit obligée de revivre les événements.

Ces deux experts insistent sur le fait qu’il y a une certaine bienveillance envers les agresseurs sexuels dans les résolutions et que les peines prononcées ne sont dissuasives pour personne. Aviles parle de sanctions qui ne sont pas proportionnées aux actes commis puisque, évaluant les événements inclus dans les peines, ils ne méritent pas moins de neuf ans de prison. Juridiquement, cette évaluation est impensable si des actes de violence sexuelle relatés sont jugés, valorise ce juge, qui affirme que, dans les cas où une formation spéciale est nécessaire, il est inacceptable que la justice soit dégradée.

★★★★★