Le Médiateur va ouvrir une enquête sur Pegasus

Le bureau du Médiateur « analyse des informations sur une éventuelle utilisation inappropriée des outils logiciels Pegasus »

Le président de la Generalitat, Pere Aragon
Le président de la Generalitat, Pere Aragons, dénonce le prétendu espionnage.
  • chronique Le monde de l’espionnage de ‘Pegasus’ : tout le gros business de la célèbre arme de cyber-espionnage israélienne
  • Espagne Le CNI aurait-il pu légalement espionner les leaders indépendantistes ?

Le Défenseur du peuple ouvrir une enquête sur l’affaire deespionnage présumé à plus de 60 partisans de l’indépendancedont beaucoup sont catalans, via l’outil logiciel Pegasus, a rapporté cette institution.

Le bureau du Médiateur « analyse les informations sur une éventuelle utilisation inappropriée des outils logiciels Pégase qui ont pu mettre en péril l’exercice des droits fondamentaux, en particulier ceux liés au droit à la vie privée », a expliqué la source.

L’institution, qui fait office de haut-commissaire aux Coupes générales pour la défense des droits constitutionnels « va collecter les données nécessaires pour ouvrir une action d’office afin de contribuer au bon fonctionnement de l’institution et assurer le respect des droits fondamentaux reconnus dans la Constitution », a-t-il indiqué.

La décision du Médiateur a été annoncée alors que le ministre de la Présidence, Flix Bolaos, et la ministre de la Présidence, Laura Vilagr, se sont rencontrés au Palau de la Generalitat pour tenter de réduire la tension due à cette plainte d’espionnage. .

A la fin de la rencontre, des balles Oui Vilagr Ils comparaîtront devant les médias, séparément, pour rendre compte des questions abordées.

Selon des sources gouvernementales, il est « très important » de continuer à maintenir la même volonté de dialogue qui a été pratiquée jusqu’à présent avec le gouvernement depuis que Sánchez est devenu président.

Des sources de la Generalitat soulignent que lors de la réunion Vilagr exiger des « explications claires » sur l’affaire et insister sur le fait qu’il faut « assumer ses responsabilités ».

La rencontre entre Bolaos et Vilagr, selon les mêmes sources, « ne remplace pas » la conversation qu’Aragons espère avoir dans les prochains jours avec Sánchez.

La défense applaudit l’ouverture de l’enquête

Le ministère de la Défense s’est dit « totalement satisfait » de la décision du Médiateur d’ouvrir une enquête. C’est ce qu’a déclaré la Défense dans une déclaration ce dimanche dans laquelle elle déclare que le Défenseur du peuple aura accès à toutes les informations nécessaires pour garantir un maximum de transparence et donner confiance à tous les citoyens sur les actions de la CNI.

L’enquête du Défenseur permettra de « mettre en évidence que le CNI a agi, à tout moment, conformément au système légal et a surmonté les obstacles de secret, de transparence et de confidentialité de ses actions, qui sont imposés par la loi, en particulier ses Loi réglementaire 11/2002« , indique le ministère.

Le Défenseur du peuple a annoncé aujourd’hui l’ouverture de cette enquête sur l’affaire d’espionnage présumé de plus de 60 partisans de l’indépendance, dont beaucoup de Catalans, via l’outil logiciel Pégase.

Selon des sources de l’institution, les informations sur une éventuelle utilisation inappropriée de Pegasus qui « aurait pu mettre en péril l’exercice des droits fondamentaux, notamment ceux liés au droit à la vie privée » sont en cours d’analyse.

Pour ce faire, collecter les données nécessaires à l’ouverture d’une action d’office afin de contribuer au bon fonctionnement de l’institution et assurer le respect des droits fondamentaux reconnus dans la Constitution, ont indiqué les sources.

★★★★★