Le juge renvoie Villarejo, l’ancien patron de Planeta Security et ancien directeur du groupe à la magistrature pour corruption

Le commissaire à la retraite a chargé le Groupe d’enquêter sur l’arbitre de la sentence qui a tranché en faveur de Kiss FM

Jos
Jos Manuel Villarejo, lors de son apparition dans le « comité de cuisine » du Congrès.Dani duchBASSIN
  • « Affaire Villarejo » Le juge refuse de rendre à Villarejo ses agendas et demande à la police de vérifier si le commissaire a contacté Mariano Rajoy
  • Justice Villarejo déclare au juge que Rajoy avait « un intérêt direct » dans « l’opération Cuisine » et que des messages s’échangeaient sur son mobile

Le juge de l’Audiencia Nacional enquêtant sur les affaires de Jos Manuel Villarejo a accepté de renvoyer en justice l’affaire du commissaire à la retraite avec le Groupe Planète, qui l’a payé pour enquêter sur le responsable d’une sentence arbitrale de Kiss FM qui lui avait coûté 211 millions d’euros.

Le magistrat Manuel Garca-Castelln considère que l’enquête sur cette pièce distincte 12 du Cas tandem et qu’il y a suffisamment de preuves de crime pour passer en jugement. Ils iront sur le banc, avec Villarejo, l’ancien chef de la sécurité de Grupo Planeta, Antonio López López, le directeur du Conseil Juridique et secrétaire du Conseil d’Administration de Planeta, Luis Elas Vieta, et un second policier qui travaillait pour Villarejo, Antonio Gimnez Raso.

Selon la résolution judiciaire, en 2014, Villarejo a demandé à Gimnez Raso de le mettre en contact avec le chef de la sécurité de Planeta, « affirmant qu’il pourrait obtenir des informations pertinentes pour le groupe, concernant l’arbitre Julio Gonzlez Soria et sa performance dans la procédure. arbitrage » qui a tranché en faveur de Kiss FM. Plus précisément, s’il avait reçu un pot-de-vin pour se prononcer contre Grupo Planeta.

Un million

Il y a eu plusieurs réunions dans les bureaux de Villarejo à la Torre Picasso à Madrid et à Barcelone, au cours desquelles l’ancien commissaire a demandé un million d’euros pour manœuvrer en faveur de Planeta. En fin de compte, celui nommé par Villarejo Projet de juillet J’ai été laissé en commission d’enquête patrimoniale à l’arbitre pour 40.000 euros plus TVA.

Dans sa proposition de travail, Villarejo a indiqué qu’il aurait « accès à des bases de données restreintes » pour obtenir des données de l’arbitre qui a décidé la sentence en faveur de Kiss FM. À cette époque, il était un commissaire actif, donc payer pour des services privés serait un crime de corruption.

Le rapport sur la Projet de juillet « Il a été remis dans une enveloppe scellée par Antonio Gimnez Raso à Antonio Lpez Lpez. Une étude du patrimoine de Julio Gonzlez Soria a été réalisée, ainsi que de sa situation personnelle et financière. »

« Conseils »

En guise de paiement pour le rapport, en mai 2014, Grupo Planeta a versé 48 400 euros au cabinet d’avocats Stuart & Mackenzie, dirigé par Villarejo Prez. La facture concernait les « Conseils juridiques de janvier à mai 2014 ».

Le juge donne un délai de 10 jours au procureur anticorruption et au reste des accusations pour soumettre les mémoires avec la qualification juridique des faits et des peines qu’ils réclament pour l’accusé.

La pièce séparée se référant à La se référant à la Projet de juillet C’est, pour le moment, le quatrième qui a été conclu pour le procès dans l’affaire Tndem. Les trois premiers correspondent aux pièces Le fer, Terre Oui Peintre, qui seront jugés conjointement.

★★★★★